Robert Cray


Robert Cray - MazikRobert Cray est un guitariste et chanteur de blues amĂ©ricain nĂ© le 1er aoĂ»t 1953 Ă  Columbus, en GĂ©orgie. Moins connu que ses homologues  Stevie Ray Vaughan et George Thorogood il est pourtant laurĂ©at de cinq Grammy Awards, dirige son propre groupe The Robert Cray Band et a derriĂšre lui un parcours solo pleinement rĂ©ussi car depuis plus de quatre dĂ©cennies, il ne cesse de crĂ©er des passerelles entre blues, soul et R&B ce qui lui a valu d’ĂȘtre intronisĂ© au Blues Hall of Fame en 2011.

Robert Cray en bref

Il commence Ă  jouer de la guitare dans son adolescence et prend des cours avec un bluesman de Seattle, Isaac Scott et en Ă©coutant des disques de rock psychĂ©dĂ©lique avant de dĂ©couvrir le blues Ă  travers des artistes comme Magic Sam, B.B. King, Albert King ou Howlin’ Wolf mais Ă©galement le Rhythm and blues et la soul avec Isaac Hayes, David Porter ou encore Steve Cropper.

Alors Ă©lĂšve Ă  la Denbigh High School Ă  Newport News en Virginie, son amour pour la musique blues et soul s’affirme et Robert Cray collectionne des disques en se destinant cependant Ă  devenir architecte. 

À l’Ăąge de vingt ans, Robert Cray admire ses hĂ©ros Albert Collins, Freddie King et Muddy Waters en concert ce qui le dĂ©cide Ă  former son propre groupe, « Steakface », Ă  l’universitĂ© de Tacoma avec quelques amis dont le bassiste Richard Cousins qui restera longtemps avec lui. La formation commence Ă  jouer dans les villes universitaires de la cĂŽte ouest et se forge trĂšs vite une rĂ©putation locale Ă  Lakewood en reprenant des titres de Jimi Hendrix, de Quicksilver Messenger Service, de Fleetwood Mac, de Grease Band, de Jethro Tull, de Spirit et de The Faces.

C’est la rencontre avec le guitariste et chanteur de blues Ă©lectrique Albert Collins, venu donner un concert Ă  l’universitĂ© frĂ©quentĂ©e par Robert Cray, qui le pousse Ă  envisager une carriĂšre de musicien professionnel plutĂŽt qu’architecte. Une vĂ©ritable admiration puis une rĂ©elle amitiĂ© rĂ©unissent le jeune Robert Cray au vĂ©tĂ©ran texan. Le style de guitare d’Albert Collins demeure toujours l’une de ses influences dominantes.

À la fin des annĂ©es 1970 il forme son propre groupe The Robert Cray Band à Eugene, en Oregon et collabore avec Curtis Salgado dans les Cray-Hawks.

Robert Cray - MazikRobert Cray Cray sort l’album Who’s Been Talkin en 1980 chez Tomato Records puis deux albums sur HighTone Records, Bad Influence et False Accusations, qui rencontrent un succĂšs mitigĂ© aux États-Unis et en Europe, oĂč il commence malgrĂ© tout Ă  se forger une rĂ©putation en concerts au milieu des annĂ©es 1980.

En 1986 Robert Cray signe chez Mercury Records. Il assure les concerts d’ouverture pour des stars comme Eric Clapton, avec lequel il est devenu ami par la suite, et se produit Ă©galement en solo.

L’album Showdown! qu’il rĂ©alise avec Albert Collins et Johnny Copeland reçoit le Grammy Award du meilleur album de blues traditionnel.

Robert Cray - MazikSon quatriĂšme album, Strong Persuader, produit par Dennis Walker, est lui aussi rĂ©compensĂ© par un Grammy Award et son single « Smokin ‘Gun » rencontre un grand succĂšs. La mĂȘme annĂ©e il enregistre avec Ted Hawkins sous le pseudo de Night Train Clemons.

En 1987 il est invitĂ© par Keith Richards à  se joindre au groupe de Chuck Berry dans le film « Chuck Berry: Hail! Hail! Rock ‘N’ Roll » rĂ©alisĂ© par Taylor Hackford.

Robert Cray accompagne John Lee Hooker sur son album Boom Boom oĂč il joue le solo de guitare sur « Same Old Blues Again » puis sur « Baby Lee » de l’album The Healer. Le groupe The Robert Cray Band soutient John Lee Hooker sur le morceau titre de l’album M. Lucky sorti en 1991 (produit par Ry Cooder, Roy Rogers et Carlos Santana) oĂč Robert Cray joue la guitare principale, chante et s’amuse avec le vieux blues-man tout au long de la chanson.

Robert Cray joue avec Eric Clapton, Buddy Guy, Jimmie Vaughan et Stevie Ray Vaughan Ă  l’Alpine Valley Music Theatre Ă  East Troy, Wisconsin, en interprĂ©tant « Sweet Home Chicago » lors de la derniĂšre performance de Stevie Ray Vaughan avant son accident d’hĂ©licoptĂšre fatal plus tard dans la nuit.

Albert Collins et Robert Cray participent aux concerts Guitar Legends Ă  SĂ©ville en Espagne lors de l’Exposition Universelle de 1992 oĂč Robert Cray interprĂšte « Phone Booth ».

La marque de guitare Fender a sorti deux modĂšles signature Robert Cray Stratocasters, la Robert Cray Custom Shop Stratocaster fabriquĂ©e aux États-Unis identique aux guitares que le guitariste utilise habituellement, et la Robert Cray Standard Stratocaster qui est un modĂšle moins cher fabriquĂ© au Mexique.

Robert Cray est toujours actif Ă  ce jour, il continue d’enregistrer et de tourner.

Il apparaĂźt notamment au Crossroads Guitar Festival et soutient Eric Clapton lors de sa tournĂ©e mondiale 2006-2007. À Fargo, dans le Dakota du Nord, il le rejoint Ă  la guitare sur le morceau de Cream « Crossroads ».

En 2011, Robert Cray est intronisé au Blues Hall of Fame et en 2017 il reçoit le prix Americana Music Lifetime Achievement.

Cette mĂȘme annĂ©e il sort son dernier album en date intitulĂ© Robert Cray & Hi Rhythm en compagnie du cĂ©lĂšbre producteur Steve Jordan pour Ă©laborer un album plus soul que blues en compagnie des musiciens studios lĂ©gendaires du Hi Rhythm Section pour concrĂ©tiser leur amour pour la musique de Memphis.

Sur cet album enregistrĂ© au mythique Royal Studios (Ann Peebles, Al Green, Sly Johnson, Otis Clay) figurent deux superbes chansons d’amour « You Had My Heart » et « The Way We Are », une chaleureuse version de « The Same Love That Made Me Laugh » de Bill Withers ainsi que deux titres de Tony Joe White ou encore des hommages Ă  O.V. Wright (Overton Vertis Wright) et Sir Mac Rice (Bonny Rice).

Membre de The Robert Cray Band

The Robert Cray Band
Robert Cray – guitare/chant
Les Falconer – batterie
Dover Weinberg – claviers
Richard Cousins – basse
Peter Boe – claviers
Al Chez – trompette
Kevin Hayes – batterie
Wayne Jackson – trompette
Tim Kaihatsu – guitare
Andrew Love – saxophone
Ed Manion – saxophone
Rocky Manzanares – harpe
Tom Murphy – batterie
David Olson – batterie
Mark Pender – trompette
Jimmy Pugh – claviers
Warren Rand – saxophone
Curtis Salgado – harpe
Karl Sevareid – basse
David Stewart – claviers
Mike Vannice – saxophone
Terence F Clark – batterie

Discographie de Robert Cray

1980 – Who’s Been Talkin’?
1983 – Bad Influence
1985 – False Accusations
1985 – Showdown! (avec Albert Collins et Johnny Copeland)
1986 – Strong Persuader
1988 – Don’t Be Afraid of the Dark
1990 – Midnight Stroll
1992 – I Was Warned
1993 – Shame + A Sin
1995 – Some Rainy Morning
1997 – Sweet Potato Pie
1999 – Take Your Shoes Off
2001 – Shoulda Been Home
2003 – Time Will Tell
2005 – Twenty
2007 – Live from Across the Pond
2008 – Live at the BBC
2009 – This Time
2010 – Cookin’ in Mobile
2012 – Nothin But Love
2014 – In My Soul
2015 – 4 Nights of 40 Years Live
2017 – Robert Cray & Hi Rhythm
2005 : Twenty
2006 : Live from Across the Pond (double CD)
2007 : Definitive Collection
2008 : Live At The BBC
2009 : This Time
2010 : Cookin In Mobile
2012 : Nothin but love
2014 : In My Soul
2017 : Robert Cray & Hi Rhythm

Produits disponibles sur Amazon.fr

Site officiel : www.robertcray.com

Achetez les albums

👉 Partagez cet article 👇 👍 đŸŽ” 🙂

Henri Texier


Henri Texier - MazikHenri Texier est un contrebassiste et compositeur de jazz français né à Paris le 27 janvier 1945 qui a débuté dans les années 60 avec Jean-Luc Ponty, Jean-Louis Chautemps, Michel Portal et François Jeanneau puis a travaillé avec Daniel Humair avant de jouer aux cÎtés de célÚbres jazzmen américains. Plus tard, il forme des groupes avec des musiciens de jazz européens comme Michel Portal, Aldo Romano, Louis Sclavis, Bernard Lubat et Glenn Ferris.

Henri Texier en bref

Henri Texier dĂ©bute sa carriĂšre Ă  l’Ăąge de 15 ans en jouant du piano dans des boĂźtes de nuit avant d’ĂȘtre recrutĂ© par le big band de Jef Gilson.

À l’Ăąge de seize ans, fascinĂ© par la contrebasse et inspirĂ© par le style hard bop percutant de Wilbur Ware (Thelonious Monk), Henri Texier apprend Ă  jouer seul, en autodidacte. Il crĂ©e son premier groupe en 1965 avec Georges Locatelli, Alain Tabar-Nouval, Jean-Max Albert et Klaus Hagel, inspirĂ© par la musique de Don Cherry et Ornette Coleman.

En dĂ©pit d’une quasi-absence de documents enregistrĂ©s, ce groupe reprĂ©sente l’une des toutes premiĂšres expressions du free jazz en France.

En 1967, il rejoint un groupe dirigĂ© par Jef Gilson oĂč il rencontre Bernard Vitet, Jean-Louis Chautemps, François Jeanneau, StĂ©phane Vilar, Jean-Luc Ponty

Cela lui permet de prendre contact avec le batteur Daniel Humair avec lequel ils dĂ©veloppent l’une des meilleures sections rythmiques de France au dĂ©but des annĂ©es 60. Texier et Humair se produisent dans les clubs parisiens et sont rĂ©guliĂšrement recrutĂ©s pour accompagner des artistes amĂ©ricains en tournĂ©e dans l’Hexagone, parmi lesquels Bud Powell, Donald Byrd, Phil Woods, Dexter Gordon et Chet Baker, Johnny Griffin, Phil Colleen Bill Coleman, Kenny Drew, Kenny Clarke, Booker Ervin et Art Taylor…

En 1968, Texier et Humair rejoignent le pianiste Martial Solal avec qui ils réalisent quelques enregistrements clés aux cÎtés du saxophoniste Lee Konitz.

Toujours en 1968, Texier forme le groupe European Rhythm Machine avec Phil Woods, Daniel Humair, Gordon Beck et George Gruntz.

Tout au long des années 1970, Henri Texier est actif sur la scÚne jazz européenne et travaille avec des musiciens tels que Gordon Beck, John Abercrombie et Didier Lockwood, entre autres.

Au cours de cette dĂ©cennie, Henri Texier apprend Ă  jouer d’autres instruments comme l’oud, la flĂ»te, le violoncelle ainsi que divers types de percussions et se met Ă©galement Ă  chanter. En 1977 il publie le magnifique album Varech.

Il joue dans plusieurs formations souvent avec Louis Sclavis et le batteur Aldo Romano.

En 1982, il forme un quatuor avec Louis Sclavis puis participe Ă  trois albums au sein du trio Romano-Sclavis-Texier ayant pour thĂšme l’Afrique, illustrĂ©s par les superbes photos de Guy Le Querrec : Carnet de routes, Suite africaine et Flashback africain.

En 1986, Texier signe sur le label français Label Bleu, qui publie la plupart de ses albums suivants.

En 1988 il fonde son groupe, Transatlantik Quartet, avec Joe Lovano, Steve Swallow et Aldo Romano. ParallÚlement il enregistre un album intitulé Dromadaire Viennois avec le guitariste strasbourgeois de prog-rock/jazz-rock, Patrice Meyer (ils avaient déjà collaboré en 1982 sur Racines Croisées).

Au dĂ©but des annĂ©es 90, son fils SĂ©bastien Texier le rejoint Ă  la clarinette, il participera Ă  son album Don’t Forget You Are An Animal en 2009.

Les thĂšmes musicaux nord-africains et orientaux sont trĂšs prĂ©sents dans le travail d’Henri Texier depuis le milieu des annĂ©es 90 que l’on peut presque qualifier de World Music un peu comme chez Hadouk Trio.

En 1998, il participe Ă  l’album CondaghĂšs du trio Fresu-Pellen-Marchand.

En 2001, le trio d’Henri Texier tourne en Europe pour accompagner le film algĂ©rien Remparts d’Argile. La mĂȘme annĂ©e il est nommĂ© Chevalier de l’Ordre National de la LĂ©gion d’Honneur, le plus grande distinction accordĂ©e par gouvernement français Ă  ses artistes.

Discographie d’Henri Texier

1972 – Total Issue
1976 – Amir
1977 – Varech
1977 – Francois Jeanneau – ÉphĂ©mĂšre
1979 – À Cordes et Ă  Cris
1979 – Humair & Jeanneau & Texier – HJT
1980 – Humair & Jeanneau & Texier – Akagera
1983 – Compilatex
1983 – Henri Texier Quartet – La Companera
1986 – Henri Texier Quartet – Paris Batignolles
1988 – Eric Barret, Aldo Romano, Henri Texier
1988 – Henri Texier Transatlantik Quartet – Izlaz
1988 – Henri Texier Transatlantik Quartet – Colonel Skopje
1990 – Humair & Jeanneau & Texier – Up date 3.3
1991 – Henri Texier Trio – The scene is Clean
1993 – Henri Texier Azur Quartet – An Indian’s Week
1995 – Mad Nomads
1995 – Romano & Sclavis & Texier – Carnet de Routes
1997 – Respec
1998 – Bagad Man Ha Tan & Henri Texier – Doue Lann
1998 – Henri Texier Azur Quintet – Mosaic Man
1999 – Suite Africaine
2000 – Remparts D’Argile
2002 – Henri Texier Azur Quintet – Strings’ Spirit
2004 – Tchangodei & Henri Texier – Don’t Be a Half Shell
2004 – Holy Lola
2004 – Henri Texier Strada Sextet – Vivre
2005 – Romano & Sclavis & Texier – African Flashback
2007 – Henri Texier Strada Sextet – Alerte Ă  l’eau
2008 – Henri Texier Red Route Quartet – Love Songs Reflexions
2008 – Romano & Texier & Sclavis – St Luke’s Church
2009 – Blue Wind Story
2009 – Henri Texier Quartet – Nostalgique
2010 – Aldo Romano – Complete Communion to Don Cherry
2011 – Henri Texier Nord-Sud Quintet – Canto Negro
2016 – Henri Texier Sky Dancers 6 – Sky Dancers
2018 – Henri Texier – Sand Woman

Produits disponibles sur Amazon.fr

Compilations

1983 – Compilatex
2015 – L’intĂ©grale – Les AnnĂ©es JMS (Albums Amir, Varech + À Cordes et Ă  Cris)

Avec Carnets de Route

1995 – Carnet de Routes (Romano, Sclavis, Texier, Le Querrec)
1999 – Carnet de route – Suite africaine (Romano, Sclavis, Texier, Le Querrec)
2005 – African Flashback (Romano, Sclavis, Texier, le Querrec)

Autres collaborations d’Henri Texier

Avec Jef Gilson
1962 – Jef Gilson Avec Lloyd Miller & Hal Singer
1963 – Big Band
1963 – Enfin!
1964 – ƒil Vision, avec Jean-Luc Ponty et Jean-Louis Chautemps

Avec Phil Woods
1968 – Alive and Well in Paris
1968 – What Happens ?…, avec Art Farmer
1969 – At the Montreux Jazz Festival
1969 – Stolen Moments
1969 – Freedom Jazz Dance
1970 – Phil Woods And His European Rhythm Machine
1971 – At the Frankfurt Jazz Festival

Avec Randy Weston
1969 – African Cookbook, Randy Weston’s African Rhythms

Avec Lee Konitz et Martial Solal
1968 – European Episode
1968 – Impressive Rome
1974 – Locomotion

Avec Slide Hampton
1968 – Mellow-dy

Avec Henri Guédon
1970 – Blue Cylinder
1984 – Afro Temple

Avec Georges Arvanitas, Michel Graillier, René Urtreger et Maurice Vander
1970 – Pianos Puzzle

Avec Guy Lafitte
1969 – Blues
1971 – Blues In Summertime

Avec Patrick Dietsch
1972 – Aimez-Moi/Enfant Du RĂȘve, Enfant Merveille

Avec George Gruntz
1974 – 2001 Keys – Piano Conclave

Avec Catherine Ribeiro + Alpes
1975 – LibertĂ©s ?

Avec Il Ă©tait une fois
1975 – Ils VĂ©curent Heureux

Avec Michel Haumont
1977 – Sylvie

Avec Jimmy Gourley
1977 – Graffitti

Avec François Jeanneau
1977 – ÉphĂ©mĂšre
1977 – Terrains Vagues, François Jeanneau Pandemonium

Avec Claude Barthélémy
1979 – Jaune Et Encore

Avec Bill Keith et Jim Collier
1979 – Bill Keith & Jim Collier

Avec Georges Locatelli
1980 – Eclectic Guitar

Avec Patrice Meyer
1982 – Racines CroisĂ©es
1986 – Dromadaire Viennois

Avec L’Ensemble Franco-Allemand De Jazz
1982 – Patchwork Dinard

Avec Colette Magny
1983 – Chansons Pour Titine
1999 – Blues

Avec Jean-Marc Padovani
1983 – Demain Matin
1983 – ComĂ©dy, avec Michel Godard

Avec Jean-Pierre Mas
1985 – TrapĂšze

Avec Philippe Deschepper
1986 – Sad Novi Sad

Avec Christian Lavigne
1986 – Monmaneki

Avec Joe Lovano Wind Ensemble
1990 – Worlds

Avec GĂ©rard Marais
1990 – Katchinas
1998 – Sous le vent

Avec Stéphane Kochoyan
1990 – Chausseur De Femmes

Avec Jean-Jacques Birgé & Corinne Léonet
1994 – Sarajevo

Avec Larry Schneider
1996 – So Easy

Avec le Bagad Men Ha Tan
1998 – Doue Lann

Avec Claudio Fasoli
1999 – Trois Trios

Avec Julien Lourau
2001 – The Rise

Avec Ozan Trio
2004 – Koñsert 2

Avec Aldo Romano
2008 – Just Jazz
2010 – Complete Communion To Don Cherry
2014 – Liberi Sumus

Avec SĂ©bastien Texier
2009 – Don’t Forget You Are An Animal

Avec Marc Berthoumieux
2011 – In other words

 

 

Achetez les albums

👉 Partagez cet article 👇 👍 đŸŽ” 🙂