Elvis Costello


Elvis Costello - MazikElvis Costello est un auteur-compositeur-interprète anglais de renommée internationale et pionnier de la scène rock des pubs londoniens au milieu des années 70, il s’est fait connaître avec son premier album My Aim Is True acclamé par la critique en 1977.  Au cours de sa longue et fructueuse carrière, Elvis Costello a publié plus d’une trentaine d’albums studio punk rock, power pop et New Wave, en solo ou avec ses groupe The Attractions, The Imposters et ses nombreuses collaborations. La critique loue ses compositions intelligentes et pleine d’esprit.

Elvis Costello en bref

Un grand nombre de groupe et artistes reconnaissent avoir été influencés par Elvis Costello, c’est le cas de Green Day, Prince, Billy Bragg, Goldfinger, the Pogues, Radiohead, Dexys Midnight Runners, Pulp, Crowded House, James, Suzanne Vega, Less than Jake, et The Foo Fighters.

Né à Londres le 25 août 1954 sous le nom de Declan Patrick MacManus, il  est le fils du trompettiste, chanteur et chef d’orchestre Ronald « Ross » MacManus et de Lillian Costello qui dirige un magasin de disques. Originaire du Merseyside dans le Nord-Ouest de l’Angleterre il déménage avec sa mère à Birkenhead après la séparation de ses parents lorsqu’il est âgé de 16 ans.

Son d’artiste suggéré par Jake Rivieran, manager de Stiff Records,  fait référence au légendaire Elvis Presley pour le prénom et le nom de jeune fille de sa mère. Il a toutefois utilisé d’autres pseudonymes comme The Imposter ou Napoleon Dynamite.

Au début des années 1970, Elvis Costello participe à l’éclosion de la scène proto-punk-rock avec le groupe Flip City qui se produit dans les pubs londoniens.

Avec ses amis Nick Lowe et Ian Dury, il sort à partir de 1977 ses premiers albums sur le label indépendant Stiff, adaptant son travail aux scènes punk, power pop et new wave en plein essor.

À partir des années 1980, Elvis Costello est attiré par d’autres influences telles que la soul, la country, la pop des années 1960 et la musique classique et il s’impose rapidement comme un chanteur unique et original avec une production musicale extrêmement variée.

Sa carrière prolifique et éclectique de plus de 30 ans est probablement dû à on désir de travailler, comme fan, avec ses idoles. Il a ainsi collaboré avec un grand nombre d’artistes différent tels que Burt Bacharach et Paul McCartney, Anne Sofie von Otter, Allen Toussaint, Aimee Mann, Bill Frisell et Brian Eno entre autres…

Entre 1978 et 1983 c’est avec son groupe The Attractions constitué de Steve Nieve (claviers), Pete Thomas (batterie) et Bruce Thomas (basse) qu’il produit une série d’albums hors pair : This Year’s Model, Armed Forces, Get Happy!! , Trust, Almost Blue, Imperial Bedroom et Punch the Clock. Ces albums s’inspirent de styles allant de la soul, de la country et de la pop western à la pop commerciale.

C’est avec Goodbye Cruel World de 1984 qu’Elvis Costello commence à dévisser, il reconnait lui-même qu’il s’agit de l’un de ses pires albums. À partir de là suit une période musicale moins intéressante. En 1986 il engage un autre groupe pour King of America  mais c’est une réunion de The Attractions et de l’ancien producteur Nick Lowe qu’Elvis Costello  sort son meilleur album de la fin des années 80 avec le scabreux Blood and Chocolate.

Les albums suivants, Spike et Mighty Like a Rose, ainsi que la collaboration avec le quatuor à cordes The Juliet Letters en 1993, sont des œuvres solos difficiles et sans compromis.

En 1984 il sort Brutal Youth avec une fois de plus son groupe The Attractions.

Depuis cette date Elvis Costello est devenu un artiste dilettante, fidèle à sa quête musicale intérieure mais qui n’a plus jamais retrouvé les sommets atteints au début des années 80. Le meilleur album de cette dernière période est sans doute Painted from Memory de 1998 enregistré avec Burt Bacharach.

Elvis Costello épouse la chanteuse et pianiste de jazz canadienne Diana Krall en 2003, ils ont deux fils jumeaux.

En 2003, le groupe Costello and the Attractions est intronisé au Rock and Roll Hall of Fame.

En 2004, le magazine Rolling Stone classe Elvis Costello 80ième dans son palmarès des 100 plus grands artistes de tous les temps.

Elvis Costello co-écrit par ailleurs plusieurs chansons originales pour le cinéma, dont « God Give Me Strength » de Grace of My Heart (1996, avec Burt Bacharach) et « The Scarlet Tide » de Cold Mountain (2003, avec T-Bone Burnett). Pour cette dernière, Elvis Costello est nominé pour l’Oscar de la meilleure chanson originale et le Grammy Award de la meilleure chanson.

En 2018 Elvis Costello sort Look Now son dernier album studio en date avec son groupe The Imposters. On y trouve notamment « Burnt Sugar Is So Bitter », un titre co-écrit avec Carole King et une nouvelle collaboration avec Burt Bacharach sur trois autres titres.

Selon AllMusic cet album se situe artistiquement entre Imperial Bedroom et Painted from Memory.

Discographie d’Elvis Costello

1977 – My Aim Is True
1978 – This Year’s Model
1979 – Armed Forces
1980 – Get Happy!!
1981 – Trust
1981 – Almost Blue
1982 – Imperial Bedroom
1983 – Punch the Clock
1984 – Goodbye Cruel World
1986 – King of America
1986 – Blood & Chocolate
1989 – Spike
1991 – Mighty Like a Rose
1993 – The Juliet Letters
1994 – Brutal Youth
1995 – Kojak Variety
1996 – All This Useless Beauty
2002 – When I Was Cruel
2003 – North
2004 – Il Sogno
2004 – The Delivery Man
2008 – Momofuku
2009 – Secret, Profane & Sugarcane
2010 – National Ransom
2018 – Look Now

Produits disponibles sur Amazon.fr

Site de référence : www.elviscostello.com

Achetez les albums

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂

The Pretty Things


The Pretty Things - MazikThe Pretty Things est un groupe de rock anglais, formé à Londres en 1963  qui tire son nom de la chanson « Pretty Thing » de Willie Dixon en 1955 (reprise par Bo Diddley et Canned Heat). Il s’agit d’un groupe qui a sorti plusieurs singles de Rythm and Blues pur et dur au Royaume-Uni à ses débuts et qui s’est ensuite dirigé vers le Rock Psychédélique à la fin des années 1960 (leur album S.F. Sorrow de 1968 est l’un des premiers albums opéras rock avant les Who) puis le Hard-Rock au début des années 1970 (Led Zeppelin les considère comme leur groupe préféré) et la New-Wave au début des années 1980. Malgré ces évolutions, le groupe n’a jamais réussi à renouer avec le succès commercial de ses toutes premières années.

The Pretty Things en bref

Pionniers d’une approche brute du rythme et du blues (et plus tard de la psychédélique) leur musique influencera un certain nombre de groupes phares de l’invasion britannique (Brit Blues Invasion ou British Blues Boom) des années 1960, en particulier les Rolling Stones et David Bowie pour qui Phil May fut le premier héros.

The Pretty Things initialement Little Boy Blue and the Blues Boys étaient composés de Dick Taylor, Keith Richards et Mick Jagger, des étudiants du Sidcup Art College. Lorsque Brian Jones se joint à eux comme guitariste, Dick Taylor passe alors à la basse puis les Rolling Stones se sont formés.

Quelques mois plus tard, Dick Taylor quitte les Rolling Stones nouvellement formés pour poursuivre ses études lorsqu’il est accepté à la London Central School of Art où il rencontre Phil May et ils montent ensemble le groupe The Pretty Things, Dick Taylor à la  guitare préférée et Phil May au chant et à l’harmonica, recrutent Brian Pendleton à la guitare rythmique, John Stax à la basse puis après avoir auditionné quelques batteurs différents, dont Pete Kitley et Viv Andrews, ils choisissent Viv Prince pour compéter le line-up.

Dès leurs débuts ils font sensation en Angleterre en 1964-1965 et leurs trois premiers singles « Rosalyn », « Don’t Bring Me Down » et « Honey I Need » entre dans dans le hit-parade des singles outre Manche. Le succès du groupe se confirme en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Allemagne et aux Pays-Bas au milieu de la décennie mais jamais au USA. Malgré tout The Pretty Things avec The Yardbirds et Them de Van Morrison ont influence énorme sur des centaines de groupes de garage-rock comme MC5 et The Seeds pour ne citer qu’eux.

Les premiers morceaux de Pretty Things s’inscrivent dans le blues-rock pur jus influencé par Bo Diddley et Jimmy Reed un peu comme celui de leurs contemporains The Rolling Stones et The Yardbirds. Leurs prestations scéniques se font remarquer par leur comportement « rock and roll sauvage » choquant pour l’époque, leur titre « Midnight to Six Man » est un jalon important de la révolution culturelle des sixties.

Viv Prince quitte le groupe à la fin 1965, premier d’une longue série de changements d’effectif, il est remplacé par Skip Alan. Brian Pendleton s’en va fin 1966 suivi de John Stax au début de l’année suivante. Jon Povey et Wally Waller intègrent The Pretty Things qui devient un quintet.

The Pretty Things - MazikAprès s’être essayé à la pop mainstream sur l’album Emotions en 1967, le groupe se tourne vers le rock psychédélique et sort le concept album révolutionnaire S.F. Sorrow en 1967-68. Cet album qui sort fin 1968 est sans nulle doute l’un des premiers opéras rock, précédant Tommy des Who d’environ un an. Il a été enregistré dans les légendaires studios Abbey Road six mois après le fameux Sgt Pepper’s Lonely Hearts Club Band des Beatles et The Piper at the Gates of Dawn, le premier album de Pink Floyd. Chaque album a en commun un son psychédélique typique de la fin des années 60 et le même producteur que les Floyd en la personne de Norman Smith.

The Pretty Things - MazikS.F. Sorrow est suivi de l’album Parachute qui poursuit dans le style psychédélique, très bien accueilli puisqu’il est même désigné « Album de l’année » en 1970 par le magazine Rolling Stone. Pendant cette période, The Pretty Things enregistrent également l’album The Acetate exclusivement pour un jeune millionnaire français, Philippe DeBarge, qui n’est destiné qu’à circuler dans son cercle social mais cet opus a depuis été piraté et diffusé, on le trouve aussi sur le net à présent.

The Pretty Things - MazikÀ partir de là, le groupe commence hélas à décliner commercialement mais il continue de jouir d’un dévouement presque mystique de la part de ses fans, de la critique mais également d’autres musiciens et groupes rock. Au début des années 1970, leurs morceaux se rapprochent d’avantage du hard-rock et du heavy-metal balbutiant avec cependant toujours une teinte de blues comme sur l’albums Silk Torpedo.

Dans les années 80, Cross Talk contient des influences Punk et New Wave dans leur son hard-rock mais comme la plupart de leurs albums c’est une fois de plus un succès artistique mais absolument pas commercial.

 

Après l’arrivée d’un nouveau manager, Mark St John, The Pretty Things jouent sporadiquement dans les années 80. À la fin de la décennie, complètement oublié du grand public, les membres fondateurs Phil May et Dick Taylor décident de réformer le groupe avec le batteur Hans Waterman (ex membre du groupe rock néerlandais Solution), le bassiste Roelf ter Velt et le guitariste/claviériste Barkley McKay (ex Waco Brothers, ex Pine Valley Cosmonaut’s) et se lance dans une tournée européenne de blues à la fin de 1990 avec Chicken Shack de Stan Webb et Luther Allison qui leur permet de renouer avec le succès. Ce combo effectue régulièrement des tournées en Europe avec un show revitalisé qui met en scène leur bon vieux blues/r’n’b roots jusqu’à la fin de 1994.

En 1995 ils reconstituent le line up de l’époque Cross Talk (78) avec l’ajout de Frank Holland à la guitare à la place de Peter Tolson. Leur label, Snapper Music, sort opportunément des CD remasterisés avec de nombreux titres bonus, ainsi qu’un DVD d’un réenregistrement de S.F. Sorrow aux célèbres studios Abbey Road (avec leur amis Dave Gilmour & Arthur Brown en guests ). Dans la foulée The Pretty Things enchaîne des tournées dont une aux États-Unis pour la première fois depuis des décennies.

The Pretty Things - MazikAu début des années 2000, le groupe publie de nouveaux enregistrements, dont un album live et l’album studio Rage Before Beauty.

Le guitariste rythmique Brian Pendleton meurt d’un cancer du poumon le 16 mai 2001.

À ce jour le groupe poursuit gentiment sa carrière continue de tourner en Europe et aux États-Unis.

Membres actuels de Pretty Things

Phil May (né Phillip Arthur Dennis Kattner) – chant, maracas, harmonica
Dick Taylor (né Richard Clifford Taylor) – guitare, occasionnellement chant
Frank Holland – guitare, chant, harmonica
Jack Greenwood – batterie
George Woosey – basse, chant

Anciens membres

Brian Pendleton – guitare, chœurs, basse
John Stax (né John Edward Lee Fullegar) – basse, harmonica, chœurs
Pete Kitley – batterie
Viv Andrews – batterie
Viv Prince (née Vivian St John Prince) – batterie
Skip Alan – batterie
Wally Waller – basse, guitare, chant
Jon Povey – claviers, chant
Twink – batterie
Victor Unitt – guitare
Pete Tolson – guitare
Stuart Brooks – basse
Gordon John Edwards – guitare, claviers, chant
Jack Green – basse, chant
Simon Fox – batterie
Joe Shaw – guitare
Dave Wintour – basse
Dave Wilki – claviers
John Clark – batterie
Kevin Flanagan – saxophone
Perry Margouleff – guitare
Doede Ter Veld – batterie
Roelf Ter Veld – basse
Bertram Engel – batterie
Mark St. John – batterie, percussions
Steve Browning – basse
Hans Waterman – batterie
Barkley McKay – guitare

Discographie de The Pretty Things

Albums studio

1965 – The Pretty Things
1965 – Get the Picture?
1967 – Emotions
1968 – S.F. Sorrow
1970 – Parachute
1972 – Freeway Madness
1974 – Silk Torpedo
1976 – Savage Eye
1980 – Cross Talk
1999 – … Rage Before Beauty
2007 – Balboa Island
2015 – The Sweet Pretty Things (Are in Bed Now, of Course…

Produits disponibles sur Amazon.fr

Albums Live

1984 – Live at Heartbreak Hotel
1988 – Out of the Island
1998 – Resurrection (S.F. Sorrow en live aux studios Abbey Road avec Arthur Brown et David Gilmour)
2002 – The BBC Sessions
2014 – Live at the 100 Club (1er album enregistré en live)
2015 – Live at the BBC
2015 – Live at Rockpalast

Produits disponibles sur Amazon.fr

The Pretty Things alias Electric Banana

Electric Banana est un album éponyme du groupe en 1967. Lors de la sortie de l’album, le nom de scène Electric Banana sert à masquer son identité. Le groupe a enregistré cet album et deux autres pour la De Wolfe Music Library qui a fourni de la musique de film pour des B.O.F.

La musique d’Electric Banana s’est retrouvée dans divers films d’horreur ou érotiques de la fin des années 60, comme What’s Good for the Goose en 1969. La chanson « It’ll Never Be Me » pour Doctor Who en 1973 (The Green Death). La chanson « Cause I’m a Man » est apparue dans le film d’horreur classique Dawn of the Dead de George A. Romero en 1978, rééditée sur la compilation Dawn of the Dead : The Unreleased Incidental Music de Trunk Records en 2004.

1967 – Electric Banana
1968 – More Electric Banana
1969 – Even More Electric Banana
1973 – Hot Licks
1978 – The Return of the Electric Banana

Autres collaborations

En tant que Pretty Things & the Yardbird Blues Band (May et Taylor avec Jim McCarty des Yardbirds)

1991 – The Chicago Blues Tapes 1991
1993 – Wine, Women & Whiskey

En tant que Pretty Things & Friends (May et Taylor avec des membres de The Inmates et Matthew Fisher de Procol Harum)

1992 – Rockin’ the Garage

En tant que Pretty Things & Philippe Debarge

2009 – The Pretty Things/Philippe DeBarge (enregistré en 1969)

Compilations

1975 – Greatest Hits 1964–1967
1976  – Real Pretty  (double album, rééditions de S.F. Sorrow et Parachute)
1976 – The Vintage Years
1977 – The Singles As & Bs
1982 – 1967–1971
1983 – Let Me Hear the Choir Sing
1985 – Closed Restaurant Blues
1986 – Cries From the Midnight Circus – The Best of 1968–1971
1992 – Get a Buzz: The Best of the Fontana Years
1995 – Unrepentant – The Anthology
1997 – The EP Collection
2000 – Midnight to Six Man
2000 – Latest Writs, Greatest Hits
2001 – The Rhythm & Blues Years
2001 – The Psychedelic Years 1966–1970
2004 – Still Unrepentant
2004 – Come See Me: The Very Best of the Pretty Things
2013 – Singles ’64
2013 – Introducing the Pretty Things
2015 – The Decca Years 1965-1967
2015 – Bouquets From a Cloudy Sky

Site de référence : www.theprettythings.com

Achetez les albums

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂