The Yardbirds





The YardbirdsThe Yardbirds est un groupe britannique de blue-eyed blues, de blues-rock, de psychedelic-rock et de hard rock fondé en octobre 1963 à Londres par Keith Relf, Eric Clapton (Eric Patrick Clapton), Anthony Topham, Chris Dreja, Paul Samwell-Smith et Jim McCarthy (James Stanley McCarthy). En fait c’est plus qu’un groupe, c’est une véritable institution qui a marqué profondément l’histoire du rock.

Leur nom est un hommage au grand jazzman Charlie « Yardbird » Parker. La carrière des Yardbirds peut se résumer en quatre étapes :

1 – Les années Eric Clapton
2 – Les années Jeff Beck
3 – Les années Jimmy Page
4 – The New Yardbirds et la reformation

L’histoire des Yardbirds en bref

Les Yardbirds, ce nom n’évoque probablement pas grand chose aux jeunes générations, pourtant ce groupe a été une véritable pépinière de talents pour des légendes comme Eric Clapton, Jeff Beck et Jimmy Page qui ont fait partie du groupe avant de fonder des Led Zeppelin, Cream et faire la carrière qu’on leur connait aujourd’hui…

The Yardbirds fut l’une des formations anglaise des plus influentes du rock en général, ils ont fait le lien entre le Rhythm’and Blues du milieu des sixties et le psychédélisme du début des seventies.

Jim McCarty a un jour déclaré « Avoir Beck et Page dans le groupe en même temps a été fantastique. Je ne dirais pas que tout se passait toujours très bien, mais ce son obtenu à force de titiller l’égo de l’autre, quand les deux étaient sur la même longueur d’ondes, c’était génial. Je me souviens d’un spectacle lors d’une tournée avec les Stones. C’était une nuit de 1966, Jeff et Jimmy étaient au top ; nous avons donné un concert exceptionnel et eu droit en retour à une standing ovation et un rappel. Il fallait voir la gueule des Stones !« 



En septembre 1963, ce combo initial remplace au pied levé les Rolling Stones au Crawdaddy Club de Richmond en jouant un répertoire Rhythm’and Blues (principalement du Howlin’ Wolf, Jimmy Reed et Bo Diddley).

La carrière des Yardbirds, comme celle  de ses prédécesseurs The Dave Hunt RB Band de Ray Davies (futur Kinks), The Rolling Stones, Manfred Mann et  Rod Stewart notamment, débute en ces lieux où se sont succédé la fine fleur du brit-blues et blues outre-Atlantique.

La période Clapton des Yardbirds

Emmené par son nouveau guitariste Eric Clapton qui remplace Anthony Topham, The Yardbirds jouent, après le passage des Stones, sur les planches du club géré par Giorgio Gomelsky, organiseur avisé de manifestations mais aussi dénicheur de talents, ce gérant de bars et de clubs musicaux est un ami de Keith Relf et d’Eric Clapton. Il devient le manager du groupe en 1964 et leur obtient un contrat auprès de la maison de disques EMI.

Les Yardbirds y enregistrent le tube For Your Love sorti en 1965 écrit par Graham Gouldman mais cette direction pop ne convient pas à Eric Clapton qui quitte les Yardbirds pour rejoindre les Bluesbreakers de John Mayall, en ayant toutefois coopté son  remplaçant : Jimmy Page.

La période Jeff Beck des Yardbirds

Jimmy Page n’étant pas disponible à cette période, ce dernier suggère au groupe de recruter Jeff Beck alors membre des Tridents. Jeff Beck et Eric Clapton se sont rencontrés lors de l’enregistrement de For Your Love (entre mars 1964 et avril 1965) pour préparer la tournée de promotion. Jeff Beck dont la première apparition publique au sein des Yardbirds remonte à mai 1965, contribue sur trois titres de l’album : I’m Not Talking, I Ain’t Done Wrong et My Girl Sloopy), Eric Clapton signe tous les autres titres.

L’arrivée de Jeff Beck dans le groupe lui apporte incontestablement un plus et marque un nouveau virage musical pour les Yardbirds. Novateur, expérimental, au jeu plus varié que Clapton, Jeff explore les sons de sa guitare et insuffle au groupe une belle énergie. Le son des Yardbirds se met alors à fuzzer, à distordre, à cracher des éclairs de six cordes. Les anglais entrent dans un univers plus psychédélique et suscitent des commentaires élogieux.

L’album de plus puissant des Yardbirds qui illustre cette innovation et l’expérimentation amenée par Jeff Beck s’intitule Roger The Engineer ou aussi Yardbirds (ou encore « Over, Under, Sideways, Down » aux USA) sort en 1966.

Roger The Engineer est l’œuvre de référence de Yardbirds, considéré comme du Heavy blues qui pose les bases du futur heavy metal.

Période Jimmy Page des Yardbirds

Le bassiste Samwell-Smith quitte la formation à été 1966 pour se consacrer entièrement à la production. C’est Chris Dreja qui tiendra dorénavant ce poste car Jimmy Page intègre les Yardbirds à la lead-guitar aux côtés de Jeff Beck. Mais cette paire prestigieuse ne dure que pendant quatre mois (de juin à octobre 1966) et n’enregistre que trois titres.

Jeff Beck quitte les Yardbirds déçu que le succès ne soit pas à la hauteur de ses attentes pour monter son groupe et faire la carrière solo qu’on lui connait. Jimmy Page devient donc le seul guitariste vedette du groupe.

Les Yardbirds devenu un quatuor enregistrent à la va vite entre deux tournées un album assez médiocre Little Games publié en 1967. Celui-ci révèle un manque de cohésion, d’entente et le groupe part à vau-l’eau. Les Yardbirds se séparent immédiatement après leur dernier concert à Luton dans la périphérie de Londres le 7 juillet 1968.

The New Yardbirds et la reformation

Keith Relf et Jim McCarty qui s’entendent comme « larrons en foire » fondent Renaissance et Chris Dreja abandonne la musique pour la photo, tandis que Jimmy Page forme The New Yardbirds pour respecter le contrat portant sur un album restant dû à la maison de disques. John Paul Jones, Robert Plant et John Bonham rejoignent le guitariste dans ce nouveau Yardbirds qui devient Led Zeppelin le 9 novembre 1968 et c’est Chris Dreja qui réalise la fameuse photo de couverture de leur premier LP (incendie du Zeppelin Hinderburg).

Paul Samwell-Smith est devenu un producteur reconnu (Jethro Tull, Cat Stevens, Renaissance, Carly Simon, Chris de Burgh, Amazing Blondel…).

En 1983, réunion des membres d’origine, Chris Dreja, Paul Samwell-Smith et Jim McCarthy et même Jeff Beck ponctuellement sous le nom de Box Of Frogs hormis Keith Relf mort électrocuté le 14 mai 1976 avec sa guitare électrique dont l’amplificateur n’était pas mis à la terre alors qu’il alors qu’il travaillait sur de nouveaux morceaux en vue de la reformation du groupe Renaissance, rebaptisé « Illusion ».

Chris Dreja et Jim McCarty continuent à entretenir le mythe et organisent en 2003 le retour en studio des Yardbirds pour enregistrer Birdland auquel prennent part de nombreux invités prestigieux comme Joe Satriani, Steve Vai, Slash, Brian May et Steve Luthaker. Jeff Beck lui même a fait le déplacement et reconnait de fait son grand attachement à ce groupe culte.

Le groupe a commémoré son 50ème anniversaire avec la sortie de son DVD Making Tracks en 2013.

En 2015, Jim McCarty aligne une nouvelle line-up pour la tournée des Yardbirds. Celle-ci est constituée du guitariste Johnny A, du bassiste Kenny Aaronson, du chanteur-percussionniste Myke Scavone et du guitariste- chanteur John Idan. Les critiques sont dithyrambiques et enthousiastes… Serait-ce de la nostalgie ?

 

Membres actuels des Yardbirds

Jim McCarty – batterie, chœurs
John Idan – chant, guitare principale), basse, rhythm guitare
Kenny Aaronson – basse
Johnny A. – guitare principale
Myke Scavone – harmonica, percussion, chœurs

Membres fondateurs des Yardbirds

Keith Relf – chant, harmonica, guitare rythmique
Chris Dreja – guitare rythmique, basse, guitare principale
Paul Samwell-Smith – basse, chœurs
Eric Clapton – guitare principale, chœurs
Jeff Beck – guitare principale, chœurs
Jimmy Page – guitare principale, basse
Anthony « Top » Topham – guitare principale, guitare rythmique
Rod Demick – basse, harmonica, chœurs
Ray Majors – guitare principale, chœurs
Laurie Garman – harmonica
Denny Ball – intérim à la basse dans l’attente de l’intégration de Gypie Mayo et du transfert de John Idan à la guitare principale
Gypie Mayo – guitare principale, chœurs
Alan Glen – harmonica, percussion
Jerry Donahue – guitare principale
Andy Mitchell – chant, harmonica, guitare acoiustique
Earl Slick – guitare
David Smale – basse, chœurs
Ben King – guitare principale
Billy Boy Miskimmin – harmonica, percussions

Eric Clapton quitte le groupe en 1965, il est remplacé par Jeff Beck entre mars 1965 et octobre 1966. Paul Samwell-Smith s’en va en juin 1966,  il fondera Renaissance et Box of Frogs. C’est Jimmy Page lui succède entre 1966 et 1968.

Le groupe The Yardbirds se sépare en juillet 1968 et Jimmy Page monte The New Yardbirds qui deviendra en Led Zeppelin.

Reformation des Yardbirds en 1992 avec Chris Dreja, Jim McCarthy, John Idan , Billy Boy Miskimmin  et Ben King.

Gypsie Mayo (de son vrai nom John Phillip Cawthrae rejoint la formation de  1996 à 2004.

Discographie des Yardbirds

1964 : Five Live Yardbirds
1965 : For Your Love
1965 : Having a Rave Up
1966 : Sonny Boy Williamson & The Yardbirds (avec Sonny Boy Williamson II)
1966 : Roger the Engineer ou Yardbirds
1966 : Over Under Sideways Down
1966 : Blow-Up
1967 : Little Games
1971 : Live Yardbirds: Featuring Jimmy Page
1972 : Blue Eyed Blues
1999 : The BBC Sessions
2003 : Blueswailing July ’64
2003 : Birdland

Roger the Engineer ou Yardbirds figure dans Les 1001 albums qu’il faut avoir écoutés dans sa vie.

Site de référence : www.theyardbirds.net

👉Partagez cet article 👇🙂 👍🎵

Uriah Heep




Uriah HeepUriah Heep est un groupe britannique de hard rock, de progressive rock et de heavy metal créé en décembre 1969 à Londres par David Byron, Mick Box, Ken Hensley, Paul Newton et Alex Napier.

Il fut à ses début une véritable « tête de turc » objet d’un acharnement médiatique incroyablement hostile la part des critiques « spécialisés »…

Huriah Heep en bref

Uriah Heep a initialement débuté sous le nom de The Stalkers puis Spice entre 1965 et 69, puis le groupe tire son nom définitif d’un personnage de David Copperfield, roman de Charles Dickens publié en 1849.

Uriah Heep est un groupe qui dès le début a suscité la polémique. La presse spécialisée hard rock et rock progressif les a copieusement dégommé mais cela ne les a pas empêché d’être de tout temps un gros vendeur de disques en Europe (toutefois bien moins aux États Unis). Uriah Heep à par ailleurs su fidéliser des fans de toutes générations.

La particularité et l’originalité d’Uriah Heep est de produire une sorte de fusion entre le prog-rock, le hard-rock et le rock psychédélique grâce à son guitariste, chanteur exceptionnel, musicien polyvalent (particulièrement au claviers) et auteur-compositeur inspiré qui va être à la base des plus grands succès de la formation comme Look at Yourself, Lady in Black, Easy Livin’, Stealin’ et Free Me.

La publication du premier album d’Uriah Heep, l’énigmatique Very ‘Eavy…Very ‘Umble, qui s’illustre par une pochette hideuse et effrayante (où l’on voit le visage de David Byron pris dans une toile d’araignée, la bouche grande ouverte comme s’il cherchait sa respiration et les yeux absents), provoque des réactions hostiles de la part de la presse musicale. Le magazine Rolling Stone par exemple va jusqu’à déclarer de manière quelque peu excessive : « Ce disque est un supplice à écouter, si ce groupe fait carrière, je me suicide ».

Le groupe anglais a dû faire face à l’adversité et un véritable lynchage médiatique pour démarrer sa carrière alors qu’objectivement il ne méritait pas d’être traité de la sorte…

Se qui revient le plus souvent chez les critiques c’est « manque d’originalité, redondance, prétention, plagiat, lourdingue… »  et les comparaisons dans le contexte rock ambiant naissant du début des seventies, dominé par Led Zeppelin, Deep Purple ou Black Sabbath vont bon train…

Le deuxième album Salisbury publié en février 71 panache un son heavy metal et rock progressif et leur compositions sont plus convaincantes grâce à l’implication pour la première fois de Ken Hensley. Son influence sur le groupe s’en ressent notamment sur le titre épique de 16 minutes, né d’une créativité collégiale et Uriah Heep trouve une nouvelle identité sur cet album.

Uriah Heep trouve son style mais Salisbury restera en deçà de sa meilleure production discographique qui suit avec Look At Yourself et Demons And Wizards.

En effet Look At Yourself est le troisième opus qui sort le 15 octobre 1971. Celui-ci marque une progression technique, collective et au niveau de l’inspiration. Avec un hard-rock plus violent, Uriah heep devient cette fois un véritable groupe qui réussit à faire taire ses détracteurs.

Pour continuer de progresser David Byron, Mich Box et Ken Hensley, le noyau fondateur d’Uriah Heep refondent refondent le groupe en intégrant le batteur Lee Kerslake, le bassiste Gary Thain qui prennent par à l’enregistrement du quatrième opus Demons and Wizards en mai 1972 sur lequel figure le tube Easy Leavin’ qui permet enfin à Uriah Heep de prendre place parmi les meilleurs groupe de hard rock.

En novembre de la même année sort The Magician’s Birthday est quant à lui plus progressif et deux singles en sont tirés, Blind Eye et Sweet Lorraine et les très réussis Sunrise et Echoes In The Dark.

Ce cinquième opus est suivi du premier live de Huriah Heep, Live 1973, enregistré en janvier 1973 à l’occasion de l’étape de Birmingham de sa tournée anglaise, puis d’un nouveau LP studio, au contenu mitigé et plus aventureux Sweet Freedom qui s’en sort malgré tout encore bien.



Ce ne sera plus le cas avec le suivant Wonderworld publié en juin 1974 qui ressemble à Sweet Freedom mais en moins inspiré. A partir de là Uriah Heep entre dans une spirale négative et l’accident (électrisation) de son bassiste Gary Thain  lors d’un concert à Dallas et entraîne l’annulation prématurée de la tournée américaine. Gary Thain peine à se remettre de ce choc électrique et le 14 décembre 1974 il joue pour la dernière fois avec Uriah Heep (remplacé par John Wetton de King Crimson) avec lequel les relations sont conflictuelles dès le début 1975. A la fin de l’année, il meurt d’une overdose d’héroïne.

Jusqu’à la fin de la décennie, tout en restant relativement populaire, Uriah Heep publie encore quatre albums décevants : Return To Fantasy (1975), High And Mighty (1976), Firefly et Innocent Victim (1977), Fallen Angel (1978).

Puis Uriah Heep perd son chanteur David Byron, la grande période du groupe est déjà révolue depuis un bon moment mais il reste toujours actif grâce à Mick Box, lequel est aujourd’hui entouré de Bernie Shaw (chant), Phil Lanzon (claviers), Russell Gilbrook (batterie) et du bassiste Davey Rimmer.

En 2016 le groupe effectue quelques concerts au Japon à l’occasion du Legends Rock Cruise et débute l’enregistrement d’un nouvel album.

Membres d’Uriah Heep

En 1971, Alex Napier quitte le groupe, trois batteurs lui succéderont dont  Lee Kerslake (de 1971 à 1979 puis de 1981 à 2007) et Chris Slade (ex Manfred Mann’s Earth Band) qui assure l’intérim.

La même année marque aussi le départ de Paul Newton remplacé par Gary Thain qui décédera le 08/12/1975. Il sera remplacé par John Wetton (ex Mogul Thrash) qui ne reste qu’une seule année. Le poste vacant est alors occupé par Trevor Bolder.

En 1976, David Byron quitte Uriah Heep pour se se consacrer à sa carrière  solo. Il participera à l’aventure Rough Diamond en 1977.

C’est John Lawton (ex Lucifer’s Friend) qui prend la relève jusqu’en 1979 lorsque le chanteur John Sloman se charge de prendre sa place pendant deux ans. Suivent Peter Goalby et Steff Fontaine avant l’arrivée de Bernie Shaw (ex Legend, Praying Mantis et Grand Prix) en 1986.

Formation actuelle d’Uriah Heep

Bernie Shaw – voix
Mick Box – guitare
Phil Lanzon – claviers
Trevor Bolder – guitare basse
Russell Gilbrook – batterie

Membres d’Uriah Heep de 1972 à 74

Gary Thain – guitare basse
David Byron – voix
Mick Box – guitare
Ken Hensley – claviers
Lee Kerslake – batterie

Discographie d’Uriah Heep

1970 : Very ‘eavy… Very ‘umble
1971 : SalisburyLook at Yourself
1972 Demons and WizardsThe Magician’s Birthday
1973 : Sweet Freedom Uriah Heep Live
1974 : Wonderworld
1975 : Return to Fantasy
1976 : High and Mighty The Best of Uriah Heep
1977 : FireflyInnocent Victim
1978 : Fallen Angel
1979 : Anthology
1980 : Conquest
1982 : Abominog
1983 : Head First (en)
1985 : Equator
1986 : Live at Shepperton ’74Live in Europe
1988 : Live in Moscow
1989 : Raging Silence
1991 : Different World
1994 : Lady in BlackThe Lansdowne TapesA Time of Relevation
1995 : Sea of Light
1996 : Spellbinder Live
1997 : King Biscuit Flower Hour Presents In Concert
1998 : Sonic Origami
2008 : Wake the Sleeper
2009 : Celebration
2011 : Into the Wild
2014 : Outsider
2015 : Totally Driven

👉Partagez cet article 👇🙂 👍🎵

Site de référence : www.uriah-heep.fr