1991 : FFF > New Funk Génération




FFF : Fédération Française de FonckGroupe live par excellence, la Fédération Française de Fonck (FFF) est un carambolage de funk et de rock pour faire naître la fusion incendiaire du fonck. Ceux qui ont été les voir à Strasbourg à la Salamandre, à la Bourse ou la Laiterie, savent de quoi je parle !

Cette équipe est composée principalement de Marco Prince, chanteur crooner funky et bondissant, Nicolas Baby dit Niktus, bassiste à plumes groovy en transe, Yarol Poupaud, guitariste funky aux riffs métalliques plombés et Christian « Krichou » Monthieux batteur au groove lourd et chaloupé.

Avec ce premier morceau de l’album Blast Culture c’est une orgie sonore où tous les instruments se montent les uns sur les autres façon P-funk. La basse ronronne, la guitare alterne entre son funky et saturation, le clavier et les cuivres pimentent le tout avec des influences James Brown, Sly and the Family Stone, George Clinton, …

La suite ne décevra pas que ce soit avec « Marco », qui béatifie le chanteur ; « Devil in Me » agressif à souhait ; « Tout pour le kifff » entre beat électronique, synthé, rap pour délivrer une tuerie en live ; « La complainte du Plombier » reggae au tempo accéléré ; « Maman Krié » berceuse caribéenne ; « Ac2n » antiraciste à toute berzingue ; « Requiem pour un con » reprise excellemment réussie…

Dans cette video, son altesse funkyssime George Clinton adoube la Funky French Familly sur les marches du sacré cœur. Félicitations à la Maman Krié pour cette naissance.

Paroles de New Funk Génération, chanson de FFF

Nous sommes le Foncky French Family
Si le nom t’a surpris déjà tu nous souris
Nous sommes la Fédération Française du Fonck
Les délires qu’on t’envoie ne sont jamais quelconques
Vous êtes venus nous voir et on vous remercie
C’est mieux qu’rester chez vous manger des spaghettis
Si vous aimez l’ambiance et les mélodies
Patience, car avec nous vous serez servis
New Funk Generation
We’re gonna move the Nations

On ne prétend surtout pas être les nouveaux messies
Mais Nostradamus nous l’a bien prédit
On entendra nos voix dans toutes les galaxies
Alors pour vous ce soir on joue par courtoisie
Nous sommes les Fistons Farouches du Finistère
Pour nous la Sexy Groove n’a plus aucun mystère
Nous sommes les Furious Fie Frogs de Paris
Vous jouirez avec nous de ces moments de folie

New Funk Generation
We’re gonna rock the Nations
French Funk Federation

👉Partagez cet article 👇🙂 👍🎵

Chicago




Chicago IIChicago est un groupe de rock, pop-rock et de funk-rock américain originaire de la ville qui lui a donné son nom mais qui s’installe en définitive à Los Angeles.

Il est formé en 1966 par Terry Kath et Walter Parazaider avec des camarades étudiants de Chicago.  Robert Lamm et Loughane sont eux originaires de New-York.

Le groupe innove à la fin des années 60 avec l’emploi d’une section de cuivres (saxophone, trombone, trompette) peu fréquente dans la musique rock dite « blanche » de l’époque ce qui les rend rapidement très populaire aux USA puis dans le reste du monde.

Histoire de Chicago

Ils font leurs début sous le nom de Missing Links puis The Big Thing et enfin courant 1967 ChicagoTransit Authority du nom de la compagnie de transports en commun dans la ville de Chicago. Peter Cetera rejoint la bande à la fin de la même année.

La line-up de Chicago à ses débuts

Terry Kath à la guitare,
Robert Lamm aux claviers,
Danny Seraphine à la batterie,
Peter Cetera à la basse,
Walter Parazaider au saxophone,
James Pankow au trombone
Lee Loughnane à la trompette.

En 1968 CTA enregistre un double album très psychédélique avec de longs solos et improvisations dans la veine des Iron Butterfly et autres Sweet Smoke, Rare Earth

En 1969, sur leur premier album Chicago Transit Authority, le groupe reprend le morceau I’m a Man chanson écrite par Steve Winwood (The Spencer Davis Group).

Le groupe fini par ne garder que le nom de Chicago et se distingue en attribuant des numéros en chiffres romains à ses albums ainsi que par le graphisme du nom du groupe que l’on retrouve sur tous ses albums et qui s’inspire directement du logo Coca-Cola.

Sur l’album Chicago II sorti en 1970 se trouve le fameux magnifique titre 25 or 6 to 4 écrit par Robert Lamm, l’un des membres fondateurs du groupe. Peter Cetera est au chant et à la basse. C’est le premier morceau de Chicago à se classer dans les charts US.

Cet enregistrement comporte un solo de guitare électrique et pédale wah-wah exécuté par guitariste Terry Kath.

Le titre de la chanson représente l’instant fatidique où le morceau est enfin terminé après une nuit d’écriture à 25 ou 26 minutes avant 4 heures du matin mais ce titre, un peu particulier il faut l’admettre, est mal retranscrit en « 25 ou 6 à 4 » puis interprété de manière inexacte comme s’il faisait l’éloge de la prise de stupéfiants associé à des allusions mystico-religieuses.

Le clip vidéo de 1986 remet les pendules à l’heure si j’ose dire néanmoins la chanson reste longtemps censurée à Singapour de 1970 à 1986 en raison de sa prétendue apologie de la consommation de drogues.

Une version actualisée de « 25 or 6 to 4 » a été enregistrée en 1986 par James Pankow sur l’album Chicago XVIII avec un nouveau chanteur, Jason Scheff.

En janvier 2017 c’est Steven Wilson le leader charismatique de Porcupine Tree qui a remixé les enregistrements originaux de 16 pistes aboutissant à une nouvelle version stéréo de Chicago II avec une netteté, un punch et une définition que l’album n’avait pas à l’origine en 1970.

Par la suite le groupe entre dans une phase plus pop marquée par la prise de contrôle du bassiste Peter Cetera et Chicago devient un groupe de rock FM raffiné et mélodique marqué par des guitares généralement peu saturées et des synthétiseurs dans le style d’Elton John, Fleetwood Mac ou les Bee Gees… Tendance musicale qui se poursuivra dans le mainstream des années 80 avec des groupes tels que Toto, Cheap Trick, Europe, Foreigner ou Van Halen.

Ce virage irréversible vers une pop commerciale, sans âme et des chansons à midinettes enrobées par force violons et mélodies sirupeuses comme des sponge-cake… s’accentuera encore après le décès de Terry Kath le guitariste fondateur qui se tue en jouant… à la roulette russe en 1978 😱 (certaines versions affirment qu’il s’agit d’un accident en manipulant une arme qu’il croyait déchargée…)

Discographie de Chicago

1969 – The Chicago Transit Authority
1970 – ChicagoII
1971 – ChicagoIII
1971 – Chicago at Carnegie
1972 – ChicagoV
1973 – ChicagoVI
1974 – ChicagoVII
1975 – ChicagoVIII
1975 – ChicagoIX – Chicago’s Greatest Hits (compilation
1976 – ChicagoX
1977 – ChicagoXI
1978 – Hot Streets
1979 – Chicago13
1980 – ChicagoXIV
1981 – Greatest Hits, Volume II (compilation)
1982 – Chicago16
1984 – Chicago17
1986 – Chicago18
1988 – Chicago19
1989 – Greatest Hits 1982-1989 (compilation)
1991 – Twenty 1
1995 – Night & Day Big Band
1997 – The Heart of Chicago 1967-1997 (compilation)
1998 – The Heart of Chicago 1967-1998 Volume II (compilation)
1998 – ChicagoXXV: The Christmas Album
1999 – ChicagoXXVI: Live in Concert (live)
2002 – The Very Best of: Only the Beginning
2003 – The Box (coffret)
2005 – Love Songs (compilation)
2006 – ChicagoXXX
2007 – The Best of Chicago: 40th Anniversary Edition (compilation)
2008 – ChicagoXXXII: Stone of Sisyphus
2014 – ChicagoXXXVI – Now