Robert Cray


Robert Cray - MazikRobert Cray est un guitariste et chanteur de blues américain né le 1er août 1953 à Columbus, en Géorgie. Moins connu que ses homologues  Stevie Ray Vaughan et George Thorogood il est pourtant lauréat de cinq Grammy Awards, dirige son propre groupe The Robert Cray Band et a derrière lui un parcours solo pleinement réussi car depuis plus de quatre décennies, il ne cesse de créer des passerelles entre blues, soul et R&B ce qui lui a valu d’être intronisé au Blues Hall of Fame en 2011.

Robert Cray en bref

Il commence à jouer de la guitare dans son adolescence et prend des cours avec un bluesman de Seattle, Isaac Scott et en écoutant des disques de rock psychédélique avant de découvrir le blues à travers des artistes comme Magic Sam, B.B. King, Albert King ou Howlin’ Wolf mais également le Rhythm and blues et la soul avec Isaac Hayes, David Porter ou encore Steve Cropper.

Alors élève à la Denbigh High School à Newport News en Virginie, son amour pour la musique blues et soul s’affirme et Robert Cray collectionne des disques en se destinant cependant à devenir architecte. 

À l’âge de vingt ans, Robert Cray admire ses héros Albert Collins, Freddie King et Muddy Waters en concert ce qui le décide à former son propre groupe, « Steakface », à l’université de Tacoma avec quelques amis dont le bassiste Richard Cousins qui restera longtemps avec lui. La formation commence à jouer dans les villes universitaires de la côte ouest et se forge très vite une réputation locale à Lakewood en reprenant des titres de Jimi Hendrix, de Quicksilver Messenger Service, de Fleetwood Mac, de Grease Band, de Jethro Tull, de Spirit et de The Faces.

C’est la rencontre avec le guitariste et chanteur de blues électrique Albert Collins, venu donner un concert à l’université fréquentée par Robert Cray, qui le pousse à envisager une carrière de musicien professionnel plutôt qu’architecte. Une véritable admiration puis une réelle amitié réunissent le jeune Robert Cray au vétéran texan. Le style de guitare d’Albert Collins demeure toujours l’une de ses influences dominantes.

À la fin des années 1970 il forme son propre groupe The Robert Cray Band à Eugene, en Oregon et collabore avec Curtis Salgado dans les Cray-Hawks.

Robert Cray - MazikRobert Cray Cray sort l’album Who’s Been Talkin en 1980 chez Tomato Records puis deux albums sur HighTone Records, Bad Influence et False Accusations, qui rencontrent un succès mitigé aux États-Unis et en Europe, où il commence malgré tout à se forger une réputation en concerts au milieu des années 1980.

En 1986 Robert Cray signe chez Mercury Records. Il assure les concerts d’ouverture pour des stars comme Eric Clapton, avec lequel il est devenu ami par la suite, et se produit également en solo.

L’album Showdown! qu’il réalise avec Albert Collins et Johnny Copeland reçoit le Grammy Award du meilleur album de blues traditionnel.

Robert Cray - MazikSon quatrième album, Strong Persuader, produit par Dennis Walker, est lui aussi récompensé par un Grammy Award et son single « Smokin ‘Gun » rencontre un grand succès. La même année il enregistre avec Ted Hawkins sous le pseudo de Night Train Clemons.

En 1987 il est invité par Keith Richards à  se joindre au groupe de Chuck Berry dans le film « Chuck Berry: Hail! Hail! Rock ‘N’ Roll » réalisé par Taylor Hackford.

Robert Cray accompagne John Lee Hooker sur son album Boom Boom où il joue le solo de guitare sur « Same Old Blues Again » puis sur « Baby Lee » de l’album The Healer. Le groupe The Robert Cray Band soutient John Lee Hooker sur le morceau titre de l’album M. Lucky sorti en 1991 (produit par Ry Cooder, Roy Rogers et Carlos Santana) où Robert Cray joue la guitare principale, chante et s’amuse avec le vieux blues-man tout au long de la chanson.

Robert Cray joue avec Eric Clapton, Buddy Guy, Jimmie Vaughan et Stevie Ray Vaughan à l’Alpine Valley Music Theatre à East Troy, Wisconsin, en interprétant « Sweet Home Chicago » lors de la dernière performance de Stevie Ray Vaughan avant son accident d’hélicoptère fatal plus tard dans la nuit.

Albert Collins et Robert Cray participent aux concerts Guitar Legends à Séville en Espagne lors de l’Exposition Universelle de 1992 où Robert Cray interprète « Phone Booth ».

La marque de guitare Fender a sorti deux modèles signature Robert Cray Stratocasters, la Robert Cray Custom Shop Stratocaster fabriquée aux États-Unis identique aux guitares que le guitariste utilise habituellement, et la Robert Cray Standard Stratocaster qui est un modèle moins cher fabriqué au Mexique.

Robert Cray est toujours actif à ce jour, il continue d’enregistrer et de tourner.

Il apparaît notamment au Crossroads Guitar Festival et soutient Eric Clapton lors de sa tournée mondiale 2006-2007. À Fargo, dans le Dakota du Nord, il le rejoint à la guitare sur le morceau de Cream « Crossroads ».

En 2011, Robert Cray est intronisé au Blues Hall of Fame et en 2017 il reçoit le prix Americana Music Lifetime Achievement.

Cette même année il sort son dernier album en date intitulé Robert Cray & Hi Rhythm en compagnie du célèbre producteur Steve Jordan pour élaborer un album plus soul que blues en compagnie des musiciens studios légendaires du Hi Rhythm Section pour concrétiser leur amour pour la musique de Memphis.

Sur cet album enregistré au mythique Royal Studios (Ann Peebles, Al Green, Sly Johnson, Otis Clay) figurent deux superbes chansons d’amour « You Had My Heart » et « The Way We Are », une chaleureuse version de « The Same Love That Made Me Laugh » de Bill Withers ainsi que deux titres de Tony Joe White ou encore des hommages à O.V. Wright (Overton Vertis Wright) et Sir Mac Rice (Bonny Rice).

Membre de The Robert Cray Band

The Robert Cray Band
Robert Cray – guitare/chant
Les Falconer – batterie
Dover Weinberg – claviers
Richard Cousins – basse
Peter Boe – claviers
Al Chez – trompette
Kevin Hayes – batterie
Wayne Jackson – trompette
Tim Kaihatsu – guitare
Andrew Love – saxophone
Ed Manion – saxophone
Rocky Manzanares – harpe
Tom Murphy – batterie
David Olson – batterie
Mark Pender – trompette
Jimmy Pugh – claviers
Warren Rand – saxophone
Curtis Salgado – harpe
Karl Sevareid – basse
David Stewart – claviers
Mike Vannice – saxophone
Terence F Clark – batterie

Discographie de Robert Cray

1980 – Who’s Been Talkin’?
1983 – Bad Influence
1985 – False Accusations
1985 – Showdown! (avec Albert Collins et Johnny Copeland)
1986 – Strong Persuader
1988 – Don’t Be Afraid of the Dark
1990 – Midnight Stroll
1992 – I Was Warned
1993 – Shame + A Sin
1995 – Some Rainy Morning
1997 – Sweet Potato Pie
1999 – Take Your Shoes Off
2001 – Shoulda Been Home
2003 – Time Will Tell
2005 – Twenty
2007 – Live from Across the Pond
2008 – Live at the BBC
2009 – This Time
2010 – Cookin’ in Mobile
2012 – Nothin But Love
2014 – In My Soul
2015 – 4 Nights of 40 Years Live
2017 – Robert Cray & Hi Rhythm
2005 : Twenty
2006 : Live from Across the Pond (double CD)
2007 : Definitive Collection
2008 : Live At The BBC
2009 : This Time
2010 : Cookin In Mobile
2012 : Nothin but love
2014 : In My Soul
2017 : Robert Cray & Hi Rhythm

Produits disponibles sur Amazon.fr

Site officiel : www.robertcray.com

Achetez les albums

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂

John Mayall

John MayallJohn Mayall est un pionnier du blues anglais, chanteur, guitariste, claviériste et harmoniciste né à Macclesfield le 29 novembre 1933, surnommé « le Père » ou « le Parrain » du British-blues.

Depuis 1964 John Mayall a publié une soixantaine d’albums (officiels), a été intronisé au Blues Hall of Fame en 2016 et donne toujours des concerts en 2018.

John Mayall en bref

Autodidacte, il apprend la guitare et l’harmonica tout seul et très jeune il écoute les disques de jazz de son père. Il sera influencé par des musiciens tels que Leadbelly, Big Bill Broonzy, Albert Ammons, Pete Johnson, Charlie Christian, Django Reinhardt, Eddie Lang et J.B. Lenoir.

Début 1963 il fonde son groupe John Mayall & The Bluesbreakers en Angleterre qui s’inspire du Chicago-blues comme base pour ses premiers albums, style qui évoluera au fil du temps, John Mayall s’est parfois dirigé vers un son plus  jazzy mais il est toujours revenu au blues.

En 1965 Eric Clapton, qui vient de quitter les Yardbirds dont il désapprouve l’orientation pop, rejoint les Bluesbreakers après la sortie du premier album de John Mayall. Les deux hommes ont la même vision du blues et s’entendent très bien musicalement, à tel point que Mayall le propulse au premier plan de son groupe.

Le line-up des Bluesbreakers, qui deviendra une véritable pépinière de talents, change régulièrement d’un album à l’autre et nombre de musiciens qui ont joué aux côté de John Mayall se sont rendu célèbres ultérieurement en jouant dans d’autres groupes ou par leur carrière solo respective comme par exemple Eric Clapton et Jack Bruce, (Cream), Peter Green, John McVie, Mick Fleetwood (Fleetwood Mac),  Dick Heckstall-Smith (Colosseum), Andy Fraser (Free), Walter Trout (Canned Heat) ou Mick Taylor (cinq ans avec les Rolling Stones), Don « Sugarcane » Harris, Harvey Mandel, Larry Taylor, Aynsley Dunbar, Hughie Flint, Jon Hiseman, Johnny Almond, Coco Montoya ou encore Buddy Whittington…

John MayallL’album studio intitulé John Mayall & The Bluesbreakers with Eric Clapton enregistré en 1966 et considéré aujourd’hui comme l’un des grands classiques du blues de part et d’autre de l’Atlantique.

Son approche du blues est singulière car il en expérimente toutes les facettes avec de surcroît les meilleurs des musiciens du moment, souvent plus doués que lui-même et pourtant John Mayall n’est pas manchot loin de là, faut-il le préciser…

John Mayall est récompensé par une distinction prestigieuse qu’est la médaille d’Officier de l’Ordre de l’Empire britannique (OBE).

Depuis 2010 John Mayall tourne régulièrement avec le même groupe constitué du guitariste Rocky Athas, du bassiste Greg Rzab et du batteur Jay Davenport.

Le 4 mai 2016 John Mayall est intronisé au Blues Hall of Fame au Halloran Centre Theatre à Memphis en même temps que Paul Butterfield Blues Band, Elvin Bishop, Eddy Clearwater, Jimmy Johnson et The Memphis Jug Band.

John MayallLe dernier album studio en date de John Mayall intitulé Talk About That est sorti en 2017. Comme à son habitude John Mayall s’entoure de musiciens d’exception en l’occurrence un autre guitar hero, Joe Walsh, ancien guitariste des groupes Eagles et James Gang.

Le suivant, sorti en 2018, est un album live Three for the Road enregistré lors de deux concerts en Allemagne pendant la dernière tournée du trio John Mayall, Greg Rzab, Jay Davenport (sans Rocky Athas donc)  en 2017.  L’album mêle des classiques de John Mayall et des compositions plus actuelles.

Respect pour cette belle et longue carrière Monsieur Mayall !

Discographie de John Mayall

Album officiels

1965 – John Mayall Plays John Mayall
1966 – Blues Breakers with Eric Clapton UK
1967 – A Hard Road
1967 – Crusade UK
1967 – The Blues Alone UK
1968 – The Diary of a Band Volume 1
1968 – The Diary of a Band Volume 2
1968 – Bare Wires UK
1968 – Blues from Laurel Canyon UK
1969 – The Turning Point
1969 – Looking Back
1970 – Empty Rooms
1970 – Usa Union UK
1971 – Back to the Roots
1971 – Thru the Years
1971 – Memories
1972 – Jazz Blues Fusion
1972 – Moving On
1973 – Ten Years Are Gone
1974 – The Latest Edition
1975 – New Year, New Band, New Company
1975 – Notice to Appear
1976 – A Banquet in Blues
1977 – Lots of People
1977 – A Hard Core Package
1977 – Primal solos
1978 – The Last of the British Blues
1979 – Bottom Line
1979 – No More Interviews
1981 – Road Show Blues
1985 – Return of the Bluesbreakers
1986 – Behind the Iron Curtain
1987 – Chicago Line
1988 – The Power of the Blues
1988 – Archives to Eighties
1990 – A Sense of Place
1992 – The 1982 Reunion Concert
1992 – Cross Country Blues
1993 – Wake Up Call
1995 – Spinning Coin
1997 – Blues for the Lost Days
1999 – Padlock on the Blues
1999 – Rock the Blues Tonight
1999 – The Masters-B.O.F. The Turning Point
1999 – Live at The Marquee
2001 – Along For the Ride
2002 – Stories
2003 – 70th Birthday Concert
2003 – Rolling With the Blues
2005 – Road Dogs
2007 – Live At The BBC
2007 – Live From Austin, Texas
2007 – In The Palace Of The King
2009 – Tough
2014 – A Special Life
2015 – Live in 1967
2015 – Find A Way to Care
2016 – Live in 1967 – Volume 2
2016 – Live at Jazz Fest 2016
2017 – Talk About That
2018 – Three For The Road

Albums publiés par son fan-club

2000 – Time Capsule
2001 – UK Tour 2K
2001 – Boogie Woogie man
2003 – No Days Off
2004 – Cookin’ Down Under
2011 – Live in London
2012 – Historic Live Shows vol. 1
2012 – Historic Live Shows vol. 2
2012 – Historic Live Shows vol. 3

Compilations

1992 – London Blues, 1964-1969. Double CD 40 morceaux.
1992 – Room To Move, 1969-1974. Double CD 30 morceaux
1997 – The Best of John Mayall, 1964-1969, As It All Began.
2010 – So Many Roads – An Anthology 1964-1974.

Produits disponibles sur Amazon.fr

Site de référence : www.johnmayall.com

Achetez les albums

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂