In Volt


Involt - Free - MazikDans l’enfer des décibels où ils revendiquent leur place avec un heavy-blues-rock de haute lutte, In Volt revient avec un nouvel album qui ne peut laisser indifférent. Entre grosses baffes et subtilités acoustiques, le groupe vous envoie dans les cordes et rappelle que le blues a engendré un môme turbulent appelé Rock & Roll

Leur troisième album Free, réalisé avec Jon Caffery qui a travaillé avec Sex Pistols, Die Toten Hosen (groupe punk-rock allemand), Joy Division, Jeff Beck…, est sorti fin 2018…

In Volt en bref

Au delà d’une touche très 70’s qui peut parfois rappeler AC/DC et Led Zeppelin ou les Black Crowes voir Jack White (The White Stripes, The Raconteurs, The Dead Weather) pour cette capacité a insufflé un vent nouveau au classic-rock, le quatuor peut compter sur un guitariste inspiré et un vrai sens du groove qui permet au chanteur d’imposer sa personnalité.

En mars 2012, In Volt sort un premier opus éponyme très bien accueilli par la presse et les critiques ne tarissent pas d’éloges. Le groupe parcourt dès lors les routes de France et aligne de nombreuses dates. Une équipe soudée et unanime prend forme autour du groupe : un tourneur, un producteur Frankie Pfeiffer, une distribution. Tout s’enchaîne très vite. Toujours poussé par une motivation sans faille, le projet d’un nouvel album se fait jour. Celui-ci obtient de bons échos, la rock n’roll machine est lancée. Dans la foulée lLe groupe se produit dans plusieurs festivals (« Blues sur le Zinc », « Monterau festival » etc.) ou dans des lieux tels que « Chez Paulette », le « New Morning » etc… La réputation scénique d’In Volt ne fait que croître.

Les futures compositions pour un deuxième album se préparent déjà. La rencontre du groupe avec le musicien canadien Paul Deslauriers (Céline Dion, Garou, Whitney Houston…) sera décisive puis qu’il prend en charge la direction artistique de ce nouvel album : Big Fire distribué chez Naïve/Big Feat Records en 2014. De nombreuses critiques dithyrambiques sont publiées dans la presse (le Parisien, Rock n’ folk, Guitare Extrem, etc…). Ce sera l’occasion d’une nouvelle tournée en Belgique, Hollande, Suisse etc…

Involt - Free - Mazik
Artwork Myriam Catrin

En 2017, In Volt envoie les maquettes du futur album Free à Dieter Dierks, le producteur historique de Scorpions, dont certains morceaux sont chantés en anglais et, plus étonnamment, en allemand. Ce dernier les invite dans son studio personnel à Cologne et finalement c’est son ami de longue date, l’anglais Jon Caffery, qui prend place derrière la console pour produire l’album dans l’ancien studio EMI rebaptisé le Maarwegstudio2. Le projet fait l’objet d’un financement participatif sur le web (crowdfunding sur Kisskissbankbank).

Fort de sa réputation live, In Volt repart sur les routes gonflé à bloc avec Free, son album le plus abouti à ce jour.

Pour Mazik c’est une belle découverte que nous avons le plaisir de partager 🙂

Les membres du groupe In Volt

Antoine  Gauthier alias Enton est chanteur et auteur compositeur. Doté d’une personnalité extravertie il est également comédien de théâtre. À 14 ans, influencé par son frère aîné Jérôme, il découvre le chant avec des morceaux des Doors. À 20 ans il découvre la scène avec le groupe Missbelieving. Les Cours Florent viendront supplanter le rock’n roll pendant trois ans où il sera rompu à l’extravagance scénique. Il en sort grandi, avec une nouvelle amitié devenue un ami de tous les instants, Jérôme Sitruk. Aujourd’hui Enton est reconnu pour son extrême authenticité sur scène et pour sa voix incandescente. Pourvu d’une véritable attraction sur le public par son profil déjanté, il reste un homme humble, d’une grande tendresse, ce qui le rend plus qu’attachant. Intègre, il donne et rend sans aucune concession, sans aucune justification. Il dévoile une identité inspirée par son maître, Jim Morrisson.

Jérôme Gauthier est guitariste, auteur compositeur et fondateur du groupe In Volt. Il débute la guitare à l’âge de 17 ans et lorsqu’il a 24 ans, c’est Gary Moore qui vient lui parler en songes pour l’inviter à écouter « Still Got The Blues », ce sera pour lui une véritable révélation. Il fait alors ses premières armes avec un premier groupe de reprises puis Missbelieving, Blue Feet, Lulu Borgia and more…  En 1996 il entame deux années à l’American School of Music tout en jouant dans des groupes jusqu’en 2009. Personnalité au cœur de rockeur, il met dans ses compositions toute l’âme qu’il voue au Rock’n Roll.

Rodolphe Perroquin est un batteur multi-instrumentiste, diplômé en techniques du jazz au CIM de Paris.  Il découvre la scène vers 15 ans dans des salles où se sont produit Ray Charles, Eric Lelanne, Sixun, Mino Cinelu, en accompagnant de nombreux  artistes tels que Iléne Barnes, Amina, Takfarinas, Les Escrocs, Juan Rozoff, Peter Nathanson, Remy Chaudagne, etc… En 2000, il crée le studio-label Larodprod. Rodolphe est également compositeur sur une dizaine d’albums lounge ainsi que des pubs, jingles et musiques de documentaires pour France Télévision, M6, Canal+ et des chaines câblées, des radios nationales.

Karim Hamida est bassiste. En 2002, il obtient le prix du disque au Printemps de Bourges et sort  un album No Bluff Sound chez Wagram suivi d’une tournée en assurant les premières parties de Louise Attaque. De 2005 à 2010, il re-mixe et réalise pour Louise Attaque, Fanta Disco, Dabi Touré, Wendy Code, Les Lascars… Il est également Ingénieur du son chez ADH. De 2006 à 2016, il travaille sur la création du projet Atomik en France et à l’étranger (UK, Allemagne, USA, Japon…). De 2014 à 2017, il compose et réalise pour la radio, télévision et cinéma : M6, BFM, Chérie FM, CBS Rengaine (film primé à Cannes)…

Pour en savoir plus sur le groupe In Volt, je vous invite à voir le reportage sur l’enregistrement de l’album Free à Cologne.

Discographie d’In Volt

2014 – Big Fire
2012 – In Volt
2018 – Free

Site de référence : www.involt.fr

Achetez les albums

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂

Johnny Winter


Johnny WinterJohn Dawson « Johnny » Winter III né le 23 février 1944 à Beaumont auTexas était un guitariste, chanteur et producteur américain de blues. Plus connu pour ses albums de blues rock énergique de la fin des années 1960 et des années 1970 et pour ses performances live, il a également produit trois albums pour la légende du blues Muddy Waters qui ont remporté des Grammy Awards. Après son passage chez Muddy Waters, Johnny Winter a enregistré plusieurs albums de blues  nominés aux Grammy et a enchaîné de nombreuses tournées. En 1988, il est intronisé au Blues Hall of Fame Foundation et en 2003, il est classé 74ème dans la liste des « 100 plus grands guitaristes de tous les temps » par le magazine Rolling Stone.

Johnny Winter en bref

Johnny Winter, ainsi que son frère Edgar Winter, ont été biberonnés à la musique par leurs parents dès l’enfance. Lui et son frère, qui sont nés atteints l’albinisme, ont commencé à jouer dès leur plus jeune âge. Quand il avait dix ans, Johnny Winter est apparu dans une émission locale pour enfants, jouant du ukulélé et chantant des chansons des Everly Brothers avec son frère.

Sa carrière d’enregistrement commence à l’âge de quinze ans, lorsque son groupe Johnny and the Jammers sort « School Day Blues » sur une maison de disques de Houston. Durant cette même période, il a pu voir des performances d’artistes de blues classiques tels que Muddy Waters, B.B. King et Bobby Bland.

À ses début, Johnny Winter accompagnait parfois Roy Head & The Traits lorsqu’ils se produisaient dans la région de Beaumont, au Texas, et en 1967. Johnny Winter a enregistré un single avec The Traits : « Tramp » soutenu par « Parchman Farm » (Universal Records). En 1968, il sort son premier album The Progressive Blues Experiment, sur Sonobeat Records d’Austin.

C’est en décembre 1968 que Mike Bloomfield, qu’il rencontre et avec qui il jamme à Chicago, l’invite à chanter et à jouer une chanson lors d’un concert de Bloomfield et Al Kooper au Fillmore East à New York. Des représentants de Columbia Records (qui avait sorti l’album Top Ten Bloomfield/Kooper Super Session) étaient présents au concert. Johnny Winter a joué et chanté « It’s My Own Fault » de B.B. King sous les applaudissements et en l’espace de quelques jours,  avec 600.000 $, il a pulvérisé les meilleures ventes de l’industrie du disque de l’époque.

Son premier album chez Columbia a été enregistré et sorti en 1969. Les mêmes musiciens avec lesquels il a enregistré The Progressive Blues Experiment, le bassiste Tommy Shannon et le batteur Uncle John Turner, Edgar Winter aux claviers et au saxophone, et (pour son « Mean Mistreater ») Willie Dixon à la basse et Big Walter Horton à l’harmonica. L’album comprend quelques morceaux dont sa composition « Dallas » (un blues acoustique sur lequel Johnny Winter jouait une de la steel guitar), « Good Morning Little School Girl » de John Lee « Sonny Boy » Williamson, et « Be Careful With A Fool » de B.B. King, de John Lee.

Le succès de l’album coïncide avec la sortie de The Progressive Blues Experiment d’Imperial Records. La même année, le trio Winter tourne et se produit dans plusieurs festivals de rock, dont celui de Woodstock. Avec son frère Edgar comme membre à part entière du groupe, Johnny Winter enregistre également son deuxième album, Second Winter à Nashville en 1969. L’album à deux disques, qui n’avait que trois faces enregistrées (la quatrième était vierge), présentait quelques autres classiques des concerts de Winter, dont « Johnny B. Goode » de Chuck Berry et « Highway 61 Revisited » de Bob Dylan.

En 1984, Johnny Winter a commencé à enregistrer pour plusieurs labels, dont Alligator Records et Point Blank Records, où il s’est concentré sur le blues. Il continue de se produire sur scène, notamment dans le cadre de festivals en Amérique du Nord et en Europe. L’hiver a été la vedette d’événements aussi prestigieux que le New Orleans Jazz & Heritage Festival, le Chicago Blues Festival, le Swedish Rock Fest, le Warren Haynes X-mas jam, et le célèbre Rockpalast allemand. Il s’est également produit avec les Allman Brothers au Beacon Theater de Manhattan à l’occasion du 40e anniversaire de leurs débuts. En 2007 et 2010, Winter s’est produit au Crossroads Guitar Festivals d’Eric Clapton. Deux DVD de cours de guitare ont été produits par Cherry Lane Music et la Hal Leonard Corporation. La Gibson Guitar Company a sorti la guitare signée Johnny Winter Firebird lors d’une cérémonie à Nashville avec une démonstration de Slash.

En 2004, Johnny Winter obtient une nomination aux Grammy pour son album I’m a Bluesman. Le guitariste Paul Nelson, le bassiste Scott Spray et le batteur Vito Liuzzi l’accompagnent. Depuis 2007, une série d’albums pirates de ses concerts Live Bootleg Series et un DVD live ont tous fait leur entrée dans le Top 10 des charts Billboard Blues. En 2009, l’album The Woodstock Experience est sorti, qui comprend huit chansons que Johnny Winter a interprétées au festival de 1969. Johnny Winter est signé chez Megaforce Records, qui sortira un nouvel album studio intitulé Roots le 27 septembre 2011.

Il comprendra l’interprétation par Johnny Winter de onze classiques du blues précoce et du rock’n’ roll et mettra en vedette plusieurs artistes invités.

Johnny Winter a produit trois albums primés aux Grammy Awards par Muddy Waters, Hard Again (1977), I’m Ready (1978) et Muddy « Mississippi » Waters – Live (1979). Plusieurs albums ont également été nominés aux Grammy Awards.

En 1980, Johnny Winter a fait la couverture du premier numéro de Guitar World et en 1988, il a été intronisé au Blues Hal of Fame Foundation.

Johnny Winter est mort le 16 juillet 2014 à Zurich en Suisse.

Discographie de Johnny Winter

Albums studio

1968 : The Progressive Blues Experiment
1969 : Johnny Winter
1969 : Second Winter (double 33T avec la 4e face vierge)
1970 : Johnny Winter And
1973 : Still Alive and Well
1974 : Saints and Sinners
1974 : John Dawson Winter III
1977 : Nothin’ But the Blues
1978 : White, Hot and Blue
1980 : Raisin’ Cain
1984 : Guitar Slinger
1985 : Serious Business
1986 : Third Degree
1988 : The Winter of ’88
1991 : Let Me In
1992 : Hey, Where’s Your Brother?
2004 : I’m a Bluesman
2011 : Roots
2014 : Step Back

Albums Live

1971 : Live Johnny Winter And
1976 : Captured Live!
1976 : Together
1993 : White Lightning (Dallas, 1er septembre 1969)
1998 : Live in NYC ’97
2007-2014 : Live Bootleg Series Vol.1-11
2010 : Live at the Fillmore East 10/3/70
2011 : Rockpalast: Blues Rock Legend Vol. 3 (Essen, avril 1979)

Live Bootleg Series

Les « Live Bootleg Series » sont des sorties officielles autorisées, produites par Winter pour le label Friday Music. Les CD et les LP comprennent l’avis : « Tous les enregistrements originaux sont la propriété de Johnny Winter et sont compilés à partir des archives autorisées de Johnny Winter.

2007 – Live Bootleg Series Vol. 1
2008 – Live Bootleg Series Vol. 2
2008 – Live Bootleg Series Vol. 3
2009 – Live Bootleg Series Vol. 4
2009 – Live Bootleg Series Vol. 5
2010 – Live Bootleg Series Vol. 6
2011 – Live Bootleg Series Vol. 7
2012 – Live Bootleg Series Vol. 8
2013 – Live Bootleg Series Vol. 10
2013 – Live Bootleg Series Vol. 9
2014 – Live Bootleg Series Vol. 11
2014 – Live Bootleg Special Edition
2016 – Live Bootleg Series Vol. 12
2016 – Live Bootleg Series Vol. 13
2018 – Live Bootleg Series Vol. 14: It’s Johnny’s Birthday

Produits disponibles sur Amazon.fr

Achetez les albums

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂