The Moody Blues




The Moody BluesThe Moody Blues est un groupe anglais formé à Birmingham en 1964 qui joue initialement plutôt blues mais qui se dirige dès le deuxième album vers la fusion du rock et de la musique classique se qui permet de considérer ce groupe étant l’un des véritables pionniers de l’Art-Rock et du Rock-Progressif. En effet Days of Future Passed leur deuxième opus sorti en 1967 est  l’un des premiers « Concept-Albums » réussis.

The Moody Blues en bref

Le nom du groupe quant à lui vient de l’espoir déçu d’être sponsorisé par la brasserie anglaise M&B Brewery, le groupe s’étant tout d’abord nommé « The MB’s » puis « The M&B Five » mais près le refus de la brasserie de les soutenir, Pinder et Laine choisissent d’adopter le nom « Moody Blues » en référence à la pièce Mood Indigo de Duke Ellington (appréciée par Pinder) ainsi qu’à leur tempérament mélancolique et sentimental.

The Moody Blues a connu un succès internationalement avec des singles tels que « Go Now », « Tuesday Afternoon », « Question » et sans nul doute le plus célèbre : « Nights in White Satin« .

Ils ont à leur actif 18 disques de platine ou d’or et ont vendu pas moins de 70 millions de disques à travers le monde.

Ce groupe est généralement présenté comme un groupe avec quatre chanteurs puisque le batteur Graeme Edge chante aussi, Justin Hayward étant le guitariste principal et chanteur tandis que Mike Pinder est plutôt responsable des arrangements, les orchestrations symphoniques et l’orientation conceptuelle globale.

Au printemps 1974, après avoir terminé une vaste tournée mondiale qui a culminé avec une tournée en Asie, le groupe épuisé et vidé (selon les déclarations de Justin Hayward au magazine Higher & Higher 2006) s’offre une longue pause que des observateurs on estimé à tort à l’époque comme une rupture.

En 1974, le groupe supervise la préparation de l’album de compilation This Is The Moody Blues qui publié la même année.

Hayward et Lodge sortent un album de duo en 1975, le très réussi Blue Jays  incluant le single « Blue Guitar » crédité à Hayward et Lodge même si en fait ce n’est que Hayward accompagné par le groupe 10cc.

Les membres ont ensuite tous sorti des albums solo. Pinder a déclaré qu’il espérait reformer le groupe mais sans réponse favorable de ses ex partenaires il est donc retourné en Californie avec ses deux nouveaux mellotrons Mk5 et a commencé à travailler sur son album solo The Promise.

Le groupe avec à son bord un membre de la formation d’origine et deux membres de la formation de 1966 mais aussi chaque musicien en solo sont toujours actifs et continuent de tourner  essentiellement aux États-Unis et en Grande-Bretagne.

Membres actuels des Moody Blues

Graeme Edge : batterie, percussions, chant (depuis 1964)
Justin Hayward : guitare, chant (depuis 1966)
John Lodge : basse, guitare, chant (depuis 1966)

Sur scène, les Moody Blues sont accompagnés par

Alan Hewitt : claviers, chant (depuis 2010)
Gordon Marshall : batterie, percussions (1990-09/2015)
Billy Ashbaugh : Batterie, depuis octobre 2015.
Norda Mullen : flûte, guitare, percussions, chant (depuis 2003)
Julie Ragins : claviers, percussions, guitare, saxophone, chant (depuis 2006)

Anciens membres des Moody Blues

Ray Thomas : flûte, percussions, harmonica, chant (1964-2002)
Mike Pinder : claviers, chant (1964-1978)
Denny Laine : guitare, chant (1964-1966)
Clint Warwick : basse, chant (1964-1966)
Rodney Clark : basse, chant (1966)
Patrick Moraz : claviers (1978-1990)

Discographie des Moody Blues

1965 – The Magnificent Moodies
1967 – Days of Future Passed
1968 – In Search of the Lost Chord
1969 – On the Threshold of a Dream
1969 – To Our Children’s Children’s Children
1970 – A Question of Balance
1971 – Every Good Boy Deserves Favour
1972 – Seventh Sojourn
1974 – This Is The Moody Blues (Compilation)
1977 – Caught Live + 5 (Live)
1978 – Octave
1978 – The Great Moody Blues (Compilation)
1979 – Out of This World (Compilation)
1981 – Long Distance Voyager
1983 – The Present
1984 – Voices in the Sky (The Best of The Moody Blues) (Compilation)
1985 – Early Blues (Compilation)
1986 – The Moody Blues Collection (Compilation)
1986 – The Other Side of Life
1987 – Prelude (Compilation)
1988 – Sur La Mer
1989 – Greatest Hits (Compilation)
1991 – Keys of the Kingdom
1993 – A Night at Red Rocks with the Colorado Symphony Orchestra (Live)
1994 – Time Traveller (Compilation)
1997 – The Best of the Moody Blues (Compilation)
1998 – Anthology (Compilation)
1999 – Classic Moody Blues: The Universal Masters Collection (Compilation)
1999 – Strange Times
2000 – Hall of Fame (Live)
2000 – The Best of The Moody Blues (Compilation)
2000 – The Singles (Compilation)
2003 – Ballads (Compilation)
2003 – December
2003 – Say It With Love (Compilation)
2005 – Gold (Compilation)
2005 – Lovely to See You (Live)
2006 – An Introduction to The Moody Blues (Compilation)
2007 – Collected (Compilation)
2007 – Live at the BBC: 1967–1970 (Live)
2008 – Live at the Isle of Wight Festival 1970 (Live)
2008 – Playlist Plus (Compilation)
2011 – Icon (Compilation)
2013 – Timeless Flight (Compilation)

Site de référence : www.moodybluestoday.com

👉Partagez cet article 👇🙂 👍🎵

1992 : Noir Désir > Tostaky




1992 : Noir Désir > TostakyPremier aboutissement de Noir Désir, «Tostaky » s’impose comme l’un des albums les plus importants du rock français. Les musiciens sont dans une osmose parfaite entre Bertrand Cantat, poète à la voix remplie soit de sensibilité ou de rage, Serge Teyssot-Gay qui nous balance des riffs percutants et hypnotiques, Denis Barthe à la batterie jaillissante en harmonie parfaite avec Fred Vidal aux lignes de basses complexes.

L’album s’ouvre par l’énergique et sauvage « Here it comes slowly », se poursuit avec la batterie sur « Ici Paris » et son bouquet final par Teyssot-Gay. Petite pause avec 3 morceaux plus softs, dont la mélodie lancinante de « Oublié », la guitare acérée de « Alice » et les ambiances intrigantes de « One trip, one noise ».

Mais après le calme, la tempête avec « Tostaky le (continent) », morceau emblématique et éponyme de l’album. L’attaque commence sur un riff rapide et entêtant pour laisser place à la rage de Cantat qui s’évanouit dans un déchainement de tous les instruments ravageant tout sur leur passage, un tsunami dont on ne sort pas indemne.

Cette chanson est l’histoire des individus broyés par la misère en Amérique centrale et qui s’achève par ces mots hurlés jusqu’à la mort : « Soyons désinvoltes, n’ayons l’air de rien ». Un cri, un hymne.

Après c’est une alternance de morceaux soit ravageurs « Johnny Colère », la belle ligne de basse de « It spurts » et la déferlante bruyante de « 7 minutes » ; soit calmes avec « Marlène », « Sober song » et le sensible et merveilleux « Lolita nie en bloc ».

Si Tostaky est la transcription phonétique du cri de ralliement des révolutionnaires mexicains de Zapata Todo está aqui, soit «Tout est là» en français ; c’est aussi l’aveu simple et percutant d’une formation musicale arrivée à maturité : le passé, le présent et l’avenir de tout ce que sera Noir Dez se retrouve dans cet album.

Ce titre majeur est un moment intense lors de leurs concerts et apparaît sur tous les albums live dont « Dies irae », qui est enregistré lors de la tournée qui a suivi cet album.

Nombres de versions live existent, j’ai choisi celle-ci pour la qualité de l’image, du son et bien évidemment pour Noir Dez qui met le feu aux vieilles charrues en 2001.

Paroles de la chanson « Tostaky » de Noir Désir

Nous survolons des villes
Des autoroutes en friche
Diagonales perdues
Et des droites au hasard
Des femmes sans visages
A l’atterrissage
Soyons désinvoltes
N’ayons l’air de rien

Para la queja mexica
Este sueño de América
Celebremos la aluna
De siempre, ahorita

Et les branleurs trainent dans la rue
Et ils envoient ça aux étoiles perdues
Encore combien à attendre
Combien à attendre, Combien à attendre
Encore combien à attendre
Tostaky

Le fond du continent
L’or du nouveau monde
Pyramides jetables
Hommes d’affaires impeccables
Quand la pluie de sagesse
Pourrit sur les trottoirs
Notre mère la terre
Etonne moi

Para la queja mexica
Esta sueño de america
Celebremos la aluna
De siempre, ahorita

Pendre les fantômes
Cortez
Et pourrir à l’ombre
Cortez
De l’Amérique vendue
A des gyrophares crûs
Pour des nouveaux faisceaux
Pour des nouveaux soleils
Pour des nouveaux rayons
Pour des nouveaux soleils

Aqui para nosotros ( x9 )
Tostaky

Bien reçu
Tous les messages
Ils disent qu’ils ont compris
Qu’il n’y a plus le choix
Que l’esprit qui souffle
Guidera leurs pas
Qu’arrivent les derniers temps où
Nous pourrons parler
Alors soyons désinvoltes
N’ayons l’air de rien
Soyons désinvoltes
N’ayons l’air de rien

Jacques
Chroniqueur
Mazik.info

👉Partagez cet article 👇🙂 👍🎵