Le violon dans le rock et le jazz-rock

Le violon dans le rock et le jazz-rock - MazikS’il est un instrument qu’on n’attend pas, à priori, dans le rock ou le jazz-rock c’est bien le violon. Lorsqu’on pense au violon, il faut avouer qu’en général cela évoque plutôt les orchestres de musique classique, de musique folklorique (irlandaise, country ou tzigane, entre autres…)

Mais ce vénérable instrument à cordes une fois électrifié se transforme en véritable avantage pour qui sait l’utiliser à bon escient dans des groupes rock ou jazz-rock (mais pas seulement).

Je pense forcément de suite à nos incontournables « frenchies »,  Jean-Luc Ponty et Didier Lockwood , violonistes ô combien talentueux dans un style jazz-rock et fusion des plus percutants. Sans oublier la grande Catherine Lara dans la chanson française.

On ne peut évoquer le violon et le jazz-rock-fusion sans parler du groupe de John McLaughlin, à savoir The Mahavishnu Orchestra et son premier violoniste Jerry Goodman (le suivant étant d’ailleurs le susnommé Jean-Luc Ponty).

Le rock-progressif et l’art-rock se sont aussi intéressé au violon et ont su le sublimer, notamment Soft Machine, Dixie Dregs, The Flock encore Kansas avec son émouvante chanson  « Dust in the Win » dans laquelle figure un solo de violon légendaire exécuté avec une grande sensibilité par Robby Steinhardt.

Le violon ainsi que la flûte et d’autres instruments dits « anciens » ont d’ailleurs été adoptés par plusieurs groupes du mouvement art-rock des années 70, comme Jethro Tull, King Crimson, Genesis et le Velvet Underground par exemple… Alors que Ian Anderson popularisait la flûte traversière (et la position de la cigogne par la même occasion) d’autres groupes ont intégré avec succès des violonistes dans leurs line-ups comme le Jefferson Airplane (rock-psychédélique),  Fairport Convention (folk-rock) et John Mayall’s Bluesbreakers (blues-rock)…

La violoniste Natalie Stovall qui évolue habituellement dans le style country, ou encore Cristina Kiseleff et Lindsey Stirling dans un style plus classique s’amusent quant à elles à reprendre avec leur instrument des standards de groupes tels que Led Zeppelin, AC/DCLenny KravitzLynyrd Skynyrd, Jimi Hendrix et j’en passe, à l’instar du duo 2Cellos qui martyrise ses violoncelles de façon jubilatoire et délicieusement disruptive pour notre plus grand plaisir :).

Preuve est faite qu’on peut sortir un son carrément rock des cordes de violon et de défier sans rougir et sans complexe les plus grands solistes de la guitare électrique !

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂

Lemmings Suicide Myth


Lemmings Suicide Myth - MazikJe voudrais vous parler de Lemmings Suicide Myth, un groupe strasbourgeois (une fois n’est pas coutume) constitué aux jours d’aujourd’hui de deux musiciens de qualité et qui a déjà écumé plusieurs salles ou festivals locaux et outre-Vosges depuis leurs débuts et ont été lauréat et vainqueur du tremplin « Jazz Avenir » en 2016 à La Petite Pierre.

Lemmings Suicide Myth en bref

En fait ils étaient trois au commencement, car un bassiste les accompagnait et cela fera peut-être penser certains à un groupe très connu de prog symphonique britannique (comme ELP par exemple) mais cette collaboration n’a pas durée pour des divergences musicales majeures.

Ce combo qui se dénomme « Lemmings Suicide Myth » est constitué aujourd’hui d’un pianiste / compositeur, de formation plutôt classique contemporaine et inspiré pour ses compositions par certains auteurs littéraires comme Burroughs ou Bukowski voire Nietsche, Baudelaire ou Kafka, dont l’état civil indique qu’il se nomme Benjamin Bentz alias Lemming n° 127. Le second est batteur / percussionniste (glockenspiel, tam-tam) et exerce la profession d’enseignant, j’ai nommé Philippe Isenmann alias Lemming n° 314, issu d’une famille ayant une longue tradition musicale (les Célestins p. ex).

Ce duo concocte un jazz-rock progressif complexe et lunatique, pleins de breaks et de changements d’atmosphères musicales, ou se succèdent de thèmes très calmes et sobres, joyeux et reposants, tantôt plutôt sombres, agités, énervés et débridés voire hallucinants, mais toujours avec une cohérence et une fluidité faisant preuve d’un très grand professionnalisme.

Leur discographie comporte à ce jour trois albums, deux purement instrumentaux et un chanté (à écouter ou à télécharger sur Bandcamp et /ou Soundcloud). Il n’existe à ma connaissance aucun support physique de ces enregistrements.

Leur premier album enregistré et mixé au studio Le Kid de Ittenheim est constitué de 5 titres, dont les trois premiers sont issus d’un premier projet qui fait référence à William Burroughs et comporte des morceaux plutôt longs (7′ à 13′).

Le second totalement inspiré par l’œuvre de Charles Bukowski, référence littéraire incontournable du pianiste, comporte 8 morceaux chantés, enregistrés et mixés également à Ittenheim.

Le troisième opus est composé de 6 titres inspirés du jeu de tarots a été enregistré et mixé au studio Downtown à Strasbourg.

Membres de Lemmings Suicide Myth

Benjamin Bentz (alias Lemming n° 127) : piano, compositions
Philippe Isenmann (alias Lemming n° 314) : batterie, glockenspiel

Les albums de Lemmings Suicide Myth

Mai 2015 : Lemmings Suicide Myth (Instru)
Juin 2016 : Don’t Try (lyrics by Ch. Bukowski)
Mai 2018 : Lemmings Suicide Myth (Instru)

Page Facebook du groupe

Pascal Chroniqueur Mazik.info

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂