The Band


The Band - The Band - MazikThe Band est un groupe de rock roots américano-canadien formé à Toronto, Ontario en 1968 par Rick Danko, Garth Hudson, Richard Manuel, Robbie Robertson et Mark Lavon « Levon » Helm.

The Band est connu pour avoir accompagné Bob Dylan de 1965 à 1974.

The Band en bref

Les membres de The Band se rencontrent pour la première fois entre 1958 et 1963, en rejoignant les uns après les autres The Hawks, le groupe de soutien du chanteur rockabilly Ronnie Hawkins.

En 1964 les cinq musiciens quittent Ronnie Hawkins puis tournent et sortent quelques singles en tant que  Levon and the Hawks et Canadian Squires.

L’année suivante, Bob Dylan les embauche pour sa tournée américaine puis sa tournée mondiale de 1966 après laquelle le groupe déménage à Saugerties, New York où ils réalisent les enregistrements informels de 1967 qui deviennent The Basement Tapes, la maquette de leur premier album Music from Big Pink qui sortira en 1968.

Étant donné que la formation demeure « le groupe » de divers frontmen ou artistes vedettes si vous préférez, Levon Helm suggère de prendre le nom « The Band » lorsqu’ils décident de voler de leurs propres ailes et de fait, le groupe commence à se produire sous le nom de The Band en 1968 et publiera dix albums studio.

Le style musical du groupe fusionne de nombreux éléments entre musique country et rock & roll, alliés à des touches de rhythm & blues ou de Motown. Robbie Robertson cite Curtis Mayfield et les Staple Singers parmi les principales influences de The Band.

Après le succès de Music from Big Pink, The Band part en tournée. Leur première apparition live se déroule à l’Université de Stony Brook au printemps 1969. Cet été là ils se produisaient également au célèbre Festival de Woodstock mais leur performance ne figure pas dans le film en raison de complications juridiques.

Bob Dylan continue de collaborer avec The Band au cours de sa carrière avec notamment une tournée conjointe en 1974.

Le line-up original de The Band met fin à ses tournée en 1976 avec un ultime concert le jour de Thanksgiving mettant en vedette de nombreuses célébrités invitées : Eric Clapton, Ringo Starr, Bob Dylan, Ronnie Wood, Muddy Waters, Neil Young, Neil Diamond, Van Morrison, Bobby Charles, Dr. John, Paul Butterfield, Emmylou Harris, Ronnie Hawkins, Joni Mitchell et The Staple Singers.

Cette performance live est immortalisée par Martin Scorsese dans son film documentaire The Last Waltz de 1978. Je sais, ça fait un peu « We are the World, We are the Children… » avant l’heure mais cela reste un document exceptionnel. 😉

Le groupe repart en tournée en 1983 mais sans le guitariste Robbie Robertson qui se consacre désormais à sa carrière solo et comme producteur de musique de films à Hollywood.

Un drame frappe The Band puisque, devenu alcoolique, Richard Manuel met fin à ses jours en 1986 après un énième concert dans des lieux de plus en plus miteux. Sa disparition inspirera au groupe de folk-rock et rock-alternatif Counting Crows la chanson « Richard Manuel Is Dead » qui figure sur son album Hard Candy de 2002. Eric Clapton n’est pas en reste puisqu’il dédie sa chanson « Holy Mother » à la mémoire de Richard Manuel sur son album August en 1986.

Mais comme le veut l’adage « the show must go on » et les trois autres membres du groupe poursuivent les tournées et les enregistrements accompagnés par une successions de musiciens pour remplacer Manuel et Robertson.

La configuration finale de The Band comprend Richard Bell au piano, Randy Ciarlante à la batterie et Jim Weider à la guitare.

La formation se dissout définitivement après le décès de Rick Danko en 1999 suite à une insuffisance cardiaque.

Levon Helm est empêché de chanter pendant plusieurs années à cause d’un cancer de la gorge en 1998 mais il a finalement retrouvé l’usage de sa voix. Il a continué de jouer et a sorti plusieurs albums à succès jusqu’à sa mort en 2012.

Le groupe a été intronisé au Canadian Music Hall of Fame en 1989 et au Rock and Roll Hall of Fame en 1994.

Le magazine Rolling Stone situe The Band en 50ème position sur sa liste des 100 plus grands artistes de tous les temps en 2004 et classe la chanson « The Weight »  41ème sur la liste des 500 meilleures chansons de tous les temps. Ses premières paroles inspireront d’ailleurs son nom au groupe de hard-Rock Nazareth.

En 2008 The Band se voit décerner un Grammy Lifetime Achievement Award.

En 2014, The Band est intronisé au Canada’s Walk of Fame.

Membres de The Band

Billy Preston – claviers, chœurs
Blondie Chaplin – guitares, batterie, chœurs
Buddy Cage – lap steel guitare
Earl Cate – guitares
Earnie Cate – claviers
Fred Carter, Jr. – guitares
Garth Hudson – claviers, saxophone, accordion, woodwinds, brass
Jack Casady – basse
Jim Weider – guitares
John Simon – baritone horn, electric piano, piano, tenor saxophone, tuba
Jorma Kaukonen – guitares
Levon Helm – batterie, chant, mandolin, guitare, percussion
Randy Ciarlante – batterie, custom percussion, chant
Richard Bell – claviers
Richard Manuel – piano, orgue, chant,  steel guitar, batterie
Rick Danko – basse, chant, guitares, trombone
Robbie Robertson – guitares, chant, percussion
Ron Eoff – basse
Sredni Vollmer – harmonica
Stan Szelest – claviers
Terry Cagle – batterie, chœurs

Discographie de The Band

1968 – Music from Big Pink
1969 – The Band
1970 – Stage Fright
1971 – Cahoots
1972 – Rock of Ages en live,
1973 – Moondog Matinee
1975 – Northern Lights – Southern Cross
1977 – Islands
1978 – The Last Waltz live/studio,
1993 – Jericho
1996 – High on the Hog
1998 – Jubilation

Produits disponibles sur Amazon.fr

Avec Bob Dylan

1974 – Planet Waves
1974 – Before the Flood
1975 – The Basement Tapes
1998 – The Bootleg Series Vol. 4: Bob Dylan Live 1966, The « Royal Albert Hall »

Site de référence : www.officialtheband.com

Achetez les albums

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂

The Mamas and the Papas


The Mamas and the PapasThe Mamas and the Papas (The Mama’s and the Papa’s sur la pochette du premier l’album) est un groupe vocal américain de folk rock incontournable sur la scène musicale de la contre-culture des sixties. Constitué de deux hommes et deux femmes (oui, un peu comme Abba avant l’heure) leur son est basé sur des harmonies vocales arrangées par John Phillips l’auteur-compositeur, le musicien et le leader du groupe qui a su adapter le folk au new beat du début des années soixante. Le quatuor éphémère n’a été actif que de 1965 à 1968 avec un bref retour en 1971, a publié cinq albums et dix singles à succès écoulés à plus 40 millions d’exemplaires à travers le monde, toujours appréciés par leurs fans aujourd’hui.

The Mamas and the Papas en bref

John Phillips, Denny Doherty, Cass Elliot et Michelle Phillips (née Gilliam) forment le groupe à New York après avoir essuyé des échecs dans deux groupes folk précédents, The Mugwumps (futur Lovin’ Spoonful) et The New Journeymen. Leur premier grand tube « California Dreamin ‘ » reste la chanson la plus célèbre et la plus facilement identifiable des Mamas & Papas.

Initialement appelé Magic Circle, le groupe cherche un nom plus facilement mémorisable. En allumant la télé de leur coloc ils tombent sur Hells Angel qui dit à la caméra « Maintenant on n’appelle plus nos femmes nos Chéries mais nos Mamas« . Cass et Michelle s’exclament tout de go « bah ouais, on veut être des mamas alors !« , John et Denny de rétorquer « et nous des papas, d’accord, problème résolu« . C’est ainsi que le groupe a choisi son nom définitif.

Le premier album If You Can Believe Your Eyes and Ears sort en 1966 et rencontre un grand succès aux États-Unis et en Europe. Sa pochette est censurée car on y voit les quatre membres du groupe dans une salle de bain, agglutinés dans une baignoire mais surtout à cause de la présence d’un WC, objet jugé indécent à l’époque… (non mais quelle bande de punk) 😉

Comme beaucoup de groupes « hippies » à l’époque du flower-power et du mouvement psychédélique, les séances d’enregistrement des Mamas and  Papas ainsi que leur vie quotidienne n’échappe pas à certains produits stupéfiants en particulier la marijuana et d’autres substances courantes (pas forcément illicites)  à cette époque. Cette consommation de drogues liée à un côté « amour libre » favorisera cependant certaines tensions et clashs au sein de la formation.

Michelle Phillips, la femme de John Phillips, a notamment une aventure avec Gene Clark du groupe The Byrds (amis mais surtout rivaux de The Mamas & the Papas). John, jaloux, ne supportant la situation décide de la virer du groupe en juin 1966 en accord avec leur avocat Abe Somer et leur maison de disque Dunhill Records.

C’est la jolie Jill Gibson, longs cheveux blonds, silhouette à son avantage et surtout petite amie de leur producteur Lou Adler qui la remplace et qui apprend les chansons du répertoire en trois semaines alors que le groupe se trouve à Londres. Elle figure sur le deuxième album intitulé simplement The Mamas and the Papas, à l’exception de deux titres enregistrés avec Michelle Phillips.

Fin août 1966 le groupe réintègre Michelle Phillips en grande partie grâce à John. Jill Gibson perçoit un dédommagement forfaitaire resté secret (vraisemblablement confortable) mais elle reconnaîtra plus tard s’être sentie trahie par John Phillips.

Le couple étant réconcilié, ils font l’acquisition d’une maison à Bel Air. Le groupe enregistre alors son troisième album Deliver, qui devient un énorme succès.

En juin 1967 The Mamas and the Papas font la clôture du premier festival international de Monterey mais la prestation est assez calamiteuse par manque de répétitions. En effet, John Phillips, Michelle Phillips et Lou Adler sont les organisateurs du festival et les problèmes de logistique prennent le dessus. De plus le retour du Canada de Denny Doherty à la dernière minute n’arrange pas les choses…

Contrat oblige, The Mamas and the Papas tentent de travailler sur le quatrième album sans avancer par manque d’inspiration. Ils décident donc de partir en voyage en Europe fin 1967 pour stimuler leur créativité. Lors d’une soirée organisée par Dunhill Records en Angleterre, alors que Cass Elliot bavarde avec Mick Jagger (The Rolling Stones) John s’approche d’eux et fait une remarque déplaisante à son sujet (probablement sur son embonpoint) devant les invités. Dégoûtée et humiliée, elle claque la porte et quitte le groupe.

Leur maison de disques publie une compilation Greatest Hits pour faire patienter les fans. Cass Elliot étant liée contractuellement elle fait tout de même une apparition sur le quatrième album du groupe.

The Mamas and the Papas splitte en juillet 1968. Après la rupture du groupe, Cass Elliot déclare au magazine Rolling Stone, dans une de ses rares interviews, que la séparation est liée à son souhait de se consacrer à sa carrière solo. Et en effet elle part en tournée aux États-Unis et en Europe avec des succès comme par exemple « Make Your Own of Music ».

Après avoir vérifié le contrat avec The Mamas and the Papas, le label leur fait savoir que le groupe leur doit un album. Le quatuor se reforme donc ponctuellement pour enregistrer son dernier album People Like Us qui sort en 1971 puis se sépare l’année suivante.

Pendant une tournée, Cass Elliot meurt d’une crise cardiaque le 29 juillet 1974 et non pas étouffée par un sandwich au jambon comme le prétend parfois la rumeur persiflante. John Phillips décède lui aussi d’une crise cardiaque le 18 mars 2001.

Michelle Phillips poursuit de son côté une brillante carrière d’actrice, notamment dans le film Dillinger de 1973 et dans la série télévisée Knots Landing. Denny Doherty organise un temps une émission tv de variétés populaire au Canada, il est emporté par une « courte maladie » selon sa sœur Frances Arnold, le 19 janvier 2007 chez lui à Mississauga (Canada).

Michelle Phillips est désormais la seule membre survivante du groupe initial. Sa fille Chynna forme le groupe Wilson Phillips avec Carnie Wilson et Wendy Wilson (les filles de Brian Wilson des Beach Boys), avec qui elle a toujours été amie depuis l’enfance.

Les Mamas and  the Papas sont intronisés au Rock & Roll Hall of Fame en 1998 et au Vocal Group Hall of Fame en 2000.

Récemment un avatar des Mamas & the Papas a entrepris des tournées dans de petites villes des États-Unis en reprenant leur tubes sans toutefois rencontrer le succès et l’impact du groupe original.

Discographie de The Mamas and the Papas

Albums studio

1966 : If You Can Believe Your Eyes and Ears
1966 : The Mamas and the Papas
1967 : Deliver
1968 : The Papas and the Mamas
1971 : People Like Us

Produits disponibles sur Amazon.fr

Singles

1965 : Go Where You Wanna Go
1965 : California Dreamin’
1966 : Monday, Monday
1966 : I Saw Her Again
1966 : Words of Love
1966 : Dancing in the Street (couplé avec Words of Love)
1966 : Look Through My Window
1967 : Dedicated to the One I Love
1967 : Creeque Alley
1967 : My Girl
1967 : Glad to Be Unhappy
1967 : Dancing Bear
1967 : Twelve Thirty
1968 : Safe in My Garden
1968 : Dream a Little Dream of Me
1968 : For The Love of Ivy
1968 : Do You Wanna Dance
1972 : Step Out

Achetez les albums

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂