Al Di Meola


Al Di Meola - MazikAl Di Meola, de son nom complet Al Lawrence Di Meola  est un guitariste américain de jazz, jazz fusion, gypsy-jazz, latin-jazz et de world music né  le 22 juillet 1954 dans le New Jersey. Parmi ses nombreuses collaborations au cours de sa carrière il faut citer Retrun to Forever et Chick Corea, Stanley Clarke, Jean-Luc Ponty, Jaco Pastorius, Jan Hammer, John McLaughlin, Paco de Lucia, Stomu Yamashta, Steve WinwoodCarlos Santana, Frank Zappa, Jimmy Page ou Stevie Wonder…

Al Di Meola en bref

Al Di Meola est particulièrement connu pour sa virtuosité époustouflante dans un style jazz fusion avec des influences latines pour ne pas dire hispanisantes. Ses albums Elegant GypsyCasino et le live Friday Night in San Francisco avec John McLaughlin et Paco de Lucía lui ont valu à la fois le respect de ses pairs, un succès critique et commercial en touchant des fans dans le monde entier.

Né à Jersey City, New Jersey, dans une famille italienne originaire de Cerreto Sannita, une petite ville au nord-est de Naples, le petit Al grandit à Bergenfield où il est scolarisé à la Bergenfield High School.

À l’âge de huit ans, il apprend la guitare et s’inspire d’Elvis Presley et The Ventures. Son professeur l’initie et l’oriente vers les standards du jazz. Al cite parmi ses influences des guitaristes de jazz comme George Benson et Kenny Burrell ou des guitaristes de bluegrass/country comme  Clarence White et Doc Watson.

Il entre au Berklee College of Music de Boston en 1971 et trois an plus tard, à l’âge de dix-neuf ans, il remplace Bill Connors au sein du groupe pionnier de  jazz-fusion Return to Forever (Chick Corea, Stanley Clarke et Lenny White) avec qui il travaille pendant deux ans, de 1974 à 1976, puis un retour en 2008. Al Di Meola participe à l’enregistrement des trois albums de Return to Forever qui font alors le plus grand succès commercial du groupe dans les charts américains.  La dextérité technique, le jeu de guitare extrêmement rapide et complexe d’Al Di Meola suscitent l’admiration mais également quelques critiques, d’aucuns prétendent qu’il y aurait « trop de notes »…

Lorsque Return to Forever se sépare en 1976, Al Di Meola se lance en solo et enregistre d’excellents albums sur lesquels il exprime toute sa maîtrise du jazz fusion, du flamenco et de la musique méditerranéenne comme en témoigne son premier album Land of the Midnight Sun de 1976.

La même année il travaille également avec le compositeur japonais Stomu Yamashta sur l’album Go puis Live Go.

Dès le début de sa carrière solo Al Di Meola explore les cultures méditerranéennes et les styles de guitare acoustique comme le flamenco que l’on retrouve encore sur « Mediterranean Sundance » et « Lady of Rome, Sister of Brazil » de l’album Elegant Gypsy album qui sort en 1977 et qui devient disque d’or.

Al Di Meola persévère dans le style latino avec l’excellent album Casino de 1978 et Splendido Hotel en 1980. Ses trois premiers albums propulsent Al Di Meola au rang des guitaristes de jazz-rock les plus influents et les plus respectés de sa génération.

C’est ma période préférée de ce grand guitariste et j’ai une affection toute particulière pour l’album Casino qui m’a accompagné au format K7 audio lors d’un périple en Combi VW à travers toute la péninsule Ibérique en 1982… ;).

Les formidables musiciens de cet album sont Al Di Meola (guitares, mandoline,  percussions), Barry Miles (claviers, percussions), Anthony Jackson (basse), Steve Gadd (batterie), Eddie Colon et Mingo Lewis (percussions).

En 1980, il enregistre également le mémorable album live acoustique Friday Night in San Francisco avec Paco de Lucía et John McLaughlin, rencontre incroyable de trois immenses virtuoses de la guitare. Cet album est devenu l’un des albums de guitare acoustique live les plus populaires qui s’est écoulé à plus de deux millions d’exemplaires à travers le monde.

Avec l’album Scenario de 1983 en collaboration avec Jan Hammer, Al Di Meola explore le côté électronique du jazz, on est vraiment dans autre chose et « ça fleure bon » les années 80 (en fait, ça a assez mal vieilli)… D’autres musiciens célèbres y participent comme Phil Collins (batterie sur « Island Dreamer »), Tony Levin (basse sur « Calliope ») et Bill Bruford (batterie électronique sur « Calliope »). Le morceau « Sequencer » tiré cet album deviendra célèbre plus tard en tant que thème de Miami Vice.

À partir de ce changement de cap, Al Di Meola élargit ses horizons et publie l’album acoustique Cielo e Terra.  Il intègre le synthétiseur de guitare Synclavier dans ses albums au milieu des années 1980, comme sur Soaring Through a Dream aux côtés de Dan Gottlieb le premier batteur du Pat Metheny Group..

Dans les années 1990, Al Di Meola enregistre des albums plus proches de la World Music que du jazz.

En 2006 il renoue avec la guitare électrique, son DVD live au Leverkusen Jazz Festival s’intitule d’ailleurs Speak a Volcano: Return to Electric Guitar (retour à la gratte électrique…)

En revanche, malgré mon estime et mon respect pour Al Di Meola,  je vais faire l’impasse sur son album de 2013 All Your Life (A Tribute to the Beatles) constitué uniquement de reprises de morceaux des Beatles, enregistré aux fameux Abbey Road Studios, sans grand intérêt, un peu « facile » et purement commercial selon moi… bref.

Elysium, est sorti en 2015. Pour cet album Al Di Meola a formé un groupe de cinq musiciens mais sans bassiste. Il y joue toutes les parties de guitares et s’est entouré de trois claviéristes, Philippe Saisse, Barry Miles (vieille connaissance, déjà présent sur Casino) et Mario Parmisano (que l’on trouve aussi sur Orange And Blue en 1994 et Flesh On Flesh de 2002).

Son dernier album en date Opus est sorti 23 février 2018. Selon ses propres déclarations, il s’agit d’un album qui représente une nouvelle période dans sa vie où il a trouvé la sérénité et le bonheur… Tant mieux et merci pour tout Monsieur Di Meola… 🙂

Site de référence : www.aldimeola.com

Discographie d’Al Di Meola

Albums solo

1976 : Land of the Midnight Sun
1977 : Elegant Gypsy
1978 : Casino
1980 : Splendido Hotel
1982 : Electric Rendezvous
1982 : Tour De Force – Live
1983 : Scenario
1985 : Cielo e Terra
1985 : Soaring Through a Dream
1987 : Tirami Su
1988 : Kiss My Axe
1990 : Di Meola Plays Piazzolla
1990 : World Sinfonia
1993 : World Sinfonia II – Heart of the Immigrants
1994 : Orange and Blue
1998 : The Infinite Desire
1999 : Winter Nights
2000 : World Sinfonía III – The Grande Passion
2002 : Flesh on Flesh
2003 : Al Di Meola Revisited
2006 : Vocal Rendez Vous
2006 : Consequence of Chaos
2007 : Diabolic Inventions and Seduction for Solo Guitar
2008 : World Sinfonia – La Melodia
2011 : Pursuit of Radical Rhapsody
2013 : All Your Life
2015 : Elysium
2018 : Opus

Produits disponibles sur Amazon.fr

Collaborations

1976 : Go avec Go
1976 : Go Live From Paris avec Go
1977 : Go Too (1977) avec Go
1980 : Friday Night in San Francisco avec John McLaughlin et Paco de Lucía
1983 : Passion, Grace and Fire avec John McLaughlin et Paco de Lucía
1987 : Latin avec Georges Dalaras
1990 : Super Guitar Trio And Friends avec Larry Coryell et Biréli Lagrène
1995 : Dance Of Fire, album d’Aziza Mustafa Zadeh avec les bassistes Stanley Clarke et Kai Eckhardt, le batteur Omar Hakim et le saxophoniste Bill Evans (Columbia Tristar)
1995 : Rite Of Strings avec Stanley Clarke et Jean-Luc Ponty
1996 : The Guitar Trio avec John McLaughlin et Paco de Lucía
2003 : Black Utopia, album solo de Derek Sherinian
2005 : Cosmopolitan Life avec Leonid Agoutine

Avec Return to Forever

1974 – Where Have I Known You Before
1975 – No Mystery
1976 – Romantic Warrior
2008 – Returns

Achetez les albums

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂

Brian Hughes




Brian HughesBrian Hughes  est un guitariste canadien de jazz fusion né en 1955 à Vegreville, en Alberta dont l’étendue du répertoire va du smooth jazz aux musiques du monde en particulier les musiques latines en passant par le blues. Personnellement je trouve que ça sonne un peu à la Pat Metheny par moment… Guitariste hors pair il joue également de l’oud, du bouzouki, du cithare électrique ou de la balalaïka.

Brian Hughes en bref

Hughes grandit en Alberta, au Canada, et il étudie au Grant MacEwan College (désormais l’Université MacEwan) à Edmonton et à la Banff School of Fine Arts avec les guitaristes Ed Bickert et Gene Bertoncini.

En 1981, il s’installe temporairement à Los Angeles où il étudie la musique au Guitar Institute aux côtés de Pat Martino, Joe Diorio et Robben Ford.

En 1987, Hughes déménage à Toronto où il commence à travailler en studio avec l’auteure-compositrice-interprète harpiste canadienne Loreena McKennitt.  Pendant plus de vingt ans, il coproduit plusieurs de ses enregistrements et participe à ses tournées au cours desquelles il dirige le groupe de soutien.

En 1991, il enregistre Between Dusk & Dreaming, son premier album en tant que leader, pour Justin Time Records, suivi par Under One Sky l’année suivante.

Brian Hughes crée son propre label, Sylvan House Music, distribué par Warner Music Canada et sous licence à Higher Octave Music / EMI aux États-Unis et à l’étranger.

Il enregistre trois autres albums, Straight to You, One 2 One et Shakin ‘Not Stirred dans le cadre de cet arrangement avant de sortir Along the Way sur A440 Music Group en 2003.

Il revient à son label Sylvan House Music pour la sortie de son Live en 2007, de No Reservations (DVD de concert enregistré en 2009) et de Fast Train to a Quiet Place en 2011.

Il s’installe à Los Angeles en 2000.

Brian Hughes est récompensé par le prix du compositeur jazz et instrumental par la Société Canadienne des Auteurs et Compositeurs (SOCAN) de 1997 à 2001 et en 2006 et en 2008.

Il est nominé pour le prix Juno en tant que «Producteur de l’année» en 1991 pour l’album The Visit de Loreena McKennitt.



Discographie de Brian Hughes

1991 – Between Dusk & And Dreaming
1992 – Under One Sky
1996 – Straight To You
1998 – One 2 One
1999 – Shakin’ Not Stirred
2003 – Along The Way
2007 – Live
2009 – No Reservations – concert DVD
2011 – Fast Train to a Quiet Place

site de référence : www.brianhughes.com

Achetez les albums

👉Partagez cet article 👇🙂 👍🎵