Esthesis


Esthesis - Raising HandsLe groupe de rock progressif français Esthesis tire son nom du mot « esthésie » qui désigne, en psychologie, la sensibilité et la faculté à percevoir des sensations ; la terminaison en « is » quant à elle fait inévitablement penser à Genesis.

D’ailleurs les envolées de guitares ou de claviers que l’on trouve sur leur premier excellent EP évoquent parfois Steve Hackett et Tony Banks quant aux effets de voix ce serait plutôt Porcupine Tree et son chanteur-leader Steven Wilson (période In Absentia)… Mais on y perçoit aussi d’autres influences telles que les Floyds ou King-Crimson entre autres…

Esthesis en bref

Fondé en 2013 par le multi-instrumentiste Aurélien Goude au chant, guitares et claviers comme un projet solo, le groupe parisien est devenu un quatuor avec l’arrivée progressive de Charles Thumloup à la basse, David Delavoipière aux guitares et Yann Pousset à batterie.

Esthesis revendique tirer son inspiration de grands prédécesseurs tels que Pink Floyd, Porcupine Tree, King Crimson, Kate Bush ou Dead Can Dance.

Artistiquement le combo fait le choix d’alterner des parties instrumentales et d’autres chantées (en anglais) en axant ses compositions avant tout sur l’émotion qui se dégage de ses morceaux selon les propres dires du fondateur.

Ce n’est qu’en février 2019, soit six ans après sa création, que le groupe publie son premier EP autoproduit, Raising Hands, disponible en version digitale et CD (édition limitée et numérotée).

Belle découverte, très agréable à écouter puisqu’Esthetis vous entraîne rapidement dans son univers et des ambiances mélodiques, parfois oniriques ou empruntes d’une certaine mélancolie qui pourraient aisément être utilisées dans des B.O. de films.

Aurélien Goude précise que le premier album d’Esthesis est actuellement en cours d’écriture et que le groupe devrait donner ses premiers concerts probablement en 2020.

L’ambiance de l’album à venir sera dans la continuité de l’EP avec toutefois des différences notables car le piano y sera volontairement plus présent afin de lui apporter une couleur singulière tout en restant dans un registre assez rock et parfois même metal.

Quant au line up du groupe, celui-ci évoluera quelque peu pour l’enregistrement de cet opus à venir car dans sa conception, Esthesis est un groupe plutôt proche d’un projet personnel auquel s’ajoutent des musiciens mais dans lequel Aurélien Goude reste la colonne vertébrale et le principal auteur-compositeur, celui qui impulsera la direction artistique des projets futurs.

L’un de nos fidèles lecteurs (il se reconnaîtra) nous a écrit il y a peu « J’aime quand vous parlez de rock progressif (sur Mazik). C’est tellement riche comme musique« … J’abonde en ce sens et je pense que cet EP (déjà en rotation sur Mazik1) vous comblera forcément ! 🙂

Car loin des tubes mainstream hyper formatés dont on nous rabâche les oreilles sur toutes les ondes de nos jours, Esthesis ravira les amateurs de prog-rock et d’art-rock, style phare des 70’s mais quelque peu délaissé aujourd’hui, musiques pourtant somptueuses, parfois considérées comme complexes, voire intello, mais qui suscitent plein d’émotions à qui sait les écouter et se laisser emporter…

Esthesis, désormais installé à Toulouse, est donc sans nul doute un groupe qu’il va falloir suivre dans les années à venir et nous attendons déjà avec impatience son album…

Membres d’Esthesis

Aurélien Goude : chant, guitares, claviers, synthés
Charles Thumloup : basse
David Delavoipière : guitares
Yann Pousset : batterie

Discographie

2019 – Raising Hands (EP)

Achetez les albums

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂

Asylum4


Asylum4 - MazikJe viens de découvrir une bande de cinglés tout droit sortis de l’asile…

Ces joyeux drilles maniaco-dépressifs aux allures déjantées ont formé un groupe de rock qui envoie du lourd…

Asylum4 déclare faire de la musique pour des personnes que votre mère estimerait très certainement infréquentables mais que c’est bon et qu’est-ce-que ça pulse !  🙂

Asylum4 en bref

Ils sont français et se (sur)nomment Jayne Doe, Lord MacBass, Sir Jack et John Badass… Ils se seraient (selon la légende) rencontrés dans un asile à Paris souffrant tous les quatre de symptômes psy plus où moins graves et plus où moins avérés…

Ces frappadingues ne se souviennent plus vraiment, laissent planer le doute et entretiennent le mythe. Leur bassiste par exemple affirme mordicus qu’il a été élevé par une famille de truites à fourrure dans le sud de la France ce qui le conduit épisodiquement à menacer de son manche de basse les pêcheurs qu’il rencontre sur son chemin…

Jayne Doe quant à elle ignore sa véritable identité, parlait le russe à la naissance et se prend de temps à autres pour Ivan Rebroff, certainement par nuit de pleine lune alors que son compère John Badass erre comme une âme en peine en hurlant à la mort tel un loup, une batte de baseball chromée à la main façon Sergent Donny Donowitz dans « Inglourious Basterds »…

Sir Jack c’est le taciturne de la bande de sinoques qui ne s’exprime pas où exclusivement par des grognements et autres borborygmes vernaculaires que lui seul comprend.

Mais peu importe ce folklore plutôt marrant et comment ils en sont arrivés là car les membres de ce quarter loufoque a découvert qu’ils avaient un truc en commun : le Rock ! (ils aiment tout particulièrement Guns n’ RoseLed Zeppelin, Queen, AC/DC, pour ce dernier c’est flagrant dans leur morceau « Fighting »)

Asylum4 fait donc de la musique, le genre dur et bruyant mais réjouissant et follement hystérique comme il se doit et de fait, cela leur permet de libérer toute cette énergie trop longtemps aliénée dans leurs cellules (grises) et de s’éclater de  comme des dingues désormais.

Malgré ses névroses chroniques, Asylum4 peut enfin briller en plein jour en regardant le soleil bien en face quitte à se cramer les yeux !

Certes, leurs troubles obsessionnels plus ou moins compulsifs ne sont pas complètement réglés mais désormais ils savent comment monter un spectacle, subjuguer son auditoire et le faire vibrer sur des danses de Saint Guy endiablées…

Leur premier album de pur rock’n’ roll fun est sorti fin 2018. Intitulé The Bitch Is Back! c’est un album bien ficelé où l’on découvre la voix puissance de la chanteuse. Il a été enregistré aux studios Marcadet à Paris, produit par Georges Blumenfeld.

Toutes les chansons de ce premier opus sont écrites par Jayne Doe & Sir Jack hormis « Make it Right » qui est de Jerome Sullivan, Jayne Doe & Sir Jack.

Nous on aime et on vous le recommande ardemment… 🙂

Le premier morceau de l’album, « Backdoor Woman » est en rotation sur Mazik1 à partir d’aujourd’hui.

Membres d’Asylum4

Jayne Doe : chants, hurlements, bruits, thérémine, pianos, synhés,
Sir Jack : guitares, chant et hurlements,
Lord MacBass : basse,
John Badass : batterie.

Pour les chœurs  : Céline, Laure, Astrid, Lucie, Georges, Edouard, Sacha et les membres d’Asylum4.

Discographie

2018 – The Bitch Is Back!

Site de référence www.asylum-4.com

Achetez les albums

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂