Upp


Upp - MazikUpp est un groupe de jazz-rock fusion britannique qui a sévi dans les années 70.

Formé par de Stephen Amazing (basse), Andy Clark (claviers) et Jim Copley (batterie), il devait à l’origine s’appeler 3 UPP.

David Bunce (guitare) rejoint la formation pour le deuxième album.

Upp en bref

Andy Clark (chant, claviers, percussions, flûte, saxophone, guitare rythmique) et Mick Hutchinson (guitare, percussion, piano, basse) se rencontrent au sein de Vamp, un quatuor éphémère basé au Royaume-Uni fondé par Viv Prince à la fin des années 60 (ex-Pretty Things). Le groupe se sépare après avoir terminé un single, mais les deux homme restent ensemble pour enregistrer le remarquable A=MH2. Ce binôme atypique nommé Clark Hutchinson figure toujours en bonne place dans le monde de l’expérimentation musicale extrêmement prolifique de la fin des années 60.

Stephen Amazing, (alias Steve Fields) rejoint la formation Clark Hutchinson). Il était précédemment bassiste dans un groupe appelé The Kinetics, et occasionnellement dans une autre formation nommée The Abstracts.

Upp (qui se prononce up et non  u-p-p) est largement influencé par des groupes et artistes tels que Sly & The Family Stone, Otis Redding, Stevie Wonder et Donny Hathaway. Ils apprécient également le Mahavishnu Orchestra et se lancent donc dans un style musical fusion de soul/funk/classic-rock/jazz.

À ses début, Upp se produit dans une petite salle à Welling dans le Kent, en face du magasin de musique Alan Billington, non loin du lieu de résidence de Jeff Beck à l’époque.

Selon se que rapporte le batteur Jim Copley dans une interview, alors qu’Upp répète quotidiennement presque non-stop depuis trois mois, Jeff Beck, un ami de son père se rend au studio pour travailler avec David Bowie qui prépare à ce moment là son concert d’adieu en tant que « Ziggy » à l’Hammersmith Odeon en 1973. Jeff Beck entend le groupe jouer des reprise de James Brown et des impros funky à travers le mur. Enthousiasmé par cette découverte, il entre subitement dans le studio et, voyant Jeff Beck en personne devant eux, le groupe s’arrête de jouer. Ce dernier leur dit « J’adore, j’adore !, continuez s’il vous plait…« 

Upp signe chez CBS en 1974 et sort son premier album éponyme l’année suivante. Il est produit par Jeff Beck qui y joue aussi de la guitare mais qui n’est à aucun moment cité sur la pochette.

Le groupe assure la première partie des concerts de Beck, Bogert & Appice, de Wishbone Ash, de Thin Lizzy et en 1974/75 Upp donne plus de 300 concerts en 18 mois.

Upp - MazikLe second album This way Upp, enregistré aux studios CBS de Londres, est publié un an plus tard. Il est une fois de plus produit par Jeff Beck qui y joue des solos de guitare sur deux titres, « Dance Your Troubles Away » et « Don’t Want Nothing to Change ».

Par la suite, le groupe accompagne Jeff Beck dans l’émission Five Faces of Guitar de la BBC dans les années 1970 au cours de laquelle ils jouent deux morceaux, « Get Down in the Dirt » et l’arrangement par Beck  « She’s a Woman » des Beatles, avec une interview de Jeff Beck entre les deux titres.

Un enregistrement radio de la BBC a été diffusé sur BBC Radio 1 vers 1976.

Le titre du groupe « Give It to You » du groupe Upp contient l’un des breaks de batterie les plus populaires de tous les temps qui figure d’ailleurs dans l’Ultimate Breaks and Beats (UBB), une série de 25 albums de compilations publiés de 1986 à 1991 par Street Beat Records sous la direction de « BreakBeat Lou » Flores.

Le groupe Upp n’enregistrera plus d’albums par la suite, seule une compilation sera publiée en 2005 par le label Castle.

Andy Clark reste un musicien de studio. Il figure sur l’excellent album Wired de Jeff Beck et travaille Bill Nelson et son groupe Be Bop de Luxe. Il est approché par Bowie qui l’engage pour l’enregistrement de Scary Monsters. Après avoir vécu aux États-Unis, il est retourné vivre à Bath en Angleterre et a travaillé dans les studios de Peter Gabriel.

James Copley devient en grande partie un musicien de studio et travaille avec Jeff Beck, Graham Parker, Paul Young, Magnum, Roger Glover, Ian Gillan et Glenn Hughes (de Deep Purple), Go West, Killing Joke, Tears for Fears, Seal, Tony Iommi et Paul Rodgers. Puis il deviendra le batteur Manfred Mann’s Earth Band en 2007. Il meurt d’une leucémie à Bristol en 2017.

David Bunce prend le peseudo de Zak Starstosky et rejoint groupe de blues/rock britannique Driving Sideways qui sort deux albums, In the Beginning en 1997 et Live at The Casino Ballroom en 1999. Depuis 2007, il enseigne la guitare et produit de la musique pour le cinéma, la publicité et la télévision. Depuis 2018, il joue de la guitare acoustique en solo.

Quant à Stephen Amazing, lorsque le groupe a splitté il semblerait, selon les sources rares à son sujet, qu’il soit entré dans une grave dépression,  cloîtré dans sa chambre pendant environ cinq ans avant de mourir dans des circonstances mystérieuses.

Membres d’Upp

Stephen Amazing : basse
Andy Clark : claviers
James Frank Copley alias Jimmy Copley : batterie
David Bunce : guitare

Invité :

Jeff Beck : guitare

Discographie d’Upp

Albums studio

1975 – Upp
1976 – This Way Upp

Compilation

2005 – Get Down in the Dirt : The Complete Upp

Achetez les albums

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂

Warren Zevon


Warren Zevon - MazikWarren Zevon de son nom complet Warren William Zevon est un  chanteur, pianiste et compositeur américain de rock né à Chicago le 24 janvier 1947. Les textes de ses chansons sont souvent des pamphlets et des critiques, parfois sarcastiques, sur la société contemporaine, la vie politique, le tout traité sur un ton humoristique. Son travail fait l’objet d’éloges de la part de musiciens célèbres comme Jackson Browne, Bruce Springsteen, Bob Dylan et Neil Young. Ses tubes les plus connus sont « Werewolves of London », « Lawyers, Guns and Money », « Roland the Headless Thompson Gunner » et « Johnny Strikes Up The Band », qui figurent tous sur son troisième album, Excitable Boy paru en 1978.

Warren Zevon en bref

Son père immigré russe et joueur de cartes professionnel, l’emmène avec lui parcourir l’Arizona et la Californie. Pendant sa jeunesse, il se rend dans la maison d’Igor Stravinski où il étudie la musique dès l’âge de 12-13 ans avec le chef d’orchestre Robert Craft. Très jeune, il débute sa carrière musicale dans un duo appelé Lyme and Cybelle (sur le modèle de Sonny and Cher) dont un titre figure sur la compilation Nuggets. Warren Zevon devient par la suite un musicien de studio et travaille notamment avec The Everly Brothers. Il compose par ailleurs plusieurs morceaux pour le groupe The Turtles.

L’une de ses compositions intitulée « She Quit Me » est utilisée dans la B.O. du film Midnight Cowboy en 1969.

Son premier album solo, Wanted Dead or Alive, ne rencontre pas le succès escompté et le suivant Leaf in the Wind n’est même pas distribué par sa maison de disque.

Au début des années 1970 il par en tournée avec les Everly Brothers mais cette collaboration ne le satisfait pas.

En 1976,  Warren Zevon s’installe quelque temps en Espagne où il se produit dans un petit bar dont le tenancier est un ancien mercenaire. Ensemble, ils composent l’un de ses titres phares « Roland the Headless Thompson Gunner ». De retour en Californie il travaille avec Jackson Browne qui produit son premier album éponyme. Plusieurs morceaux de cet opus feront l’objet de reprises par le groupe The Eagles et par Linda Ronstadt.

Son premier véritable succès commercial est l’album Excitable Boy qui sort en 1978. Plusieurs chansons de cet opus passent alors régulièrement à la radio, dont « Werewolves of London » qui se classe dans le top-ten.

Pendant les deux décennies suivantes, il enregistre plusieurs albums de manière sporadique et avec plus ou moins de succès. En même temps il fait face à ses addictions à l’alcool et aux drogues.

Son quatrième album, Bad Luck Streak in Dancing School, est dédié au romancier Ross Macdonald, qui l’a soutenu pendant un épisode particulièrement difficile en 1979.

Warren Zevon met un terme à sa carrière en 1982 après la sortie de son album The Envoy et  par la suite il ne fera plus que quelques rares apparitions, le plus souvent en solo.

Il collabore toutefois avec le groupe R.E.M. est enregistre sous le nom The Hindu Love Gods en 1990.

Warren Zevon fait un bref retour en 1987 et publie Sentimental Hygiene avec l’aide de Neil Young, de Bob Dylan et des membres du groupe R.E.M.

Sur Transverse City qui sort en 1989, il faut noter la collaboration de David Gilmour (Pink Floyd) et de Jerry Garcia (Grateful Dead). Sur d’autres albums il est assisté de Jackson Browne, The Eagles et du boss en personne, Bruce Springsteen.

Parmi les amis de Warren Zevon se trouvent également des écrivains célèbres dont Hunter S. Thompson, Stephen King et Carl Hiaasen qui ont également collaboré à l’écriture de plusieurs de ses chansons.

En 2002 il est diagnostiqué d’un cancer au poumon qui lui sera fatal (un mésothéliome incurable, associé à une exposition à l’amiante plutôt qu’au tabac). Il enregistre The Wind, aidé par des amis proches comme Bruce Springsteen, Don Henley, Timothy B. Schmit (du groupe The Eagles), Joe Walsh, David Lindley, Billy Bob Thornton, Emmylou Harris, Tom Petty entre autres. Lorsque sa maladie est officiellement annoncée aux médias, Warren Zevon déclare qu’il espère simplement vivre assez longtemps pour voir le prochain James Bond, un objectif atteint puisqu’il aura l’occasion de voir le bien nommé « Die Another Day » (Meurs un autre jour).

Son ultime album est publié en août 2003, peu de temps avant sa disparition le 7 septembre 2003 à son domicile de Los Angeles. 

Les Grammy Awards le gratifie de cinq nominations posthumes dont celle de « Chanson de l’Année » pour « Keep Me In Your Heart ».

Un album hommage intitulé Enjoy Every Sandwich : Songs of Warren Zevon (d’après sa devise « apprécie chaque sandwich », sorte de carpe diem) est publié en octobre 2004. C’est son fils Jordan Zevon qui a réalisé une grande partie de l’album sur lequel il interprète le titre inédit de son père « Studebaker ». Un deuxième album hommage, intitulé Hurry Home Early : the Songs of Warren Zevon sort en juillet 2005.

Discographie de Warren Zevon

Album studio

1969 – Wanted Dead or Alive
1976 – Warren Zevon
1978 – Excitable Boy
1980 – Bad Luck Streak in Dancing School
1982 – The Envoy
1987 – Sentimental Hygiene
1989 – Transverse City
1991 – Mr. Bad Example
1995 – Mutineer
2000 – Life’ll Kill Ya
2002 – My Ride’s Here
2003 – The Wind

Albums live

1980 – Stand in the Fire
1993 – Learning to Flinch

Compilations

1986 – A Quiet Normal Life: The Best of Warren Zevon
1996 – I’ll Sleep When I’m Dead
2002 – Genius: The Best of Warren Zevon
2003 – The First Sessions
2006 – Reconsider Me: The Love Songs
2007 – Preludes: Rare and Unreleased Recordings

Achetez les albums

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂