The Shadows


The ShadowsThe Shadows est un groupe pionnier du rock anglais formé en 1958 connu pour avoir accompagné le chanteur Cliff Richard et pour avoir popularisé des morceaux instrumentaux comme « Apache », « Kon-Tiki », « Wonderful Land », « Foot Tapper » et « Dance On! », véritable révolution à l’époque et ce, bien avant les Beatles ou les Stones.

Un grand nombre de guitaristes tels que Mark Knopfler, David Gilmour, Ritchie Blackmore ou Brian May se sont inspirés des Shadows dont le leader, Hank Marvin, est désormais considéré comme l’un des guitaristes européens les plus influents du XXème siècle. Avec le recul l’impact phénoménal des Shadows sur la scène pop britannique des années soixante est carrément historique.

C’est sûr qu’aujourd’hui leur son apparaît parfaitement désuet face à des guitaristes contemporains comme Jeff Beck, Joe Satriani ou autres Steve Vai, que leurs morceaux font furieusement penser à des musiques de vieux westerns en N&B et personnellement ils me rappellent le fameux « interlude » et son petit train (de l’ORTF, pour ceux qui ont connu) qui passait à la télé dans les années 60… Néanmoins, il faut bien se remettre dans le contexte et je pense que leurs morceaux évoquent forcément quelque chose à nombre d’auditeurs sans qu’ils sachent nécessairement que les Shadows en sont les auteurs…

The Shadows en bref

The Shadows est un groupe de pop-rock britannique formé à Cheshunt dans le Hertfordshire en 1958 par les guitaristes Hank Marvin et Bruce Welch. Initialement la formation débute sous le nom The Drifters, le groupe fut actif jusqu’à la fin du siècle dernier et au cours de sa carrière il a sorti 69 tubes qui se sont classés dans les charts dont 35 crédités aux Shadows et 34 à Cliff Richard and the Shadows.

Ce groupe précurseur a été à l’avant-garde du boom du rock britannique instrumental en quatuor, guitare solo, guitare rythmique, basse et de batterie (comme les Beatles et bien d’autres plus tard) dont les principaux membres sont Hank Marvin (guitare solo) et Bruce Welch (guitare rythmique), Tony Meehan (batterie) et Jet Harris (basse). Leur style musical évolue dans la pop, le rock, le surf-rock et les ballades jazzy.

Premier groupe de rock européen en 1958, les Shadows ont accumulé les succès internationaux dès le début de leur carrière, d’abord en compagnie de Cliff Richard, l’un des chanteurs ayant vendu le plus d’albums en Grande-Bretagne (plus de 250 millions de disques vendus à ce jour), puis seuls avec des titres généralement instrumentaux.

The ShadowsLeur tube Apache bouleverse la musique pop en 1960 puis avec Wonderful Land, The Shadows sont les premiers à associer dans leurs enregistrements des guitares électriques avec un orchestre symphonique grâce notamment au chef d’orchestre et compositeur  Norman William Paramor alias Norrie Paramor.

En 1962, Jet Harris et Tony Meehan quittent le groupe pour se lancer en duo. Ils sont remplacés par le batteur Brian Bennett et le bassiste Brian Locking. Harris & Meehan obtiennent un succès éphémère avec le titre « Diamonds » avant de disparaitre dans l’oubli.

The ShadowsAprès une brève séparation de 1971 à 1973 au cours de laquelle ils continuent de se produire sous le nom de Marvin, Welch & Farrar, the Sahdows renouent avec le succès en plaçant plusieurs titres en tête des hit parades dans les années 1970 en Grande-Bretagne (les albums 20 Golden Greats et String of Hits dépassent chacun le million de disques vendus), et de nombreux albums disque d’or et platine dans les années 1980.

En novembre 1973, John Rostill qui avait remplacé Brian Locking est retrouvé mort par Bruce Welch dans son studio de répétitions, sa basse à la main alors qu’il était seul, probablement électrocuté.

Le groupe se sépare à la fin 1990 après un dernier album classé dans le Top 5 et Hank Marvin poursuivant une carrière solo.

En 2004 le groupe se reforme pour un best of qui une fois de plus entre dans le Top 10 et devient disque d’or en Grande-Bretagne puis il part pour deux tournées triomphales au Royaume-Uni et l’année suivante dans le reste de l’Europe. Ces concerts sont enregistrés et publiés sous forme de coffret double CD et sur 1 DVD intitulé The Shadows Final Tour.

Après avoir joué pour la Royal Variety Performance à l’occasion des cinquante ans du groupe, en 2008, ils partent avec Cliff Richard pour une vaste tournée des grandes scènes britanniques, puis une série de concerts en Europe, en Australie, en Nouvelle-Zélande et en Afrique du Sud, jusqu’en mars 2010.

Tony Meehan, membre fondateur, décède d’une grave blessure à la tête suite à une chute en novembre 2005 à l’âge de 62 ans.

Jet Harris quant à lui disparaît en 2011 à l’âge de 71 ans après une brève maladie. Harris avait été récompensé un an plus tôt par un prix spécial de l’US Fender Guitar Co. pour son rôle magistral dans la popularisation de la guitare basse.

Une encyclopédie britannique définit The Shadows comme étant : « les principaux précurseurs d’un phénomène musical universel. »

Membres des Shadows

Hank Marvin – guitare solo
Bruce Welch – guitare rythmique
Brian Bennett – batterie
Mark Griffiths – basse
Warren Bennett – claviers, percussion, harmonica, guitare
Anciens membres
Jet Harris – basse
Tony Meehan – batterie
Brian Locking – basse
John Rostill – basse
Alan Hawkshaw – claviers
John Farrar – guitare
Alan Tarney – basse
Cliff Hall – claviers
Alan Jones – basse

Discographie des Shadows

Albums studio

1961 – The Shadows
1962 – Out of the Shadows
1964 – Dance with The Shadows
1965 – The Sound of The Shadows
1966 – Shadow Music
1967 – From Hank, Bruce, Brian and John
1967 – Jigsaw
1970 – Shades of Rock
1973 – Rockin’ with Curly Leads
1975 – Specs Appeal
1977 – Tasty
1979 – String of Hits
1980 – Change of Address
1981 – Hits Right Up Your Street
1982 – Life in the Jungle
1983 – XXV
1984 – Guardian Angel
1986 – Moonlight Shadows
1987 – Simply Shadows
1988 – Steppin’ to the Shadows
1990 – Reflection

Albums live

1962 – Live at the A.B.C. Kingston, 1962
1969 – Live in Japan 1969
1975 – Live at the Paris Olympia
1982 – Live at Abbey Road
1989 – Live At The Liverpool Empire
2004 – The Final Tour

Compilations

1963 – Greatest Hits
1965 – More Hits…
1973 – Golden Record
1973 – Greatest Hits
1977 – 20 Golden Greats
1980 – Another String of Hot Hits
1985 – Compact Shadows
1989 – At Their Very Best
1991 – Themes and Dreams
1993 – Shadows in the Night
2000 – 50 Golden Greats
2001 – Kon Tiki: De Beste 1960 – 1980
2002 – Complete Singles A’s and B’s 1959-1980
2004 – Life Story
2005 – Platinum Collection

Produits disponibles sur Amazon.fr

Achetez les albums

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂

Carlos Santana


Carlos Augusto Santana Alves plus connu sous le nom de  Carlos Santana est un guitariste de rock américain d’origine mexicaine qui se rend célèbre à la fin des années 1960 et au début des années 1970 avec son groupe Santana, pionnier de la fusion rock, salsa et jazz. Le son du groupe met en vedette ses lignes de guitare mélodiques basées sur le blues, des rythmes latins et africains intégrant pour la première fois des percussions telles que timbales, maracas et congas qui n’étaient jusqu’alors pas utilisées dans le rock. Il a traversé les décennie avec ses tubes comme Europa, Samba Pati, Evil Ways, Soul Sacrifice, Jingo ou Black Magic Woman et connu une résurgence de la popularité et de la critique à la fin des années 1990. Dans sa carrière Carlos Santana a remporté 10 Grammy Awards et 3 Latin Grammy Awards.

Carlos Santana en bref

Carlos Santana est né  le 20 juillet 1947 à Autlán de Navarro dans la province de Jalisco au Mexique dans une famille de 7 enfants dont le père est musicien dans un groupe de Mariachi (musique traditionnelle du Mexique) et qui l’initie au violon, instrument qu’il abandonne au profit de la guitare acoustique à l’âge de 8 ans. En 1955 ses parents s’installent à Tijuana où il découvre la guitare électrique. À l’âge de 12 ans, il reçoit sa première guitare puis joue dans le groupe The Strangers en tant que bassiste.

À ses début Carlos Santana est influencé par des musiciens tels que Miles Davis avec qui il entretient une forte relation personnelle et John Coltrane. Il fonde le groupe qui porte son nom à San Francisco en 1967 avec lequel il passe la majeure partie de sa carrière musicale mais Carlos Santana a participé à n’innombrables collaborations au fil du temps.

Sa musique subit de grands changements en 1973 après avoir été présenté par le guitariste « Mahavishnu » John McLaughlin au gourou Sri Chinmoy qui le rebaptise « Devadip » (œil de dieu). Il publie trois albums sous le nom complet de « Devadip Carlos Santana » : Illuminations, Oneness : Silver Dreams – Golden Reality et The Swing of Delight.

Le groupe Santana

Carlos Santana fonde le groupe de blues-rock, de latin-rock, de jazz-rock, de funk-soul et de psychedelic-rock Santana  en juin 1966 à San Francisco trois après y avoir débarqué de son Mexique natal et diplômé de la « High School ».

Initialement appelé le Santana Blues Band, le groupe est constitué de son ami le chanteur, claviériste Greg Rollie, du bassiste David Brown mais également de Tom Frazer et Rod Harper auxquels s’ajouteront plus tard les percussionnistes Mike Carabello et Marcus Malone.

Le batteur Bob Livingston et Marcus Malone quittent le groupe en 1969, ils sont remplacés par le percussionniste Jose Chepito Areas et le prodigieux jeune batteur Michael Shrieve qui se rendra célèbre le 16 août 1969 avec son magistral solo de batterie lors du festival de Woodstock devant plus de 500 000 spectateurs.

Le producteur Bill Graham, promoteur du Fillmore Auditorium et la Winterland Arena, deux grandes salles de la scène rock psychédélique et de la contre-culture hippie de San Francisco véritable banc d’essai pour des groupes de rock de San Francisco comme The Grateful Dead, Jefferson Airplane, Janis Joplin…, les prend dans son écurie et les fait signer chez CBS.

Dans la foulée sort le premier album éponyme sur lequel figurent des titres comme « Evil Ways », « Soul Sacrifice » et « Jingo » (ohé loba ba) ;). Cet album se vend à plus de deux millions de copies.

En 1970 Santana sort son deuxième opus Abraxas qui contient les deux reprises capitales que sont « Black Magic Woman » de Peter Green et « Oye Como Va » de Tito Puente. Sur cet album figure également l’incontournable morceau instrumental « Samba Pa Ti » sur lequel de nombreux couples se sont formés… (spéciale dédicace à Cathy) 😉

Le guitariste Neal Schon intègre la formation en 1971 mais il s’en ira avec Greg Rollie pour fonder le groupe Journey en 1973.

Cette même année Carlos Santana fait la connaissance du grand guitariste de jazz-rock John McLaughlin (Mahavishnu Orchestra) et de son guide spirituel Sri Chinmoy. Le  20 avril 1973 Carlos épouse Urmila (Deborah King) également adepte du gourou.

Santana excellent guitariste mais piètre chanteur (il n’a que rarement chanté sur ses albums), s’entoure donc de vocalistes comme Leon Thomas de 1973 à 1974 puis de Greg Walker sur trois albums à partir de 1976. En octobre 1979 arrivent le chanteur Alex Lingertwood et le clavieriste Alan Pasqua (ex-Tony Williams Lifetime) pour l’enregistrement du quinzième album de Santana Marathon.

Après une période relativement psychédélique lors de sa collaboration avec John « Mahavishnu » McLaughlin sur l’album Love Devotion Surrender, il revient vers des compositions plus mélodieuses en 1976 et l’album Amigos sur lequel figure l’un de ses plus grands tubes Europa (Earth’s Cry Heaven’s Smile).

Au cours des années 1980 et 1990, malgré un manque d’inspiration et de créativité musicale, Santana donne de nombreux concerts et rempli toujours les plus grandes salles à travers le monde.

Carlos Santana et le batteur Tony Williams enregistrent l’album Blues for Salvador en 1987 pour la défense des orphelins et la protection des indiens indigènes. Par ailleurs il fonde l’association « Cada Cabeza es un Mundo » qui lutte contre l’échec scolaire des jeunes immigrés hispaniques.

Un étoile portant le nom de Carlos Santana est posée sur le fameux Walk of Fame à Hollywood.

En 1998, il cofonde avec son épouse Deborah la Fondation « Milagro » qui vient en aide aux enfants défavorisés. Celle-ci survivra au divorce du couple.

En 1999 résurgence de popularité et des ventes d’albums avec le 29ème opus, Supernatural, qui obtient huit trophées aux Grammy Awards 2000 dont celui du meilleur album grâce à la ballade flamenco/R’n’B « Maria, Maria » arrangée par Bobby Martin, qui se classe dans tous les charts internationaux.

En 2003, le magazine Rolling Stone classe Carlos Santana en 15 position sur sa liste des 100 meilleurs guitaristes de tous les temps.

En 2005, parallèlement à son groupe et à sa carrière solo Carlos Santana travaille avec John Lee Hooker, Noriega, Ivy Queen, Khaled et Herbie Hancock.

Pour ses albums et singles Carlos Santana s’entoure très régulièrement de guests prestigieux comme par exemple Steven Tyler (Aerosmith) sur « Just Feel Better », Rob Thomas sur « Smooth », Chad Kroeger sur « Into The Night » et il collabore avec de grands musiciens comme Herbie Hancock, Wayne Shorter, Stanley Clarke, Eric Clapton, John McLaughlin et Alice Coltrane.

En 2010 Carlos Santana sort Guitar Heaven – The Greatest Guitar Classics Of All Time, un album de reprises de standards du rock tels que « Whole lotta love » de Led Zeppelin, « Can’t you hear me knockin’ « des Rolling Stones, « Riders On the Storm » des Doors avec l’organiste Ray Manzarek, « Smoke on the Water » de Deep Purple ou encore « Little Wing » de Jimi Hendrix avec Joe Cocker au chant et sur l’édition Deluxe le morceau « Under the bridge » des Red Hot Chili Peppers.

Bref, une carrière prestigieuse qui fait de Carlos Santana l’un des plus grands mélodistes et probablement l’un des guitaristes les plus connus et les plus appréciés au monde auprès d’un public intergénérationnel issu de divers styles musicaux.

Comble de la « renommée », sa ville de naissance, Autlán de Navarro au Mexique, a rebaptisé (pour ne pas dire renommé) une avenue qui porte désormais le nom de « Santana » et a érigé une statue en forme de guitare en l’honneur de son enfant prodigue. La gloire et la classe quoi… 🙂

Membres du groupe Santana

Line-up actuel

Carlos Santana – guitare, chant, percussions
Benny Rietveld – basse
Karl Perazzo – percussions
Tony Lindsay – chant
Ray Greene – chant
Andy Vargas – chant
Bill Ortiz – trompette
Jeff Cressman – trombone
Tommy Anthony – guitare, chant
David K. Mathews – claviers
Paoli Mejías – percussions
Cindy Blackman Santana – batterie

Line-up classique

Carlos Santana – guitare, chant
Neal Schon – guitare
Gregg Rolie – claviers, chant
Michael Carabello – percussions
Michael Shrieve – batterie
José « Chepito » Areas – percussions
David Brown – basse

Musiciens additionnels

Karl Perazzo – percussions
Benny Rietveld – basse
Former members
Marcus Malone – percussions
Tom Fraser – guitares
Gus Rodriguez – basse
Rod Harper – batterie
Bob Livingston – batterie
Francisco Aguabella – percussions
Tom Rutley – basse
Buddy Miles – batterie, percussions
Pete Escovedo – percussions
Coke Escovedo – percussions
Rico Reyes – percussions
Victor Pantoja – percussions
Tom Coster – claviers
Armando Peraza – percussions
Richard Kermode – claviers
Doug Rauch – basse
James « Mingo » Lewis – percussions
Leon Thomas – chant
Leon « Ndugu » Chancler – batterie
Leon Patillo – chant
Jules Broussard – saxophone
Greg Walker – chant
Raul Rekow – percussions
Gaylord Birch – batterie
Graham Lear – batterie
Luther Rabb – chant
Joel Badie – chant
Byron Miller – basse
Pablo Telez – basse
David Margen – basse
Chris Solberg – guitares
Chris Rhyne – claviers
Russell Tubbs – flûte
Alex Ligertwood – chant
Alan Pasqua – claviers
Orestes Vilató – percussions
Richard Baker – claviers
Chester D. Thompson – claviers
Keith Jones – basse
David Sancious – claviers
Chester C. Thompson – batterie
Alphonso Johnson – basse
Sterling Crew – claviers
Walfredo Reyes – batterie
Billy Johnson – batterie
Myron Dove – guitare, basse
Vorriece Cooper – chant
Oran Coltrane – saxophone
Rodney Holmes – batterie
Tommie Bradford – batterie
Curtis Salgado – chant, harmonica
Horacio « El Negro » Hernandez – batterie
Ricky Wellman – batterie
Dennis Chambers – batterie
Freddie Ravel – claviers
José « Pepe » Jimenez – batterie
Christopher A. Scott – basse, chant

Discographie de Carlos Santana

Albums solo

1972 : Carlos Santana & Buddy Miles! Live! (avec Neal Schon, Ron Johnson, Mike Carabello, etc.)
1973 : Love, Devotion, Surrender (avec John McLaughlin, Jan Hammer, etc.)
1974 : Illuminations (avec Alice Coltrane)
1979 : Oneness, Silver Dreams, Golden Reality (avec Michael Walden, Tom Coster, Clare Fischer, etc. )
1980 : The Swing of Delight (avec Wayne Shorter, Herbie Hancock et Tony Williams)
1983 : Havana Moon (avec Booker T Jones, Willie Nelson, Jimmie Vaughan, Jose Santana)
1986 : Carlos Santana & Jeff Beck Reunion – Disque Pirate
1987 : Blues for Salvador (avec Alphonso Johnson, Tony Williams, Buddy Miles)
1994 : Santana Brothers (avec Jorge Santana et Carlos Hernandez)
2000 : Tropical Spirits Part I and II
2001 : Divine Light – Avec Alice Coltrane, Billy Cobham, Jack DeJohnette, Jan Hammer, John McLaughlin, Michael Shrieve.
2004 : Food for Thought.
2005 : Live at the 1988 Montreux Jazz Festival (avec Wayne Shorter, album double)
2005 : Carlos Santana and Salvador Santana and Saunders King : Space Between the Stars (avec Deborah, Carlos et Salvador Santana)
2010 : Guitar Heaven: the Greatest Guitar Classics of All Time (avec Yo Yo Ma, India Arie, Joe Cocker, Ray Manzarek, etc.)
2013 : Invitation to Illumination Live at Montreux 2011 (avec John McLaughlin, album double)
2017 : Power of peace (Carlos avec Cindy Blackman Santana et The Isley Brothers)

Avec le groupe Santana

Albums studio

1969 : Santana
1970 : Abraxas
1971 : Santana III
1972 : Caravanserai
1973 : Welcome
1974 : Borboletta
1976 : Amigos
1977 : Festival
1977 : Moonflower (studio et live)
1978 : Inner Secrets
1979 : Marathon
1981 : Zebop!
1982 : Shangó
1985 : Beyond Appearances
1987 : Freedom
1988 : Viva Santana (studio et live)
1990 : Spirits Dancing in the Flesh
1992 : Milagro
1996 : MCMLXVIII
1999 : Supernatural
2002 : Shaman
2005 : All That I Am
2012 : Shape Shifter
2014 : Corazón
2016 : Santana IV

Produits disponibles sur Amazon.fr

Albums live

1968 : Live at the Fillmore 1968
1973 : Lotus
1977 : Moonflower (studio et live)
1993 : Sacred Fire : Santana Live In South America
2009 : The Woodstock Experience
2011 : Live at Montreux
2014 : Corazón – Live from Mexico: Live It to Believe It
2016 : Santana IV: Live at the House of Blues, Las Vegas
2017 : Woodstock (Samedi 16 août 1969)

Produits disponibles sur Amazon.fr

Compilations

1974 : Santana’s Greatest Hits
1978 : 25 Hits
1986 : Viva Santana – The Very Best
1988 : Viva Santana !
1992 : Black Magic Woman
1992 : The Definitive Collection
1993 : Santana Jam
1995 : Dance of the Rainbow Serpent
1997 : The Best Instrumentals
1997 : The Ultimate Collection (triple album)
1998 : The Best of Santana Volume 1
2000 : The Best of Santana Volume 2
2002 : The Essential Santana (double album)
2003 : Ceremony (Remixes and Rarities)
2007 : Ultimate Santana
2008 : Multi-Dimensional Warrior (double album)

Produits disponibles sur Amazon.fr

Site de référence : www.santana.com

Achetez les albums

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂