2006 : Shaka Ponk > Fonk me de Loco Con Da Frenchy Talkin’




Shaka Ponk "Loco Con Da Frenchy Talkin’"Premier album pour Shaka Ponk (SHK PNK) avec « Loco Con Da Frenchy Talkin’ » qui s’inspire du heavy métal, du funk et du hip hop pour nous faire un électro-rock frenchy de derrière les fagots.

En 2006, cette formation emmenée par le chanteur Frah n’est pas encore accompagnée de la sublime Samaha Sam, mais bien évidemment du singe Goz, leur mascotte virtuelle. En effet, l’univers de SHK PNK est autant graphique que sonore et même si les paroles n’ont souvent aucun sens, l’essentiel et de laisser nos petits gars fusionner des gimmicks efficaces, des breaks violents, des voix qui se mélangent avec une énergie communicatrice de la folie.

Cet ovni musical a éclos à Berlin avant d’exploser sur la scène française. Fusion des Red Hot Chili Peppers, de Death in Vegas, de Faith no more et de Rammstein… ce qui étonne à l’écoute de cet album est la multitude de tubes dont ce « Fonk me ».

Difficile de lister chaque morceau pour le raccrocher à tel ou tel groupe, cet incroyable melting pot de genres vaut le détour que ce soit avec le très red hot « Eh là mala lama laïco », le rock’oriental « Hell’o », le mitsoukotien « Fonk me », le hip hop death de « Whatch’ha », le très british « My boom is bumping », le rammsteinien « Da teen town », le Faith no more de « Papa Booya Boosta can » ou encore le fonk FFF de « Spit », écoutez moi ce son en live.

Bref que du lourd qui dépote et nous promet un avenir de power rock à s’en déjanter les rotules…

Produits disponibles sur Amazon.fr

Achetez les albums

👉Partagez cet article 👇🙂 👍🎵

2005 : Rinôçérôse > Cubicle





Schizophonia RinôçérôseAttention, lorsque des frogs font un album d’electro-rock à faire pâlir un rosbeef, il faut lever très haut l’étendard de la French Touch, avec Schizophonia, les Montpelliérains de « Rinocérôse » se lâchent sur la planète rock à la sauce électro. Au fait, ils ont combien de victoires de la musique pour cet album ?

Point de House pour Dance-floor cette fois ci, Jean-Philippe Freu et Patrice Carrié, psychologues de jour et Rinôçérôse de nuit, ont relevé le défi d’un électro-rock rugueux avec des références high level comme Chemical Brothers, ACDC, New Order, Prince, Kraftwerk, The Cramps, Depeche mode, Nina Hagen, Marilyn Manson,… rien que du lourd !

Pour ce faire, ils ont invité des chanteurs, dont Mark Gardener (ex-Ride) afin de se lâcher entre Rock et Danse pour fusionner la furie des guitares avec l’énergie des électro beats, en quelque sorte la « Décadance »

Dès le 1er morceau, Get ready now, on s’offre un rock à la sauce The Cramps sur fond de Kraftwerk, quel son !

Stop it, ça commence ou ça ne s’arrête plus.

Bitch, dès qu’il en voie une, le fantôme de Bon Scott nous ouvre son trois pièces façon ACDC.

Fiction dancer, lorsque la Brit Pop se moove en French Pop.

Skin, ou comment se parer de Dépêche Mode à la sauce Cure.

Pleasure and pain, entre Joy Division et New Order la séparation est douloureuse.
My demons, de Prince sur un électro-funk de derrière les fagots.

Cubicle, énorme, un petit lecteur MP3 de la taille d’une pomme ne résiste pas à cette cabine.

Fucky Funky Music (Motorcycle Boy Version), du funk sur du rock indus, déplacé à la Marilyn Manson.

Fahr Zu Hölle, Nina Hagen te propose l’enfer, entre anges et démons, j’hésite.
323 secondes de silence répétitif sans guitare espagnole, un peu de reposonore ne fait pas de mal.

Fucky Funky Music, de la house en live jouée guitare-basse-batterie !

« Schizophonia » transcrit donc une partie de l’histoire du rock auquel on ajoute des parties électro pour renforcer la puissance de groovy-funky sur les terres de la Brit-pop. Messieurs les anglais, si vous avez tiré les premiers, ils vous reste maintenant à fuir…

Produits disponibles sur Amazon.fr

Achetez les albums

👉Partagez cet article 👇🙂 👍🎵