Blackfeet Revolution


Blackfeet Revolution - MazikBlackfeet Revolution est un duo rock français fondé à Paris en 2008 par des amis d’adolescence qui se sont connus au lycée.

Benoit Portolano chanteur-guitariste et Fred Wissler (alias Ricci) chanteur-batteur forment un binôme énergique qui cultive son indépendance en mélangeant des distorsions de guitares et de la grosse batterie (à la façon de Ko Ko Mo) incluant des inspirations mélodiques plus pop. Après onze ans d’existence il publie son premier album Made in Blackfeet le 8 novembre 2019.

Blackfeet Revolution en bref

Le duo s’exprime à travers un rock énergique sans concessions, mélange d’un grunge moderne boosté au blues qui trouve son essence dans la performance live. L’influence du chant tribal et des chœurs est omniprésente et donne à ce rock musclé et énergique une allure parfois mystique.

Deux musiciens en plug and play, aucunes séquences, pas d’ordinateurs, que du live. Une modernité explosive pour un groupe hors circuit. Ce n’est pas du rock américain, ce n’est pas du rock anglais, c’est du Blackfeet.

Blackfeet Revolution - MazikEn 2010 le groupe sort son premier E.P intitulé Feel It Burn contenant six morceaux, lequel est remarqué par l’équipe de Nagui qui les invite à chanter le morceau titre très soft à deux voix accompagné simplement d’un piano électrique sur le plateau de l’émission musicale Taratata le 03 février 2012. On aurait préféré quelque chose de plus pêchu, de plus ébouriffant à l’image des blackfeet…

Blackfeet Revolution - MazikLe duo publie son deuxième E.P éponyme qui est diffusé sur certaine radios ce qui leur vaudra d’enchaîner des premières parties dans des salles prestigieuses comme le Trabendo, le Bataclan, le Nouveau Casino ou l’Olympia…

Blackfeet Revolution devient l’égérie de la marque française de prêt-à-porter IKKS puis le groupe est invité à jouer lors de la finale de Roland Garros par la marque Adidas.

En 2013, les deux musiciens participent au festival Rock en Seine et défile sur un char au cours de la Love Parade de Solidays à Paris.

En 2014, leur deuxième EP figure sur la compilation de Rock&Folk et par la suite Blackfeet Revolution donne un concert à la Maroquinerie.

Cinq ans plus tard le groupe revient avec son premier album de quatorze titres intitulé Made in Blackfeet qui sera suivi par plusieurs concerts de soutien ce dont se réjouissent les deux amis…

Selon les deux compères ce premier opus est « Bien plus qu’un album, c’est une synthèse. Il est l’aboutissement de milliers d’heures de répétition, de concert, d’enregistrement, d’écoute, de mixage, de procrastination, de réflexion et de doutes. Il est humain, exactement comme nous. Il est le fruit d’autant de galères que de réussites. Cet album nous ressemble car nous l’avons réalisé seul du début à la fin. Il symbolise dix ans d’existence et plus de trois cent concerts à travers la France et dans d’autres pays. Ce disque est un «do it yourself», enregistré en live, produit, mixé et masterisé par nos mains et nos oreilles même si nous sommes déjà à moitié sourds. Nous avons voulu cet album comme une performance artistique et technique inspirée de la philosophie punk. Qu’importe la technique, seul importe le propos. »

Nous avons écouté en avant première ce nouvel album avec attention et délectation car oui, nous avons beaucoup aimé. Comme sur les deux EPs, Blackfeet distille un rock revitalisant, brut et sans sans ambages teinté de blues-rock sur des textes en anglais et des mélodies bien charpentées.

Membres de Blackfeet Revolution

Benoit Portolano : chant, guitare
Fred Wissler alias Ricci : chanteur, batterie

Discographie de Blackfeet Revolution

2010 – Feel It Burn (EP)
2012 – Blackfeet Revolution (EP)
2019 – Made in Blackfeet

Site de référence : www.blackfeet-revolution.com

Achetez les albums

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂

Warren Zevon


Warren Zevon - MazikWarren Zevon de son nom complet Warren William Zevon est un  chanteur, pianiste et compositeur américain de rock né à Chicago le 24 janvier 1947. Les textes de ses chansons sont souvent des pamphlets et des critiques, parfois sarcastiques, sur la société contemporaine, la vie politique, le tout traité sur un ton humoristique. Son travail fait l’objet d’éloges de la part de musiciens célèbres comme Jackson Browne, Bruce Springsteen, Bob Dylan et Neil Young. Ses tubes les plus connus sont « Werewolves of London », « Lawyers, Guns and Money », « Roland the Headless Thompson Gunner » et « Johnny Strikes Up The Band », qui figurent tous sur son troisième album, Excitable Boy paru en 1978.

Warren Zevon en bref

Son père immigré russe et joueur de cartes professionnel, l’emmène avec lui parcourir l’Arizona et la Californie. Pendant sa jeunesse, il se rend dans la maison d’Igor Stravinski où il étudie la musique dès l’âge de 12-13 ans avec le chef d’orchestre Robert Craft. Très jeune, il débute sa carrière musicale dans un duo appelé Lyme and Cybelle (sur le modèle de Sonny and Cher) dont un titre figure sur la compilation Nuggets. Warren Zevon devient par la suite un musicien de studio et travaille notamment avec The Everly Brothers. Il compose par ailleurs plusieurs morceaux pour le groupe The Turtles.

L’une de ses compositions intitulée « She Quit Me » est utilisée dans la B.O. du film Midnight Cowboy en 1969.

Son premier album solo, Wanted Dead or Alive, ne rencontre pas le succès escompté et le suivant Leaf in the Wind n’est même pas distribué par sa maison de disque.

Au début des années 1970 il par en tournée avec les Everly Brothers mais cette collaboration ne le satisfait pas.

En 1976,  Warren Zevon s’installe quelque temps en Espagne où il se produit dans un petit bar dont le tenancier est un ancien mercenaire. Ensemble, ils composent l’un de ses titres phares « Roland the Headless Thompson Gunner ». De retour en Californie il travaille avec Jackson Browne qui produit son premier album éponyme. Plusieurs morceaux de cet opus feront l’objet de reprises par le groupe The Eagles et par Linda Ronstadt.

Son premier véritable succès commercial est l’album Excitable Boy qui sort en 1978. Plusieurs chansons de cet opus passent alors régulièrement à la radio, dont « Werewolves of London » qui se classe dans le top-ten.

Pendant les deux décennies suivantes, il enregistre plusieurs albums de manière sporadique et avec plus ou moins de succès. En même temps il fait face à ses addictions à l’alcool et aux drogues.

Son quatrième album, Bad Luck Streak in Dancing School, est dédié au romancier Ross Macdonald, qui l’a soutenu pendant un épisode particulièrement difficile en 1979.

Warren Zevon met un terme à sa carrière en 1982 après la sortie de son album The Envoy et  par la suite il ne fera plus que quelques rares apparitions, le plus souvent en solo.

Il collabore toutefois avec le groupe R.E.M. est enregistre sous le nom The Hindu Love Gods en 1990.

Warren Zevon fait un bref retour en 1987 et publie Sentimental Hygiene avec l’aide de Neil Young, de Bob Dylan et des membres du groupe R.E.M.

Sur Transverse City qui sort en 1989, il faut noter la collaboration de David Gilmour (Pink Floyd) et de Jerry Garcia (Grateful Dead). Sur d’autres albums il est assisté de Jackson Browne, The Eagles et du boss en personne, Bruce Springsteen.

Parmi les amis de Warren Zevon se trouvent également des écrivains célèbres dont Hunter S. Thompson, Stephen King et Carl Hiaasen qui ont également collaboré à l’écriture de plusieurs de ses chansons.

En 2002 il est diagnostiqué d’un cancer au poumon qui lui sera fatal (un mésothéliome incurable, associé à une exposition à l’amiante plutôt qu’au tabac). Il enregistre The Wind, aidé par des amis proches comme Bruce Springsteen, Don Henley, Timothy B. Schmit (du groupe The Eagles), Joe Walsh, David Lindley, Billy Bob Thornton, Emmylou Harris, Tom Petty entre autres. Lorsque sa maladie est officiellement annoncée aux médias, Warren Zevon déclare qu’il espère simplement vivre assez longtemps pour voir le prochain James Bond, un objectif atteint puisqu’il aura l’occasion de voir le bien nommé « Die Another Day » (Meurs un autre jour).

Son ultime album est publié en août 2003, peu de temps avant sa disparition le 7 septembre 2003 à son domicile de Los Angeles. 

Les Grammy Awards le gratifie de cinq nominations posthumes dont celle de « Chanson de l’Année » pour « Keep Me In Your Heart ».

Un album hommage intitulé Enjoy Every Sandwich : Songs of Warren Zevon (d’après sa devise « apprécie chaque sandwich », sorte de carpe diem) est publié en octobre 2004. C’est son fils Jordan Zevon qui a réalisé une grande partie de l’album sur lequel il interprète le titre inédit de son père « Studebaker ». Un deuxième album hommage, intitulé Hurry Home Early : the Songs of Warren Zevon sort en juillet 2005.

Discographie de Warren Zevon

Album studio

1969 – Wanted Dead or Alive
1976 – Warren Zevon
1978 – Excitable Boy
1980 – Bad Luck Streak in Dancing School
1982 – The Envoy
1987 – Sentimental Hygiene
1989 – Transverse City
1991 – Mr. Bad Example
1995 – Mutineer
2000 – Life’ll Kill Ya
2002 – My Ride’s Here
2003 – The Wind

Albums live

1980 – Stand in the Fire
1993 – Learning to Flinch

Compilations

1986 – A Quiet Normal Life: The Best of Warren Zevon
1996 – I’ll Sleep When I’m Dead
2002 – Genius: The Best of Warren Zevon
2003 – The First Sessions
2006 – Reconsider Me: The Love Songs
2007 – Preludes: Rare and Unreleased Recordings

Achetez les albums

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂