Gentle Giant

Gentle Giant - MazikGentle Giant est un groupe de rock progressif britannique fondé à Londres 1970 connu pour la complexité et la sophistication de sa musique et pour la dextérité technique de ses musiciens car tous les membres du groupe, à l’exception des deux premiers batteurs, Martin Smith et Malcolm Mortimore, étaient multi-instrumentistes. Malgré un succès commercial bien en deçà de ses principaux rivaux comme Jethro Tull, Genesis, Camel, King Crimson, Yes ou Emerson, Lake & Palmer, le groupe est devenu culte auprès des fans de prog-rock.

Gentle Giant en bref

Le groupe se constitue autour de trois frères, Phil, Derek et Ray Shulman avec  Gary Green et Kerry Minnear ainsi que le batteur Martin Smith (ex-Simon Dupree and the Big Sound)

Le but déclaré du groupe est dès le début d’élargir les frontières de la musique pop-rock de l’époque en y intégrant de la musique classique voire contemporaine, médiévale, baroque, folk, soul et jazz au risque de se rendre impopulaire en déroutant son auditoire. Cette posture évoluera cependant de manière significative avec le temps.

Les paroles des chansons de Gentle Giant s’inspirent non seulement d’événements personnels mais également de philosophie et d’œuvres littéraires de François Rabelais et de R. D. Laing.

Le premier album éponyme sort en 1970 suivi un an plus tard de Acquiring the Taste. Martin Smith quitte Gentle Giant en 1971 suite à un désaccord avec Phil Shulman. C’est Malcolm Mortimore qui lui succède à la batterie et qui enregistre Three Friends en 1972, le premier album-concept du groupe.

Gentle Giant assure la première partie des concerts de Jethro Tull lors de sa tournée européenne de 1972 au cours de laquelle le batteur est victime d’un accident de moto en Angleterre. Pour terminer les concerts prévus, le groupe recrute John Pugwash Weathers (ex-Joe Cocker, Eyes Of Blue, Wild Turkey, Graham Bond’s Magic), titularisé à ce poste après la défection de Malcolm Mortimore.

Le groupe part également en tournée avec Yes aux États-Unis.

Fin 1972 sort le quatrième album Octopus qui signifie pieuvre mais qui est en l’occurrence un jeu de mots suggéré par Roberta Shulman (l’épouse de Phil) qui associe Octo (huit) et Opus (oeuvre) du fait que l’album ne contient que huit morceaux.  La pochette européenne, dessinée par l’artiste Roger Dean connu pour les pochettes des albums de Yes, montre pourtant bien une pieuvre…

Après cet album Phil Shulman, qui écrivait jusqu’à présent la plupart des textes, quitte le groupe pour reprendre sa carrière d’enseignant et se consacrer d’avantage à sa famille. Son frère Derek prend le relais à l’écriture.

Gentle Giant - MazikDésormais à cinq, le groupe sort In a Glass House en 1973 mais la maison de disque Capitol qui le juge invendable aux États-Unis ne le distribue qu’en Europe. À la surprise générale il s’exporte en masse outre Atlantique où il s’écoule à 150.000 exemplaires. Personnellement c’est par cet album que j’ ai découvert et apprécié Gentle Giant.

Pour continuer de plaire au public américain, le groupe compose des chansons plus mélodiques et moins complexes comme sur The Power and the Glory de 1974.

En 1975 l’album Free Hand sur lequel on trouve toujours des chants de style médiéval et baroque, qui font la spécificité de Gentle Giant, entre pourtant dans le Billboard 200, une première pour le groupe.

Après l’échec de Interview en 1976, Gentle Giant sort encore trois albums plus pop et plus accessibles au grand public, The Missing Piece en 1977, Giant for a Day en 1978 et Civilian en 1980.

Splitte de Gentle Giant à l’été 1980. Le groupe se reformera ponctuellement en 2004 et 2008.

Gentle Giant - MazikEn 2017 sort l’album Three Piece Suite composé de morceaux des trois premiers albums re mixés par le génial stakhanoviste et « touche-à-tout » Steven Wilson (Porcupine Tree) à partir des bandes disponibles mais certaines chansons n’y figurent pas car les multi-pistes originales ont été perdues.

Avec le recul, Gentle Giant est aujourd’hui considéré par les spécialistes comme l’un des groupes les plus créatifs et les plus marquants avec leur rock expérimental parmi tous les groupes prog-rock des années 70…

Three Friends

Le 17 octobre 2008 deux ex membres de Gentle Giant, le batteur Malcolm Mortimore et le guitariste Gary Green, reforment un avatar appelé « Rentle Giant » qui devient Three Friends en 2009 (en référence au troisième album de Gentle Giant) lorsque le claviériste Kerry Minnear rejoint ses anciens acolytes pour une série de concerts en Europe et au Canada.

Kerry Minnear a depuis laissé sa place au pianiste Neil Angilley. Three Friends est complété par le bassiste Jonathan Noyce (Jethro Tull), la multi-instrumentiste Charlotte Glasson et le chanteur Mick Wilson (10CC).

Malgré les apparences Three Friends se défend d’être une reformation de Gentle Giant même si ce groupe interprète des morceaux de son répertoire.  Three Friends envisage composer sa propre musique.

Membres de Gentle Giant

Derek Shulman – chant, saxophone, flûte à bec, claviers, basse, percussions
Ray Shulman – basse, chant, violon, guitare, percussions, trompette
Kerry Minnear – claviers, chant, basse, violoncelle, percussions, xylophone
Gary Green – guitares, mandoline, chant, flûte à bec, basse, batterie, xylophone
John Weathers – batterie, xylophone, guitare, chant
Phil Shulman – saxophone, trompette, chant
Martin Smith – batterie
Malcolm Mortimore – batterie

Discographie de Gentle Giant

Albums studio

1970 : Gentle Giant
1971 : Acquiring the Taste
1972 : Three Friends
1972 : Octopus
1973 : In a Glass House
1974 : The Power and the Glory
1975 : Free Hand
1976 : Interview
1977 : The Missing Piece
1978 : Giant for a Day
1980 : Civilian

Albums live

1976 : Playing the Fool
2014 : Live at the Bicentennial 1776-1976 (concert enregistré au Calderone Theater le 3 juillet 1976)

Compilations

1997 : Under Construction
2000 : Totally Out of the Woods (The BBC Sessions)
2004 : Scraping the Barrel
2012 : I Lost My Head – the Chrysalis years (1975-1980)

Achetez les albums de Gentle Giant

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂

Ange

Ange Par les fils de MandrinAnge est un groupe français de rock progressif, rock, rock médiéval fondé en septembre 1969 à Belfort en Franche-Comté par Christian Descamps, son jeune frère Francis Descamps (ex-Pare-Chocs et ex-Evolution), Gerard Jelsch, Jean-Michel Brezovar, Patrick Kachanian et Jean-Claude Rio. C’est le tout premier groupe que je suis allé voir en concert lorsque j’étais un jeune ado dans les années 70… 😉

Ange en bref

Issu de la fusion de deux formations, l’orchestre de bal de Christian Décamps, « Les Anges » et du groupe de son frère Francis, Évolution » fin 1969.

À ses début, Ange est surtout influencé par des groupes de prog rock anglais tels que Genesis et King Crimson, sa musique est à l’époque très théâtrale et poétique et s’inspire de textes médiévaux-fantastiques.

Le line-up des premières années d’Ange, communément considérées comme les meilleures, est constitué, en plus des frères Descamps, de Jean-Michel Brézovar à la guitare et à la flûte, Gérard Jelsch à la batterie, et Daniel Haas à la basse (et à la guitare acoustique).

Dans les années 70 Ange est l’un des rares groupes rock (hormis Spooky Tooth) à aligner deux organistes et le son caractéristique ressemble à un mellotron est en fait obtenu grâce à un orgue Viscount  » trafiqué » par Francis Descamps  conjugué à la réverbération d’un orgue « Hammond B ». Son frère Christian, utilise quant -à lui un orgue « Hammond L ». La signature sonore d’Ange, facilement identifiable, provient de la fusion des sonorités produites par ces deux instruments.

Le groupe donne son premier concert le 30 janvier 1970 au centre culturel « La Pépinière », à Belfort où il joue un opéra prog-rock de trois heures, La fantastique épopée du général Machin, composé par Christian puis signe signe chez Philips puis enregistre son premier single, « Tout feu, tout Flamme », fin 1971. Ce tremplin propulse le groupe au célèbre au Golf Drouot et assure la première partie de Johnny Hallyday et son Johnny Circus en 1972.

Par la suite le groupe joue en Angleterre de 1973 à 1976 (pas moins de 110 concerts en tout), et notamment le 26 août 1973, en avant groupe de de Genesis au Reading Festival auquel participent également The Spencer Davis Group et John Martyn, devant une foule de 30.000 spectateurs enthousiastes qui ovationne les français à la fin d’une prestation remarquable de quarante minutes.

Mais Ange ne percera pas sur le marché anglophone pour la simple raison que ses textes sont tous en français malgré une version en anglais, By the sons of Mandrin, de son cinquième album, Par les fils de Mandrin (assez rare).

Son premier véritable succès en France est la reprise d’une chanson de Jacques Brel, Ces gens-là, sur le deuxième album Le Cimetière des Arlequins de 1973.

Soutenu par Best, un magazine musical français spécialisé dans le rock (1968-2000) et par RTL, Ange sort son premier album, Caricatures, en 1972. Grâce au soutien de cette radio, Ange a tourne sans relâche jusqu’à la fin de 1977, devant une moyenne de 5000 à 6000 spectateurs à chaque concert.

Au-delà du délire sort en 1974, cet album d’Ange contient des morceaux emblématiques comme « Les longues nuits d’Isaac« , « Fils de Lumière », « Si j’étais le messie ». Ceux-ci entreront dans la légende du rock progressif hexagonal.

Le quatrième opus qui s’intitule Émile Jacotey sort 1975 et deviendra disque d’or. C’est une histoire émouvante, celle d’un vieux maréchal-ferrant de Haute-Saône qui devient une véritable légende dans les années 70 grâce à cet album qui porte son nom. Christian Décamps qui tourne en Angleterre avec Ange à cette époque reçoit une lettre de sa cousine dans laquelle se trouve une coupure de presse relatant l’histoire d’un ancien maréchal-ferrant de Saulnot, Émile Jacotey (1890-1978) devenu conteur de légendes locales. Cette histoire touche Christian Descamps qui décide de rencontrer le personnage chez lui et enregistre quarante cinq minutes de conversations. On entend la voix d’Émile entre les différents titres de la première face de l’album.

Après Par les fils de Mandrin de 1976 et l’excellent double album live Tome VI en 1977, le groupe sort un album axé sur le mellotron (un vrai cette fois-ci), Guet-apens, puis change de direction musicale pour adopter un styler plus rock sans toutefois abandonner définitivement le rock progressif comme sur l’album Les larmes du Dalaï-Lama qui sortira en 1992.

Par la suite les frères Décamps changent d’effectif avec l’arrivé de Jean-Pierre Guichard, Claude Demet, Robert Defer, Frederick Chojnacki et Serge Cuénot.

Ange collectionne les disques d’or jusqu’en 1978.

Les départs de Jean-Michel Brezovar et de Daniel Haas sont des raisons qui précipitent la séparation du groupe en 1979.

Les frères Decamps et Jean-Michel Brézovar sortent chacun un album solo. Christian Décamps en tant que « Christian Décamps et Fils » toujours soutenu par les membres d’Ange pour ses albums solo.

Reformation d’Ange en 1980.

En 1987 Daniel Haas et Jean-Michel Brézovar réintègrent Ange et enregistrent une nouvelle version de « Tout Feu Tout Flamme » (le premier single d’Ange de 1971)  qui figure sur  l’album Tout Feu Tout Flamme… C’est pour de rire.

En 1988 c’est Robert Defer qui retourne au bercail et Ange sort Sève qui Peut l’année suivante puis Les Larmes du Dalaï Lama en 1992.

En mai 1995, Ange part pour ce qui est annonce comme sa tournée d’adieu qui s’achève le 06 décembre 1995 au Zénith de Paris mais Christian Descamps a l’intention de faire perdurer l’aventure Ange, pour ce faire il recrute, Thierry Sidhoun, Hervé Rouyer et Hassan Hadji.

En 1999 la nouvelle formation publie l’album La voiture à Eau, Culinaire Lingus en 2001, ? (point d’interrogation) en 2005.

En 2006 Ange participe  au  NEARfest aux États-Unis qui est le plus important festival international de rock progressif, puis publie Souffleurs de Vers en 2007, Le Bois Travaille Même le Dimanche en 2010.

Quarante ans après la première scène du groupe à Belfort, Ange se produit à l’Olympia de Paris le 31 janvier 2010, ce concert est le coup d’envoi de la tournée « La 40ème rugissante » à l’occasion de cet anniversaire.

L’album Moyen Âge est publié en mai 2012 et en juin 2014 sort l’album Emile Jacotey Résurrection.

Ange est aujourd’hui toujours actif, sous la houlette de Christian Décamps et son fils Tristan le groupe évolue dans de multiples facettes du rock progressif mais assez loin de l’ambiance et surtout du son caractéristique de ses débuts, exit orgues trafiqués et mellotrons, aujourd’hui tout cela est remplacé par des pianos électriques et des synthés…

Le dernier album en date Heureux! est sorti le 02 mars 2018. Il a été enregistré en studio et en public car Christian Décamps, le leader du groupe, voulait montrer à ses fans « ce que c’est qu’un studio, qu’ils voient comment on enregistre des morceaux, comment on travaille en studio. Il y a un côté studieux donc ils vont nous découvrir sous un autre angle ».

L’album est suivi d’une tournée promotionnelle sur les routes de l’hexagone et d’ailleurs… alors heureux ? 😉

Membres d’Ange

Christian Décamps – chant, claviers
Tristan Décamps – claviers, voix
Hassan Hajdi – guitare
Thierry Sidhoum – basse
Benoît Cazzulini – batterie

Anciens membres

Francis Décamps – claviers, chant
Jean-Michel Brézovar – guitare
Jean-Claude Rio – guitare rythmique
Patrick Kachanian – basse et flûte
Daniel Haas – basse
Gérard Jelsch – batterie, percussions
Guénolé Biger – batterie, percussions
Jean-Pierre Guichard – batterie
Claude Demet – guitare
Gérald Renard – basse
Mauro Serri – guitare
Jean-Marie Schreiner – batterie
J. Frieden – claviers
J. Migaud – claviers
Robert Defer – guitare
Didier Viseux – basse
Frederick Chojnacki – basse
Serge Cuénot – guitare
Laurent Sigrist – basse
Gabriel Troyan – basse
Jean-Claude Potin – batterie
Francis Meyer – batterie
Martine Kesselburg – chœurs
Eva Santi – chœurs
Bruno Nion – la voix du chêne dans Sève qui peux
Fabrice Bony – batterie
Jean-Pascal Boffo – guitares
Hervé Rouyer – batterie, percussions
Caroline Crozat – chant, chœurs

Discographie d’Ange

1972 – Caricatures
1973 – Le Cimetière des Arlequins
1974 – Au-delà du délire
1975 – Émile Jacotey
1976 – Par les fils de Mandrin
1977 – By the sons of Mandrin
1977 – En concert – Live 1970-1971
1977 – Réimpression (compilation)
1977 – Tome VI – Live 1977
1978 – Guet-apens
1980 – Vu d’un chien
1981 – Moteur !
1982 – À propos de…
1983 – La gare de Troyes
1984 – Fou !
1986 – Egna
1987 – Tout feu tout flamme… C’est pour de rire
1989 – Sève qui peut
1989 – Vagabondages (compilation)
1992 – Les larmes du Dalaï Lama
1994 – Mémo (compilation)
1995 – Rideau ! (live 1995)
1995 – Un p’tit tour et puis s’en vont – Live 1995
1996 – A…Dieu (live mai 1995)
1999 – Ad libitum (coffret 3 CD compilation studio + live)
1999 – La voiture à eau
2000 – Rêves parties (double live)
2001 – Culinaire Lingus
2002 – Tome 87 (live)
2004 – Ange en concert – Par les fils de Mandrin
2005 – ?
2007 – Le Tour de la question (live)
2007 – Souffleurs de vers
2007 – Zénith An II
2009 – Souffleurs de vers Tour (CD et DVD live)
2010 – Le bois travaille, même le dimanche
2012 – Escale à Ch’tiland (live à Lille, 2010)
2012 – Moyen-âge
2014 – Émile Jacotey Résurrection
2018 – Heureux!

Achetez les albums

👉Partagez cet article 👇🙂 👍🎵