Rob Tognoni




Rob Tognoni guitariste de blues-rock et hard-rock australienRobert « Rob » John Tognoni, né le 30 octobre 1960 à Ulverstone en Tasmanie, est un guitariste de blues australien. Son feeling pour le blues rock est particulièrement évident grâce à sa technique de jeu sophistiquée qu’il  met à profit dans des morceaux où il combine le blues avec des éléments rock classiques tels que des accords puissants et des riffs dans le style d’AC / DC. Sa musique est influencée par des musiciens comme B.B. King et Jimi Hendrix et bien-sûr par ses compatriotes cités ci-dessus. Personnellement quand je l’entends il me fait furieusement penser à Popa Chubby

Rob Tognoni en Bref

Fils d’un immigrant italien installé sur la côte nord-ouest de la Tasmanie, son intérêt pour la musique né au début des années 1970 en écoutant les disques de ses sœurs aînées passant de B.B. King, Billy Thorpe à Jimi Hendrix, de Deep Purple, Led Zeppelin à Tony Joe White et d’Elton John, Grand Funk Railroad à Slade.

Pour échapper à la dépression après la mort tragique de son père Giovanni dans un accident de la route en 1974, Rob se réfugie dans la musique et la guitare devient pour lui une véritable obsession.

Le moment musical déterminant dans la vie de Rob a eu lieu à l’âge de 14 ans lorsqu’il est allé voir un groupe relativement nouveau sur la scène australienne de l’époque : AC / DC, fondé en Tasmanie. Il ne pouvait pas croire ce qu’il entendait… cette puissance incroyable de guitares chargées fut une révélation.  Dans les années qui suivent, Rob répète beaucoup, saisit toutes les occasions qui se présentent pour jouer, le désir de devenir professionnel s’impose à lui de manière évidente.

En 1976 Rob Tognoni abandonne ses études et subsiste grâce à de petits boulots, persévère à la guitare dont le style se dirige de plus en plus vers le blues et le blues-rock. Il fonde son premier groupe The Skidrow Boys puis part en tournée à travers la Tasmanie.

En 1977, il écrit sa première chanson, « Jim Beam Blues » qui est toujours un succès aujourd’hui lorsque qu’il la joue sur scène.

Au bout de deux ans, Rob veut se développer musicalement. Il décide donc de dissoudre le groupe en 1985 et s’installe avec sa femme Leonnie et sa fille Anastasia à Melbourne où il intègre un « cover band » qui ne joue que des reprises, ce qui n’est pas du tout à son goût, puis il fonde un nouveau groupe appelé The Outlaws dans lequel il fait ses débuts en tant que chanteur.



Rob Tognini rencontre un succès retentissant avec ce groupe qui se classe 20ème aux Queensland Rock Awards au cours desquels ils sont honorés dans les catégories « Meilleur groupe », « Meilleur guitariste » et « Meilleur batteur ».

En 1990 The Outlaws qui est rebaptisé The Desert Cats part en tournée en Australie avec divers groupes et joue avec des musiciens tels que Lonnie Mack, Joe Walsh et Roy Buchanan.

En raison d’un management calamiteux le groupe The Desert Cats splitte et une tentative de revival initiée par Rob en 1992 avec un autre line-up échoue. Il retourne alors dans le Queensland avec sa famille en 1993 où il joue dans des bars pour gagner quelques dollars. 

Alors qu’il se trouve dans une situation personnelle peu enviable, vivant de petits boulots, Mark McCormack, un de ses anciens copains de Melbourne qui avait un studio d’enregistrement, lui propose d’enregistrer quelques chansons gratuitement et lui paye même le ticket de bus pour qu’il puisse s’y rendre. Rob Tognoni écrit et enregistre « The Good Die Young » et « Itty Bitty Mama« . Les bandes démo sont envoyées par dépits, à tout hasard mais sans grand espoir  à Dave Hole, un musicien de blues australien reconnu et respecté.

Contre toute attente, ce dernier lui répond qu’il se rend en Europe pour une tournée et lui promet de présenter les deux chansons à sa maison de disques. Deux mois plus tard le label Provogue / Mascot Records aux Pays-Bas contacte Rob Tognini pour lui proposer un contrat…

Les quatre premiers albums que Rob Tognoni publie avec la maison de disque de Dave Hole ainsi que ses tournées promotionnelles en Europe font de lui aujourd’hui un musicien de blues de renommée internationale… Un véritable conte de Noël ! 🎄🎅🎁

En 2002, Rob Tognoni crée son propre label Electric Renegade et sort deux albums studio. L’enregistrement en public de Shakin ‘the Devils Hand-Live est publié sous le label français Dixiefrog.

Depuis 2003, Rob s’est entouré de musiciens allemands comme Christian Schöbben puis Mirko Kirch à la batterie, Albert Zander à la basse. Ce dernier est remplacé par le bassiste Uwe Böttcher de l’Ina Deter Band en 2004 puis par Frank Lennartz.

Le plus grand concert de Rob Tognoni s’est déroulé dans un stade au Danemark en 2004 devant 45.000 spectateurs et 2,5 millions de téléspectateurs  à l’occasion du Rock’n’Royal Festival de Copenhague.

Discographie de Rob Tognoni

Produits disponibles sur Amazon.fr

Album solo

1995 – Stones and Colours
1997 – Headstrong
1999 – Live at the Twilight
2001 – Monkeygrinder
2002 – Retro Shakin’
2005 – Shakin’ the Devil’s Hand – Live in Europe
2006 – The Ironyard
2008 – Capital Wah
2008 – Ironyard Revisited
2009 – 2010db
2010 – Rock and Roll Live
2012 – Energy Red
2012 – Boogie Like You Never Did (Sampler)
2012 – Art
2013 – Casino Placebo
2014 – The Lost Album
2015 – Birra for Lira

Achetez les albums

Site de référence : www.robtog.com

👉Partagez cet article 👇🙂 👍🎵

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.