Sniff’n’ the Tears


Sniff'n' the Tears - MazikSniff’n’ the Tears est un groupe de rock britannique formé à Londres qui s’est rendu célèbre grâce à son tube « Driver’s Seat » de 1979, utilisé en 1997 dans le film de Paul Thomas Anderson :  Boogie Nights. Le line-up du groupe a connu de nombreux changement au fil des ans, le membre constant depuis l’origine du groupe en 1977 est le chanteur et auteur-compositeur Paul Roberts, également peintre de renom, est l’auteur de toutes les pochettes des albums du groupe (ne pas confondre avec son homonyme membre des Stranglers à partir de 1992).

Sniff’n’ the Tears en bref

Après avoir tenté une première mouture de Sniff’n’ The Tears en Angleterre en 1973, sans succès et surtout sans pouvoir décrocher un contrat, Paul Roberts décide de dissoudre le groupe et de s’installer en France.

Quelques années plus tard, Luigi Salvoni, le batteur du groupe Moon,  ré-écoute des démos que Paul Roberts et lui-même avaient enregistrées en 1975 pour une maison de disques française. Décelant un certain potentiel, il contacte son ami Paul pour l’encourager à se rapprocher Chiswick Records afin de tenter de signer avec ce label.

En 1977 Sniff’n’ The Tears est constitué de six musiciens, Paul Roberts (chant, guitare acoustique), Loz Netto (guitares), Mick Dyche (guitares), Chris Birkin (basse), Alan Fealdman (clavier) et Luigi Salvoni (batterie et percussion). Ce line-up enregistre le premier album du groupe, Fickle Heart, produit par Salvoni. Bien qu’enregistré en 1978, l’album est resté inédit pendant plus d’un an car Chiswick Records était à l’époque en train de changer son circuit de distribution.

Ce premier album sur lequel figure « Driver’s Seat » sera suivi de trois autres : The Game’s Up en 1980, Love/Action en 1981 et Ride Blue Divide en 1982. Tous les trois sur le label Chiswick Records.

Leur plus grand tube « Driver’s Seat fait un carton dans tous les pays à l’exception du Royaume-Uni, à cause de pseudo problème de pressage chez EMI.

Sniff’n’ The Tears splitte peu de temps après la sortie de l’album.  Birkin, Fealdman et Salvoni quittent le groupe pour se consacrer à d’autres projets. Chris Birkin quitte la musique et devient  prof de math.

Le bassiste Nick South devient membre permanent du groupe et en tournées Sniff’n’ The Tears est complété par le batteur Paul Robinson et le claviériste Miffy Smith qui avait joué le solo Moog sur « Driver’s Seat » en tant que guest.

Sniff'n' the Tears - MazikPour le deuxième album du groupe, The Game’s Up sorti en 1980, le groupe se compose de Roberts, Netto, Dyche, South et du nouveau claviériste Mike Taylor. A cette époque, le groupe n’a plus de batteur attitré, ce sont plusieurs batteurs de session différents qui se sont succédé sur le tabouret… Aucun véritable tube n’a émergé de cet opus. Netto quitte le groupe pour se lancer dans une carrière solo, suivi par Dyche.

Sniff'n' the Tears - MazikRoberts devient ainsi le seul rescapé de la formation initiale et décide de poursuivre l’aventure en recrutant Les Davidson à la guitariste et Jamie Lane à la batterie. Ce combo de cinq musiciens (Roberts, Davidson, Lane, South et Taylor) enregistre deux albums : Love/Action en 1981 et Ride Blue Divide en 1982.

Hélas, une fois de plus aucun succès à la hauteur des attentes ne se fait pas jour sur ces albums. Cette fois, lâché par le label Chiswick Records, le groupe se sépare en 1983.

Sniff'n' the Tears - MazikPaul Roberts sort trois albums solo pour Sonet Records : City Without Walls en 1985, Kettle Drum Blues en 1987 et Slowdown en 1992.

Après une décennie d’inactivité, Sniff’n’ The Tears refait surface en 1992 de manière inattendue, après que « Driver’s Seat » ait été utilisé dans un spot de pub en Europe. Cet enregistrement vieux de 13 ans est soudainement propulsé au sommet des charts néerlandais en particulier à la mi-91.

Paul Roberts profite de cette aubaine pour constituer un nouveau line-up de Sniff’n’ the Tears avec de nouvelles recrues comme Jeremy Meek à la basse (ex Live Wire), Steve Jackson à la batterie et Andy Giddings aux claviers et d’emmener tout ce petit monde en tournée aux Pays-Bas et en Allemagne.

Sniff'n' the Tears - MazikDans la foulée ils enregistrent un nouvel album studio en 1992 intitulé No Damage Done, le premier album de Sniff’n’ the Tears depuis plus de dix ans.

« Driver’s Seat » est également mis à l’honneur sur la bande originale du film Boogie Nights en 1997 et rencontre une fois de plus résurgence de popularité, bien que la plupart des radios diffusent alors la réédition de 1991 et non la version originale. Ce morceau apparaît également dans The Walking Dead Saison 2 Episode 10 « 18 Miles Out ».

Sniff'n' the Tears - MazikL’album suivant, Underground, qui sort en 2001, est surtout le travail de Paul Roberts, lequel chante et joue presque de tous les instruments (guitares, mandoline, harmonica, claviers, basse et batterie). Le guitariste Les Davidson, membre de longue date du groupe, participe toutefois aussi à l’enregistrement de l’album avec Robin Langridge, un nouveau membre,  sur la plupart des lignes de claviers.

Sniff'n' the Tears - MazikAprès une deuxième longue période de vaches maigres, le groupe sort son septième album, Downstream, en février 2011. Le line-up de Sniff’n’ the Tears pour cet album est constitué de Paul Roberts (chant, guitares, basse, clavier), Les Davidson (guitares), Robin Langridge (claviers), Nick South (un ancien membre à la basse) et un nouveau en la personne de Richard Marcangelo (batterie) qui participé comme musicien de session à l’album The Game’s Up. La bassiste Jennifer Maidman, présente sur les deux albums solo de Paul Roberts, a également contribué à plusieurs titres.

Sniff'n' the Tears - MazikAprès un accident en 2012 et plusieurs mois de convalescence, Paul Roberts se met à écrire des chansons sur des maquettes que lui fait parvenir le claviériste Robin Langridge. Le huitième album qui sort en 2017, Random Elements, est enregistré pendant quatre ans avec Robin Langridge et le guitariste Les Davidson accompagnés d’anciens membres de Sniff’n’ The Tears, le bassiste Nick South et le batteur Paul Robinson.

Membres de Sniff’n’ the Tears

Paul Roberts : chant, guitare, basse, mandoline, claviers
Les Davidson : guitares, chœurs
Loz Netto : guitares
Chris Birkin : basse
Mick Dyche : guitares
Rick Fenn : guitares
Nick South : basse
Jeremy Meek : basse
Jennifer Maidman : basse
Luigi Salvoni : batterie
Paul Robinson : batterie
Jamie Lane : batterie
Steve Jackson : batterie
Richard Marcangelo : batterie
Alan Fealdman : claviers
Keith Miller : synthétiseurs
Mike Taylor : claviers
Miffy Smith : claviers & synthétiseurs
Andy Giddings : claviers
Robin Langridge : claviers
Noel McCalla : chœurs

Discographie de Sniff’n’ the Tears

Albums studio

1979 – Fickle Heart
1980 – The Game’s Up
1981 – Love/Action
1982 – Ride Blue Divide
1992 – No Damage Done
2002 – Underground
2011 – Downstream
2017 – Random Elements

Compilation

1991 – A Best Of Sniff ‘n’ the Tears

Site de référence : www.sniffnthetears.com

Achetez les albums

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂

Al Stewart


Al Stewart - MazikAl Stewart, diminutif de Alastair Ian Stewart, est un auteur, compositeur, interprète et musicien de folk-rock britannique né à Glasgow en Écosse le 5 septembre 1945. Il est surtout connu pour son single Year of the Cat de 1976 et pour son album de 1978 Time Passages tous deux produits par Alan Parsons.

Il s’est fait connaître dans le cadre de la renaissance du folk britannique dans les années 1960/70 et a développé un style unique qui combine des chansons folk-rock sur des récits délicatement tissés de personnages et d’événements historiques. En effet, les chansons d’Al Stewart sont nostalgique et s’inspirent du passé, on lui attribue d’ailleurs la création de son propre sous-genre le « folk rock historique ». Lorsqu’il apprenait la guitare il a été l’élève de Robert Fripp, le guitariste de King Crimson.

Al Stewart en bref

Il grandit à Bournemouth dans le Dorset et joue dans un groupe de beat avec le futur le DJ Antony Kenneth (alias Tony Blackburn) qui s’est d’abord fait connaître sur les stations pirates « Radio Caroline » et « Radio London » dans les années 1960, avant de rejoindre la BBC.

Par la suite Al Stewart s’installe à Londres dans l’espoir de trouver gloire et fortune.

Après avoir acheté sa première guitare au futur guitariste de Police Andy Summers, Al Stewart l’échange contre une guitare acoustique pour se produire au Bunjies Coffee House à Londres en 1965.

Figure clé de la musique britannique tout au long de la période British folk revival, il participe au premier Festival de Glastonbury en 1970, fréquente Yoko Ono bien avant avant qu’elle ne rencontre John Lennon et partage un petit appartement londonien avec le jeune Paul Simon.

Par la suite il se produit régulièrement dans un club de folk et de blues Les Cousins situé au sous-sol d’un restaurant de Greek Street où les musiciens de l’époque se rencontrent et apprennent mutuellement les uns des autres.

Il y côtoie des artistes tels que Cat Stevens, Bert Jansch, Van Morrison, Roy Harper, Ralph McTell, Jackson C. Frank, Marc Brierley, Davey Graham, John Renbourn, Sandy Denny, John Martyn, Alexis Korner, The Strawbs, The Young Tradition et Paul Simon.

Cependant, malgré un contrat avec CBS Records et son « rond de serviette » au café Bunjees, la vie n’est pas facile pour le jeune troubadour qui se sent un peu comme un étranger dans une grande ville.

Son deuxième album Love Chronicles de 1970 est désigné album folk de l’année par le magazine Melody Maker mais ce n’est qu’avec Year Of The Cat, coécrit avec Peter Wood, que sa notoriété internationale explose. L’album sorti en juillet 1976 devient disque de platine.

Des albums antérieurs tel que Past, Present And Future de 1973 sont souvent considérés comme meilleurs et plus représentatifs de son style « folk-rock historique », un style auquel il reviendra dans ses albums ultérieurs.

Il s’installe en Californie au milieu des années 1970 et tourne encore beaucoup aux Etats-Unis États-Unis, au Canada, en Europe et au Royaume-Uni.

Al Stewart a publié seize albums studio et trois albums live depuis son premier album Bed-Sitter Images de 1967. Son dernier album en date s’intitule Uncorked, il s’agit d’un live avec Dave Nachmanoff sorti en 2009 sur le label indépendant d’Al Stewart, Wallaby Trails Recordings.

À noter qu’au cours de sa carrière Al Stewart a travaillé avec Peter White, Alan Parsons, Jimmy Page, Richard Thompson, Rick Wakeman, Francis Monkman, Tori Amos et Tim Renwick, et plus récemment avec Dave Nachmanoff et Laurence Juber l’ancien guitariste des Wings.

En avril 2017, Al Stewart est récompensé par un prix d’excellence aux BBC Radio 2 Folk Awards pour l’ensemble de sa carrière, événement présentés par son vieux complice de l’époque du Dorset, Tony Blackburn.

Discographie d’Al Stewart

Albums studio

1967 – Bedsitter Images
1969 – Love Chronicles
1970 – Zero She Flies
1972 – Orange
1973 – Past, Present and Future
1975 – Modern Times
1976 – Year of the Cat
1978 – Time Passages
1980 – 24 Carrots (with Shot in the Dark)
1984 – Russians & Americans
1988 – Last Days of the Century
1993 – Famous Last Words
1995 – Between the Wars (with Laurence Juber)
2000 – Down in the Cellar
2005 – A Beach Full of Shells
2008 – Sparks of Ancient Light

Album live

1981 – Live/Indian Summer
1992 – Rhymes in Rooms (avec Peter White)
2009 – Uncorked (avec Dave Nachmanoff)

Compilations

1977 – The Early Years
1985 – The Best of Al Stewart – Songs From the Radio
1991 – Chronicles… The Best of Al Stewart
1993 – To Whom it May Concern 1966–1970
1996 – Premium Gold Collection
1996 – Seemed Like a Good Idea at the Time (édition limitée de faces B ou raretés)
1998 – On the Border
2001 – Singer Songwriter
2002 – The Very Best Al Stewart Album Ever
2003 – The Essential Al Stewart
2003 – Introducing… Al Stewart – Running Man
2004 – Greatest Hits
2005 – Just Yesterday
2006 – A Piece of Yesterday – The Anthology
2006 – The Definitive Pop Collection
2017 – An Introduction To : Al Stewart

Site de référence www.alstewart.com

Achetez les albums

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂