Le violon dans le rock et le jazz-rock

Le violon dans le rock et le jazz-rock - MazikS’il est un instrument qu’on n’attend pas, à priori, dans le rock ou le jazz-rock c’est bien le violon. Lorsqu’on pense au violon, il faut avouer qu’en général cela évoque plutôt les orchestres de musique classique, de musique folklorique (irlandaise, country ou tzigane, entre autres…)

Mais ce vénérable instrument à cordes une fois électrifié se transforme en véritable avantage pour qui sait l’utiliser à bon escient dans des groupes rock ou jazz-rock (mais pas seulement).

Je pense forcément de suite à nos incontournables « frenchies »,  Jean-Luc Ponty et Didier Lockwood , violonistes ô combien talentueux dans un style jazz-rock et fusion des plus percutants. Sans oublier la grande Catherine Lara dans la chanson française.

On ne peut évoquer le violon et le jazz-rock-fusion sans parler du groupe de John McLaughlin, à savoir The Mahavishnu Orchestra et son premier violoniste Jerry Goodman (le suivant étant d’ailleurs le susnommé Jean-Luc Ponty).

Le rock-progressif et l’art-rock se sont aussi intéressé au violon et ont su le sublimer, notamment Soft Machine, Dixie Dregs, The Flock encore Kansas avec son émouvante chanson  « Dust in the Wind » dans laquelle figure un solo de violon légendaire exécuté avec une grande sensibilité par Robby Steinhardt.

Le violon ainsi que la flûte et d’autres instruments dits « anciens » ont d’ailleurs été adoptés par plusieurs groupes du mouvement art-rock des années 70, comme Jethro Tull, King Crimson, Genesis et le Velvet Underground par exemple… Alors que Ian Anderson popularisait la flûte traversière (et la position de la cigogne par la même occasion) d’autres groupes ont intégré avec succès des violonistes dans leurs line-ups comme le Jefferson Airplane (rock-psychédélique),  Fairport Convention (folk-rock) et John Mayall’s Bluesbreakers (blues-rock)…

La violoniste Natalie Stovall qui évolue habituellement dans le style country, ou encore Cristina Kiseleff et Lindsey Stirling dans un style plus classique s’amusent quant à elles à reprendre avec leur instrument des standards de groupes tels que Led Zeppelin, AC/DCLenny KravitzLynyrd Skynyrd, Jimi Hendrix et j’en passe, à l’instar du duo 2Cellos qui martyrise ses violoncelles de façon jubilatoire et délicieusement disruptive pour notre plus grand plaisir :).

Preuve est faite qu’on peut sortir un son carrément rock des cordes de violon et de défier sans rougir et sans complexe les plus grands solistes de la guitare électrique !

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂

Genesis


Genesis - MazikGenesis est l’un des plus célèbres groupes de rock-progressif des années 1970/80, formé en 1967 à Godalming (Surrey) en Grande-Bretagne. Peter Gabriel est le chanteur principal jusqu’à son départ, lorsqu’il est remplacé au chant par le batteur du groupe, Phil Collins. Dans les années 1990, sous son influence, le groupe prendra une direction artistique plus pop-rock, rock FM au grand dam des fans de la première heure…

Genesis en Bref

Genesis est né de la fusion de deux formations de collégiens scolarisés à la Charterhouse School de Godalming en Angleterre. Le line-up initial est constitué de Peter Gabriel, Anthony Phillips, Tony Banks, Mike Rutherford et Chris Stewart. Ce dernier est rapidement remplacé par John Silver à la batterie qui lui-même cède son tabouret à John Mayhew. Fin 1970, après le départ d’Anthony Phillips et de John Mayhew, Genesis trouve son line-up le plus pérenne avec l’arrivée de Phil Collins comme batteur et du guitariste Steve Hackett début de 1971. Ce combo génial constitué de Gabriel, Banks, Hackett, Rutherford et Collins restera en place jusqu’au départ de Peter Gabriel en 1975.

Entre 1970 et 1975, le groupe produit des albums mythiques qui selon moi sont de véritables emblèmes représentatifs du genre rock progressif comme Nursery Cryme  et Foxtrot qui contient l’épique et magnifique morceau « Supper’s Ready » lequel dure plus de 20 minutes avec de nombreuses phases et changements rythmiques, un véritable petit bijou…

Avec son album phare Selling England by the Pound, Genesis se classe pour la première fois dans les charts grâce au titre « I Know What I Like (In Your Wardrobe) ».

Le grand Genesis de l’époque culmine à son apogée avec son album magistral The Lamb Lies Down on Broadway en 1974.  Hélas, après la tournée de promotion de l’album, le chanteur Peter Gabriel quitte le groupe au milieu de l’année 1975 pour entamer sa carrière solo à succès qu’on lui connait.

Après avoir auditionné sans conviction un grand nombre de chanteurs pour le remplacer, c’est finalement Phil Collins (batteur et choriste jusqu’alors) qui s’y colle. Genesis réduit en quatuor sort deux albums, l’excellent A Trick of the Tail puis Wind & Wuthering, démontrant à eux-mêmes et au monde entier que Genesis pouvaient continuer son aventure en l’absence du charismatique Peter Gabriel.

Steve Hackett abandonne Genesis en 1977 après la tournée Wind & Wuthering pour se lancer à son tour en solo car il sent que son apport créatif au sein du groupe ne correspond plus à la ligne artistique plus commerciale que souhaitent lui donner ses collègues. La meilleure période de Genesis prend fin définitivement à ce moment là…

En effet, selon moi, la période la plus inspirée et la plus créative de Genesis c’est bien la période PG avec des albums magistraux comme Foxtrot, Selling England by the Pound et le légendaire The Lamb Lies Down on Broadway. Après les départs de Peter Gabriel et de Steve Hackett, je ne garde que le premier album studio de l’ère Phil Collins The Trick of the Tail sorti l’année suivante et bien entendu le Live Seconds Out de 1977 (avec l’excellent Chester Thompson à la batterie) lequel contient beaucoup de titres de la « grande époque » du groupe. La suite est devenue bien trop Pop-Rock mainstream, formatée pour les radios FM ce qui a bien entendu permis au groupe de toucher un nouvel auditoire plus large mais en décevant les « aficionados » de leurs débuts dont je suis…

Réduit à un trio, Genesis publie l’album And Then There Were Three en 1978 (que l’on peut traduire par « puis ils ne furent plus que trois« ) qui commence clairement à éloigner le groupe du style rock progressif.

Après cet album, Genesis commence à s’imposer comme un groupe plus commercial avec son premier succès aux États-Unis grâce au  single « Follow You Follow Me ».

Tony Banks, Mike Rutherford et Phil Collins excellent dans le genre, ils composent et enregistrent des morceaux bien adaptés aux radios et aux chaines de TV musicales des années 80 et de fait touche un public plus large au détriment de sa base de fans de la première heure qui les boudent en regrettant le fabuleux Genesis d’antan…

En 1986 une grande partie des morceaux de l’album Invisible Touch sont des tubes classés parmi le top des singles, comme la chanson titre, « Land of Confusion » et « In Too Deep ».

Parallèlement à leur carrière au sein de Genesis, les membres du trio sortent des albums solo dans les années 80 et 90, en particulier Mike Rutherford et son groupe « Mike and the Mechanics » mais aussi Tony Banks et surtout Phil Collins qui connait un succès croissant.

Il quitte logiquement le groupe en 1996 pour s’y consacrer à part entière, remplacé au chant par Ray Wilson (ex chanteur du groupe écossais Stiltskin). Le batteur israélien Nir Zidkyahu puis Nick D’Virgilio (Spock’s Beard) le remplacent successivement à la batterie.

L’album Calling All Stations de 1997 ne rencontre pas le succès attendu malgré le tube « Congo ». En 1998, après la tournée Calling All Stations lors de laquelle l’étape américaine est carrément interrompue en raison des ventes désastreuses de l’album, Ray Wilson quitte Genesis suivi par Nir Zidkyahu et Nick D’Virgilio (même si ces deux derniers n’ont jamais été membres à part entière). Dès lors le groupe qui ne compte plus que Tony Banks et Mike Rutherford, se met en veille prolongée.

En 1999, le combo magique Tony Banks, Mike Rutherford, Phil Collins, Peter Gabriel et Steve Hackett se réunit ponctuellement pour réenregistrer « The Carpet Crawlers » que l’on trouve sur la compilation Turn It on Again » : The Hits. (perso je préfère l’original…)

Malgré des rumeurs persistantes à partir de 2005 Genesis ne se reformera pas même si certains membres ont collaboré sur différents projets.

Genesis est intronisé au Rock and Roll Hall of Fame en 2010.

En avril 2011, après avoir terminé une tournée de retrouvailles avec Genesis, Phil Collins déclare dans une interview qu’il mettait fin à sa carrière de plus de 40 ans.

Site de référence : www.genesis-music.com

À noter qu’en 1967-1968 existait un groupe américain de rock psychédélique basé à Los Angeles nommé lui aussi Genesis. Cette formation n’a publié qu’un album intitulé In the Beginning en 1968 parfois attribué à tort au Genesis anglais. N’ayant pas réussi à percer, le Genesis américain s’est séparé à la fin 1968. Leur guitariste, Kent Henry, a rejoint Steppenwolf.

Membres de Genesis

Phil Collins : batterie, chant, chœurs
Tony Banks : claviers, guitare acoustique 12 cordes, chœurs
Mike Rutherford : basse, guitare, chœurs

Anciens membres

Peter Gabriel : chant, flûte, hautbois, percussions
Chris Stewart : batterie
Anthony Phillips : guitare, chœurs
Jonathan Silver : batterie
Jonathan Mayhew : batterie, percussions, chœurs
Steve Hackett : guitare
Ray Wilson : chant
Mick Barnard : guitare

Musiciens de sessions et de concerts

Bill Bruford : batterie, percussions
Chester Thompson : batterie, percussions
Daryl Stuermer : guitare, basse, chœurs
Nick D’Virgilio : batterie, percussions
Nir Zidkyahu : batterie, percussions
Anthony Drennan : guitare, basse

Discographie de Genesis

Albums studio

1969 – From Genesis to Revelation
1970 – Trespass
1971 – Nursery Cryme
1972 – Foxtrot
1973 – Selling England by the Pound
1974 – The Lamb Lies Down on Broadway
1976 – A Trick of the Tail
1976 – Wind & Wuthering
1978 – …And Then There Were Three…
1980 – Duke
1981 – Abacab
1983 – Genesis
1986 – Invisible Touch
1991 – We Can’t Dance
1997 – Calling All Stations

Albums live

1973 – Genesis Live
1977 – Seconds Out
1982 – Three Sides Live
1992 – The Way We Walk, Vol I: The Shorts
1993 – The Way We Walk, Vol II: The Longs
2007 – Live over Europe 2007

Compilations

1986 – Rock Theatre
1998 – Genesis Archive 1967-75
1999 – Turn It on Again: The Hits
2000 – Genesis Archive 2: 1976-1992
2004 – Platinum Collection
2007 – Turn It on Again: The Hits – The Tour Edition

Achetez les albums

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂