David Gogo


David Gogo (ce n’est pas un pseudo) né le 18 mars 1969, est un guitariste, auteur-compositeur-interprète canadien de blues/blues-rock. Il a publié 14 albums solo entre 1994 et 2015. Son nouvel album, le quinzième, 17 Vultures sort 26 octobre 2018. Depuis 2014, son groupe de tournée comprend un organiste/pianiste (orgue Hammond), un bassiste-contre bassiste et un batteur. 

Si vous aimez la musique de Joe Bonamassa, vous devriez apprécier David Gogo…

David Gogo en bref

Né à Nanaimo en Colombie-Britannique, David Gogo se voit offrir un ukulélé à l’âge de 4 ans et sa première guitare à 5 ans. Encouragé par ses parents et sa famille de musiciens tout au long de son enfance, la guitare commence à le captiver. David Gogo est le cousin du claviériste du groupe de rock canadien Trooper, Paul Gogo, et de l’auteur-compositeur-interprète John Gogo. À l’âge de 16 ans, David Gogo travaille régulièrement comme musicien professionnel. Son intérêt pour le blues, relativement inhabituel pour un adolescent au début des années 1980, est dû la puissance émotionnelle et la profondeur brute d’artistes tels que Howling Wolf et Eddie James « Son » House, Jr.

Les choses se sont vraiment mises en place pour David Gogo lorsque le légendaire guitariste Stevie Ray Vaughan a percé sur la scène musicale et grâce à qui il découvre un musicien auquel il peut véritablement s’identifier.

David Gogo a la chance de très vite rencontrer l’icône de la guitare texane qui l’encourage à persévérer pour devenir un musicien de blues professionnel.

Dans la foulée il fonde le groupe The Persuaders avec lequel il tourne en première partie d’artistes comme The Fabulous Thunderbirds, Johnny Winter, Buddy Guy, Albert Collins and the Icebreakers ou Otis Rush et commence à se faire une réputation dans l’ouest canadien.

Après une tournée européenne avec The Fabulous Thunderbirds, DavidGogo signe un contrat solo avec EMI/Capitol Music. Obligé de quitter son groupe The Persuaders est une épreuve difficile mais David Gogo se rend compte qu’il tient là une véritable opportunité.

En quelques mois, il se produit sur scène avec ses idoles B.B. King, Otis Rush, The Blues Traveler et bien d’autres au prestigieux Festival de Jazz de Montreaux en Suisse et il est invité sur l’album « Mad Mad World » de Tom Cochrane. David Gogo trouve également le temps d’écrire des textes pour ses premières chansons personnelles. Son album éponyme a été acclamé par la critique et a valu à David Gogo une nomination aux prix Juno du meilleur nouvel artiste.

Malgré ces succès, David Gogo décide de quitter la maison de disque EMI Records afin de poursuivre sa passion pour le blues malgré le risque énorme que cette décision représente pour sa carrière à l’époque. Il sort un album de blues Dine Under the Stars. Cet album est repris par Dixiefrog Records en France puis David Gogo signe le label indépendant canadien Cordova Bay Records. Dès lors, les disques de Gogo ont été publiés au Canada, aux États-Unis, en Australie, en Nouvelle-Zélande, au Royaume-Uni, en République d’Irlande, en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Belgique et en Italie.

S’en suivent plusieurs tournées européennes réussies et des apparitions à des festivals de blues américain.

Avec la sortie de Change of Pace, un album plus rock, son single « Sad & Lonely » est diffusé sur les ondes de Rock Radio . Le blues acoustique de « Bare Bones » a également ouvert de nouvelles portes et attiré plus de fans. David Gogo est désigné « Musicien de l’année » 1999/2000 lors des West Coast Music Awards.

Son quatrième opus Halfway to Memphis est lui aussi un immédiatement succès critique et commercial.

Skeleton Key, son cinquième CD chez Cordova Bay, élargit son succès tout en donnant à David Gogo l’occasion d’explorer de nouveaux horizons. Sa capacité à mélanger le blues électrique, la soul et le rock apporte une texture innovante à sa musique.

David Gogo choisit une série d’œuvres qui témoignent d’une maturité musicale et d’une parfaite compréhension du genre blues/rock illustré par ses reprises de tubes inattendus d’artistes aussi divers que Depeche Mode ou Stevie Wonder qui démontrent son talent pour métamorphoser des titres pop en hymnes blues/rock contemporains.

Les singles « Personal Jesus » et « (Just Ask) Jesse James »sont largement diffusés par radio. Le troisième extrait de « Skeleton Key », « Signed, Sealed, Delivered – I’m Yours », influencé par le R&B, passe sur les ondes canadiennes alors que David Gogo est en tournée en Colombie-Britannique et en Alberta avec George Thorogood.

Real Blues Magazine nomme « Skeleton Key » Meilleur CD Blues/Rock de l’année dans le cadre de sa 9ème édition annuelle des Real Blues Awards.

L’album VIBE est le premier à ne contenir que des composition de Gogo co-écrites avec John Capek, Craig Northey et Tom Wilson. Ce dernier participe à l’enregistremennt du premier single « Love in the City ». Jeff Healey est présent sur « She’s Alright ».

David Gogo a été nommé « Guitariste de l’année » aux Maple Blues Awards 2003 et a reçu 5 nominations pour les Maple Blues Awards 2004.

L’album Live at Deer Lake – Official Bootleg Series Volume 1 sort à la fin de l’été 2003. Initialement nominé  pour le prix JUNO 2004, il est révoqué pour des raisons d’ordre technique…

En 2004, David Gogo se nouveau produit avec un grand nombre d’artistes de premier plan comme Little Feat, Johnny Winter, Blackie & The Rodeo Kings, Bob Walsh, Downchild Blues Band, Jimmie Vaughan, Colin Linden, Room Full of Blues, Ken Hamm, Tom Wilson, The Tragically Hip, Junkhouse et George Thorogood. Ces performances de haut niveau diffusées à la radio et à la télé contribuent à asseoir sa notoriété partout au Canada et même au delà.

Au cours de l’année, il enregistre des titres sur plusieurs compilation de blues et travaille sur des albums de Downchild Blues Band, Bob Walsh et Chick Roberts.

David Gogo gagne le « Great Canadian Blues Award » en 2004 pour sa contribution au blues au Canadien et rejoint ainsi des artistes canadiens prestigieux tels que Colin Linden, Rita Chiarelli, Dutch Mason, Richard Newell, David Wilcox, Donny Walsh, Colin James, Long John Baldry, Amos Garrett, Big Dave McLean, Matt Minglewood et Sue Foley.

Ces succès ont permis à David Gogo d’être plus occupé que jamais et heureux d’être reconnu comme un bluesman désormais de classe mondiale.

Son dernier album 17 Vultures sort 26 octobre 2018. Sur les 9 morceaux qu’il contient, cinq son  chansons originales de David Gogo, les quatre autres sont des reprises des Beatles (on a déjà vu que les Beatles et le blues ça matche pas mal avec Blues Beatles), de Barbecue Bob, de Doug And The Slugs et de Bob Dylan, démontrant ainsi son éclectisme musical allant du blues traditionnel aux influences contemporaines plus hard. Les titres originaux de l’album sont parmi les plus puissants de sa carrière, avec une section rythmique de qualité constituée du batteur Pat Steward (Bryan Adams, The Odds, Colin James, Jimmy Barnes) et du bassiste Ben Dwyer (le fils du légendaire Phil Dwyer).

Ci-dessous David Gogo nous parle de son album 17 Vultures.

Vous pouvez d’ores et déjà écouter cet album en rotation sur la playlist de Mazik 🙂

Discographie de David Gogo

1994 – David Gogo
2000 – Dine Under the Stars
2000 – Bare Bones
2000 – Change of Pace
2001 – Halfway to Memphis
2002 – Skeleton Key
2003 – Live At Deer Lake: Official Bootleg Series Vol. 1
2004 – Vibe
2006 – Acoustic: Official Bootleg Series Vol. 2
2009 – Different Views
2011 – Soul-Bender
2012 – Christmas With The Blues
2013 – Come On Down
2015 – Vicksburg Call
2018 – 17 Vultures

Produits disponibles sur Amazon.fr

Site de référence www.davidgogo.com

Achetez les albums

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂

Dana Fuchs


Dana Fuchs, née le 10 janvier 1976, est une chanteuse américaine originaire du New Jersey qui a choisi de faire carrière sans pseudo et qui respire la classe incarnée avec sa voix rauque et puissante et son jeu de scène envoûtant.

Depuis 2003, date de ses débuts discographiques, son répertoire mélange avec talent rock, soul,  roots et blues. Ses reprises d’Otis Redding sont simplement magnifiques. Après les rappels, ses concerts qui se terminent souvent par  « Don’t let me down » des Beatles ou « Whole Lotta Love » de Led Zeppelin, laissent son public comblé et rassasié.

Dana Fuchs en bref

Benjamine d’une famille de six enfants, Dana Fuchs est née dans le New Jersey et a grandi dans la petite ville rurale de Wildwood en Floride. Son père était alcoolique et son grand-père s’est suicidé, ce qui marquera à jamais la jeune Dana.

À l’adolescence, elle prend des cours de théâtre et joue dans un groupe de guitare. Elle commence à consommer des substances illégales, abandonne l’école, quitte le domicile familial et travaille comme strip-teaseuse dans des bars.

Après avoir déménagé à New York, elle accepte un poste de secrétaire avant de retourner au strip-tease. Puis elle démarre une psychothérapie et participe à des réunions de groupe afin de faire face à ses difficultés. Peu après, sa sœur, alcoolique et toxicomane elle aussi, se suicide et peu après son frère aîné décède d’un cancer, tragédies familiales qui influenceront ses engagements futurs puisqu’elle deviendra, bien plus tard,  ambassadrice de la JED Foundation, une organisation caritative qui tente d’aider les adolescents en détresse émotionnelle et de prévenir le suicide.

Ces drames de la vie seront des thèmes récurrents dans sa musique.

En 1998, Dana Fuchs commence à se concentrer sur le chant et l’écriture de chansons, influencée par son amour pour Esther Phillips et Etta James puis après avoir rencontré Jon Diamond, ils forment le Dana Fuchs Band et sortent l’album Lonely for a Lifetime en 2003. Sa voix éraillée suscite inévitablement la comparaison avec la chanteuse de rock Janis Joplin dont elle tient d’ailleurs le rôle dans « Love, Janis », une comédie musicale Off-Broadway sur Joplin de 2001 à 2003.

La réalisatrice Julie Taymor qui recherchait une chanteuse dotée d’une voix similaire à celle de Janis Joplin, elle engage Dana Fuchs pour son film Across the Universe de 2007, qui est nominé aux Golden Globe Awards dans la catégorie meilleur film.

Les albums Bliss Avenue sorti en 2013 et Songs from the Road publié l’année suivante (qui m’a permis de découvrir cette artiste) atteignent le Top 10 des albums de blues du magazine Billboard.

Avec Jack Livesey, Dana Fuchs écrit et interprète des chansons sur la bande originale du film indépendant Sherrybaby de Laurie Collyer pour Big Beach, notamment les chansons d’ouverture et de clôture. Elle a également travaillé pour MTV pendant les années 1990 et 2000 comme voix de plusieurs de ses pubs à l’antenne.

Après avoir rempli ses obligations contractuelles avec Ruf Records, Dana Fuchs crée son propre label Get Along Records et grâce à une campagne de financement populaire réussie sur PledgeMusic, elle réussit à financer l’enregistrement de l’album Love Lives On en mai 2018[12][13], enregistré à Memphis et produit par Kevin Houston[14] en collaboration avec Diamond, guitariste et musicien.

Le magazine britannique Classic Rock Magazine a écrit à propos de Dana Fuchs « …que sa voix, unique dans une génération, teintée de sale juke-joint évoquant Janis Joplin et Mick Jagger et un mégot de cigarette dans un verre de bourbon… »

Discographie de Dana Fuchs

2003 – Lonely for a Lifetime
2006 – Sherrybaby Soundtrack
2007 – Across The Universe Soundtrack
2007 – Live in NYC
2011 – Love to Beg
2013 – Bliss Avenue
2014 – Songs from the Road
2015 – Broken Down Acoustic Sessions
2018 – Love Lives On

Site de référence : www.danafuchs.com

https://www.facebook.com/danafuchsverified

Achetez les albums

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂