The Band


The Band - The Band - MazikThe Band est un groupe de rock roots américano-canadien formé à Toronto, Ontario en 1968 par Rick Danko, Garth Hudson, Richard Manuel, Robbie Robertson et Mark Lavon « Levon » Helm.

The Band est connu pour avoir accompagné Bob Dylan de 1965 à 1974.

The Band en bref

Les membres de The Band se rencontrent pour la première fois entre 1958 et 1963, en rejoignant les uns après les autres The Hawks, le groupe de soutien du chanteur rockabilly Ronnie Hawkins.

En 1964 les cinq musiciens quittent Ronnie Hawkins puis tournent et sortent quelques singles en tant que  Levon and the Hawks et Canadian Squires.

L’année suivante, Bob Dylan les embauche pour sa tournée américaine puis sa tournée mondiale de 1966 après laquelle le groupe déménage à Saugerties, New York où ils réalisent les enregistrements informels de 1967 qui deviennent The Basement Tapes, la maquette de leur premier album Music from Big Pink qui sortira en 1968.

Étant donné que la formation demeure « le groupe » de divers frontmen ou artistes vedettes si vous préférez, Levon Helm suggère de prendre le nom « The Band » lorsqu’ils décident de voler de leurs propres ailes et de fait, le groupe commence à se produire sous le nom de The Band en 1968 et publiera dix albums studio.

Le style musical du groupe fusionne de nombreux éléments entre musique country et rock & roll, alliés à des touches de rhythm & blues ou de Motown. Robbie Robertson cite Curtis Mayfield et les Staple Singers parmi les principales influences de The Band.

Après le succès de Music from Big Pink, The Band part en tournée. Leur première apparition live se déroule à l’Université de Stony Brook au printemps 1969. Cet été là ils se produisaient également au célèbre Festival de Woodstock mais leur performance ne figure pas dans le film en raison de complications juridiques.

Bob Dylan continue de collaborer avec The Band au cours de sa carrière avec notamment une tournée conjointe en 1974.

Le line-up original de The Band met fin à ses tournée en 1976 avec un ultime concert le jour de Thanksgiving mettant en vedette de nombreuses célébrités invitées : Eric Clapton, Ringo Starr, Bob Dylan, Ronnie Wood, Muddy Waters, Neil Young, Neil Diamond, Van Morrison, Bobby Charles, Dr. John, Paul Butterfield, Emmylou Harris, Ronnie Hawkins, Joni Mitchell et The Staple Singers.

Cette performance live est immortalisée par Martin Scorsese dans son film documentaire The Last Waltz de 1978. Je sais, ça fait un peu « We are the World, We are the Children… » avant l’heure mais cela reste un document exceptionnel. 😉

Le groupe repart en tournée en 1983 mais sans le guitariste Robbie Robertson qui se consacre désormais à sa carrière solo et comme producteur de musique de films à Hollywood.

Un drame frappe The Band puisque, devenu alcoolique, Richard Manuel met fin à ses jours en 1986 après un énième concert dans des lieux de plus en plus miteux. Sa disparition inspirera au groupe de folk-rock et rock-alternatif Counting Crows la chanson « Richard Manuel Is Dead » qui figure sur son album Hard Candy de 2002. Eric Clapton n’est pas en reste puisqu’il dédie sa chanson « Holy Mother » à la mémoire de Richard Manuel sur son album August en 1986.

Mais comme le veut l’adage « the show must go on » et les trois autres membres du groupe poursuivent les tournées et les enregistrements accompagnés par une successions de musiciens pour remplacer Manuel et Robertson.

La configuration finale de The Band comprend Richard Bell au piano, Randy Ciarlante à la batterie et Jim Weider à la guitare.

La formation se dissout définitivement après le décès de Rick Danko en 1999 suite à une insuffisance cardiaque.

Levon Helm est empêché de chanter pendant plusieurs années à cause d’un cancer de la gorge en 1998 mais il a finalement retrouvé l’usage de sa voix. Il a continué de jouer et a sorti plusieurs albums à succès jusqu’à sa mort en 2012.

Le groupe a été intronisé au Canadian Music Hall of Fame en 1989 et au Rock and Roll Hall of Fame en 1994.

Le magazine Rolling Stone situe The Band en 50ème position sur sa liste des 100 plus grands artistes de tous les temps en 2004 et classe la chanson « The Weight »  41ème sur la liste des 500 meilleures chansons de tous les temps. Ses premières paroles inspireront d’ailleurs son nom au groupe de hard-Rock Nazareth.

En 2008 The Band se voit décerner un Grammy Lifetime Achievement Award.

En 2014, The Band est intronisé au Canada’s Walk of Fame.

Membres de The Band

Billy Preston – claviers, chœurs
Blondie Chaplin – guitares, batterie, chœurs
Buddy Cage – lap steel guitare
Earl Cate – guitares
Earnie Cate – claviers
Fred Carter, Jr. – guitares
Garth Hudson – claviers, saxophone, accordion, woodwinds, brass
Jack Casady – basse
Jim Weider – guitares
John Simon – baritone horn, electric piano, piano, tenor saxophone, tuba
Jorma Kaukonen – guitares
Levon Helm – batterie, chant, mandolin, guitare, percussion
Randy Ciarlante – batterie, custom percussion, chant
Richard Bell – claviers
Richard Manuel – piano, orgue, chant,  steel guitar, batterie
Rick Danko – basse, chant, guitares, trombone
Robbie Robertson – guitares, chant, percussion
Ron Eoff – basse
Sredni Vollmer – harmonica
Stan Szelest – claviers
Terry Cagle – batterie, chœurs

Discographie de The Band

1968 – Music from Big Pink
1969 – The Band
1970 – Stage Fright
1971 – Cahoots
1972 – Rock of Ages en live,
1973 – Moondog Matinee
1975 – Northern Lights – Southern Cross
1977 – Islands
1978 – The Last Waltz live/studio,
1993 – Jericho
1996 – High on the Hog
1998 – Jubilation

Produits disponibles sur Amazon.fr

Avec Bob Dylan

1974 – Planet Waves
1974 – Before the Flood
1975 – The Basement Tapes
1998 – The Bootleg Series Vol. 4: Bob Dylan Live 1966, The « Royal Albert Hall »

Site de référence : www.officialtheband.com

Achetez les albums

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂

2007 : Moriarty > Jimmy





2007 : Moriarty > JimmyCe groupe franco-américain un peu canadien, suisse mais aussi vietnamien a grandi à paris pour fonder « Moriarty » en 1995. De parents américains, ils se font connaitre avec la chanson « Jimmy » issu de leur premier album « Gee Whiz But This Is a Lonesome Town ».

Ce quintet de country, de musique traditionnelle irlandaise, de reprises de blues dans un registre rock, est portée par la voix de Rosemary Standley avec guitare, banjo, harmonica, contrebasse tout en ajoutant des sons divers et variés autour d’un seul micro sur scène pour nous délivrer un mixage incomparable.

Avec ce premier disque, Moriarty nous propose un road movie aux Etats Unis à écouter avec calme et volupté et sans modération au coin du feu.

On ouvre avec « Jimmy », superbe ballade à la guitare entraînée par un harmonica délicat, pour nous faire découvrir la voix chaude et brillante de Rosemary avec un choeur gros comme les voix masculines qui l’accompagne et nous avec.

Les chiens jappent sur le mystique « Lovelinesse » comme pour nous donner une certaine réalité à cette chanson lorsque Rosemary hurle avec les loups avec son choulement loufoque.

La ballade poétique et intimiste de cette pauvre « Private Lily » qui s’engage dans l’armée pour payer ses études, est accompagnée par un banjo nécessiteux mais réaliste.

Superbe voyage dans l’Amérique profonde avec un blues dépouillé dans un « Motel ». Un serpent à sonnette nous averti qu’un harmonica se joue du train qui passe sur une vieille gratte.

L’expérimental bastringue intimiste d’« Animals can’t laugh » se laisse écouter sans rire.

L’interlude instrumental se joue sur une contrebasse ronflante pour faire surgir une guitare…



…avant l’harmonica qui introduit le langoureux et triste « Cottonflower », dernière lettre d’un soldat mourant au champ de bataille pour sa bien-aimée. On se laisse emporter par les souvenirs d’un amour tué au son d’une voix qui évolue dans plusieurs registres.

Le country celtique de Moriarty sur « Whiteman’s ballad » de l’affairiste homme blanc violeur sur un violon raciste.

Transgression au japon avec le mont Fuji délicatement enneigé en hiver et peut être même de nuit sur la froide « Tagono-Ura ».

Le premier mai de « Fireday » nous emporte dans l’Amérique des raisins de la colère de Steinbeck.

« Oshkosh ben » est la complainte d’un homme brisé dont les voix s’entremêlent en mélopée.

Le jazzy « Jaywalker (Song for Beryl) » marche pied nu sur les pavés au cliquettement de la machine à écrire dans une ambiance de polar américain entre jazz, blues et folk. Superbe

Cette joyeuse troupe familiale nous offre depuis quelques années de magnifiques prestations live de cabaret folk. On se délecte agréablement de cette musique intemporelle souvent tendre, des fois mélancolique et toujours sereine.

Tout en délicatesse et en beauté, l’histoire de « Jimmy » est peut être le plus beau morceau de l’album que je vous livre aujourd’hui en franglais et à Taratata.

Jimmy Moriarty

Jimmy
(Jimmy)
Jimmy won’t you please come home
Jimmy voudrais tu bien rentrer à la maison
Where the grass is green and the buffaloes roam
Ou l’herbe est verte et les bisons sont en liberté
Come see Jimmy your uncle
Jimmy vient voir ton oncle Jim
Jim Your auntie Jimmie and your cousin Jim
Ta tante Jimmie et ton cousin Jim
Come home Jimmy because you need a bath
Rentre à la maison Jimmy, tu as besoin de prendre un bain
And your grandpa Jimmy is still gone daft
Et ton grand-père Jimmy est encore malade
Now there’s buffalo Jim and buffalo Jim
Alors il y a Jim le bison et Jim le bison
And Jim buffalo now, i didn’t you know
Et le bison Jim, tu n’étais pas au courant
Jim Jim Jimmy its your last cigarette
Jim Jimmy Jimmy c’est ta dernière cigarette
But there’s buffalo piss and it’s all kind of wet
Le sol est trempé de pisse de bison
Jambo Jimmy you’d better hold your nose
Sacré Jimmy tu ferais mieux de bien te tenir
All roads lead to roam with the buffaloes
Quoique tu fasses tu finiras parmi les bisons
And the Buffaloes used to say « be proud of your name »
Et les bisons disaient « Sois fier de ton nom »
The Buffaloes used to say « be what you are »
Les bisons disaient « Sois fidèle à toi-même »
The Buffaloes used to say « roam where you roam »
Les bisons disaient « Va où tes pas te mènent »
The Buffaloes used to say « do what you do »
Les bisons disaient « Fais comme tu le sens »
Well you’ve gotta have a wash but you can’t clean your name
Tu peux toujours te laver, tu ne débarrasseras pas de ta réputation
You’re now called Jimmy you’ll be Jimmy just the same
Maintenant on t’appelle Jimmy mais tu resteras le même
The keys are in a bag in a chest by the door
Dans le coffre près de la porte il y un sac avec les clés dedans
One of Jimmy’s friends has taken the floor
Un des amis de Jimmy a fini par terre
Jimmy won’t you please come home
Jimmy tu ferais bien de rentrer à la maison
Where the grass is green and the buffaloes roam
Ici l’herbe est verte et les bisons sont en liberté
Dear old Jimmy you’ve forgotten you’re young
Mon vieil ami Jimmy tu as oublié ta jeunesse
But you can’t ignore the buffalo song
Mais le chant des bisons ne peut pas te laisser indifférent
And the Buffaloes used to say » be proud of your name »
Et les bisons disaient « Sois fier de ton nom »
The Buffaloes used to say « be what you are »
Les bisons disaient « Sois fidèle à toi-même »
The Buffaloes used to say « roam where you roam »
Les bisons disaient « Va où tes pas te mènent »
The Buffaloes used to say « do what you do »
Les bisons disaient « Fais comme tu le sens »
(x2)
(x2)
If you remember you’re unknow
Si tu souviens que tu n’es personne
Buffaloland will be your home
Alors tu seras chez toi au pays des bisons

Produits disponibles sur Amazon.fr

Achetez les albums

👉Partagez cet article 👇🙂 👍🎵