1972 : Genesis > Supper’s Ready


1972 : Genesis > Supper's ready sur l'album FoxtrotL’œuvre emblématique du rock progressif : Supper’s Ready, morceau de vingt-trois minutes, sur l’album Foxtrot de Genesis.

Ce titre particulièrement apprécié pour sa complexité, son harmonie et son mystère à permis à de nombreux ados et adulescents de se plonger dans une atmosphère surnaturelle avec ou sans psychotropes.

La pièce est une sorte de medley composé de sept chansons avec des mélodies récurrentes et des paroles racontant une histoire de lutte entre le Bien et le Mal. L’ apogée lors d’ « Apocalypse in 9/8, » est chargée par l’émotion de la voix de Peter Gabriel, pour qui cette pièce musicale lui a imposé de « littéralement chanter pour sa vie ».

Peter Gabriel utilisait les longues parties instrumentales de cette pièce pour changer régulièrement de costume. Au début de « Supper’s ready », il portait un costume noir, qu’il venait agrémenter en cours de chanson d’une couronne d’épine.

Pour la section Willow Farm Peter se coiffait d’un « chapeau » qui entourait sa tête de pétales jaunes (les premiers mots de cette section sont « A flower? »).

Lors de « Apocalypse in 9/8 », Peter disparaissait un long moment pour revenir dans une grande cape noire. Il portait alors une sorte de « casque » rouge aux formes géométriques qui était celui de Magog, l’allié du mal dans le livre de la Genèse.

Pour la dernière section, Peter sautait littéralement hors de sa cape au milieu d’un éclair d’étincelles et se retrouvait affublé d’un costume blanc immaculé. Pour les derniers instants de la chanson, il saisissait un tube blanc, les lumières baissaient et seul Peter, son tube et son maquillage de « masque » brillaient sous les lumières noires. La pièce finissait en fade out.

La présence théâtrale exubérante de Peter Gabriel sur scène, qui change de nombreuses fois de costumes et raconte des histoires surréalistes en introduction à certaines chansons, fait rapidement du groupe l’un des plus populaires de la scène britannique des années 1970.

En 1973, la parution de Selling England by the Pound sera leur disque le plus abouti, avec : I Know What I Like, Firth of Fifth avec le meilleur solo de guitare de Hackett, ainsi que Cinema Show qui renferme un solo de synthétiseur de Tony, soutenu par la section rythmique.

NB : Si vous êtes fan, vous pouvez revoir 1 heure de la tournée de Selling remastérisé son et image sous : Live 1973 – First time in HD with Enhanced Soundtracken HD

Produits disponibles sur Amazon.fr

Achetez les albums

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.