Paul Butterfield


Paul Butterfield - MazikPaul Butterfield de son nom complet Paul Vaughn Butterfield, est un harmoniciste et chanteur de blues américain, l’un des premiers représentants blancs de l’electric-blues de Chicago. Fils d’un avocat, il est né le 17 décembre 1942 à Chicago où il grandi. Paul Butterfield a marqué l’histoire du rock & roll avec la sortie de son premier album, « The Paul Butterfield Blues Band » et du tube « Born In Chicago ». Aux côtés de groupes britanniques comme The Rolling Stones, The Animals, The Yardbirds, John Mayall et les Bluesbreakers entre autres, dont le chanteur-harpiste Charlie Musselwhite (son principal rival à Chicago), il a contribué à faire connaître le blues à la jeune Amérique blanche, a influencé des centaines de groupes, de Grateful Dead aux Allman Brothers et lancé la carrière de Michael Bloomfield, le plus influent guitariste rock américain.

Paul Butterfield en bref

Après avoir étudié la flûte classique à l’adolescence, il se passionne pour l’harmonica, le blues et rencontre Elvin Bishop, étudiant en physique à l’Université de Chicago. Les deux hommes commencent à fréquenter de grands musiciens de blues noirs comme Muddy Waters, Howlin’ Wolf, et Junior Wells.

Paul Butterfield et Elvin Bishop forment bientôt un groupe avec Jerome Arnold et Sam Lay (tous deux du membre du groupe de Howlin’ Wolf). En 1963, cette formation métissée s’installe au club de blues Big John’s de Chicago, tournant décisif dans l’introduction du blues auprès de l’Amérique blanche. À cette époque Paul Butterfield est encore mineur tout comme le guitariste Mike Bloomfield, qui se produit déjà avec son propre groupe.

Paul Butterfield - MazikLe Paul Butterfield Blues Band signe alors chez Elektra Records après avoir intégré Michael Bloomfield comme guitariste principal.

Le premier album original du combo est cependant mis au rebut puis réenregistré après l’arrivée de l’organiste Mark Naftalin. L’album éponyme, The Paul Butterfield Blues Band, sort en 1965, il provoque un impact immédiat et servira de modèle d’inspiration à toute une génération de musiciens.

Peu après la sortie de cet opus, le batteur Sam Lay tombe malade, il est remplacé par Billy Davenport.

Avant l’été 1965, la musique des Beatles et autres groupes de la « brit invasion » est qualifiée avec un brin de mépris de « bubblegum » par les passionnés de musique. Les gens « branchés » et « in » de l’élite universitaire ne jurent que par  la musique folk et « protest-songs » acoustiques de leurs idoles, Bob Dylan et Joan Baez, qui ont ouvert la voie à la musique. Le temple du style est à cette époque le Newport Folk Festival. Lors de l’édition 1965, Bob Dylan clôt l’événement avec le groupe de Paul Butterfield (mais sans ce dernier), ce qui suscite une controverse auprès d’une grande partie de l’establishment de la musique folk.

Le deuxième album du Butterfield Band, East-West de 1966 également acclamé par la critique, reflète l’intérêt de la scène musicale « proto psychédélique » pour le grand Ravi Shankar (sitar) ainsi que d’autres musiciens orientaux.

Paul Butterfield - MazikCes deux albums sont essentiels du point de vue historique car Paul Butterfield a su dépoussiéré l’image vieillotte du blues et a imposé le style Chicago-blues moderne auprès d’un grand public blanc. Son travail précurseur laisse entrevoir ce qui va advenir de la musique rock, insuffle le blues aux rockers américains et leur a apprend à jouer de longs solos improvisés. Par ailleurs sa fusion des styles musicaux orientaux et occidentaux sur East-West est sans doute  une racine fondamentale de ce qui deviendra le rock psychédélique et l’acid-rock dans les années qui suivent.

Paul Butterfield - MazikAu plus fort du succès du Paul Butterfield Blues Band, Mike Bloomfield décide de former The Electric Flag avec Nick Gravenites. Elvin Bishop quant à lui se met à jouer de la guitare solo sur The Resurrection of Pigboy Crabshaw en 1967. Cet album laisse entrevoir que Paul Butterfield s’oriente vers une autre direction musicale, incluant une section des cuivres avec David Sanborn, Bugsy Maugh et Phil Wilson ce qui lui donne un groove soul influencé par le Rhythm & Blues. C’est le dernier succès commercial du groupe.

La même année, le Monterey International Pop Festival met en vedette le Butterfield Blues Band, The Electric Flag, Ravi Shankar et bien d’autres.

Paul Butterfield - MazikAprès la sortie de In My Own Dream en 1968, Elvin Bishop et Mark Naftalin quittent la formation. Billy Davenport et le nouveau guitariste Buzz Feiten rejoignent le groupe pour l’enregistrement de l’album Keep On Moving qui sort en 1969.

Il est accueilli avec enthousiasme par la presse musicale mais ne rencontre pas le succès commercial. Malgré cet échec, le Paul Butterfield Blues Band est toutefois encore assez populaire pour être invité à participer au mythique Festival de Woodstock mais leur performance ne figurera pas dans le film de Woodstock qui s’en suit.

Fathers And Sons Muddy Waters Paul Butterfield - MazikLa même année Paul Butterfield participe également à une jam-session blues all-star avec Muddy Waters accompagné de bluesmen blancs, Mike Bloomfield (guitare), Donald Dunn (basse) Otis Spann (piano) Sam Lay (batterie) Paul Asbell (guitare rythmique) et Buddy Miles (batterie sur un titre), concert enregistré et publié sous le titre Fathers And Sons.

Paul Butterfield - MazikAprès la sortie de Live et Sometimes I Just Feel Like Smiling en 1970, Paul Butterfield dissout le groupe et retourne à New-York où il forme un nouveau groupe appelé Better Days dont le line-up compte les guitaristes Amos Garrett, Geoff Muldaur, Maria Muldaur, le pianiste Ronnie Barron et le bassiste Billy Rich.

Ce groupe publie Paul Butterfield’s Better Days en 1972 et It All Comes Back en 1973. Une fois de plus ils sont bien accueillis par la critique mais sont loin d’être des succès commerciaux.

À la fin des années 1970 et au début des années 1980, Paul Butterfield se produit en solo, travaille en tant que musicien de studio, fait de temps à autre des apparitions à la télévision et sort quelques albums à destination d’un petit groupe de fans dévoués.

Paul Butterfield meurt en 1987 d’une overdose de drogue et d’alcool.

Membres des groupes de Paul Butterfiled

Al Kooper : orgue
Amos Garrett – guitare, basse, chœurs
Billy Davenport — batterie
Billy Rich – basse
Bugsy Maugh – basse, chant
Chris Parker – batterie
David Sanborn – saxophones, percussion
Dennis Whitted – batterie, percussion, chœurs
Elvin Bishop — guitare, chant
Fred Beckmeier : basse
Gene Dinwiddie – saxophones, flûte, chœurs, chant
Geoff Muldaur – chœurs, slide guitare, piano
Howard « Buzz » Feiten : orgue, guitare, cuivres, chœurs
Jerome Arnold : basse
Jerry Ragovoy : piano
Keith Johnson : trompette
Mark Naftalin : piano, orgue
Mike Bloomfield : guitare
Paul Butterfield : chant, harmonica
Phil Wilson – batterie, conga
Phillip Wilson : batterie, chœurs chant
Ralph Walsh – guitare, chœurs chant
Rod Hicks – basse, chœurs chant
Ronnie Barron – claviers, piano, chœurs, chant
Sam Lay : batterie
Steve Madaio – trompette, percussions, chœurs
Ted Harris : piano
The Icebag Four (Bugsy Maugh, Gene Dinwiddie, Phil Wilson, John Court) : chœurs
Trevor Lawrence – saxophones, percussion, chœurs

Discographie de Paul Butterfield

Paul Butterfield Blues Band

1965 – The Paul Butterfield Blues Band
1966 – East-West
1967 – The Resurrection of Pigboy Crabshaw
1968 – In My Own Dream
1969 – Keep on Moving
1970 – Live
1971 – Sometimes I Just Feel Like Smilin’
1995 – The Original Lost Elektra Sessions (enregistrements de 1964)

Paul Butterfield’s Better Days

1972 – Paul Butterfield’s Better Days
1973 – It All Comes Back

Solo

1976 – Put It in Your Ear
1981 – North-South
1986 – The Legendary Paul Butterfield Rides Again

Albums Live

1966 – Live at Unicorn Coffee House (bootleg de différentes dates)
1996 – East-West Live (enregistrements de  1966–1967)
1996 – Strawberry Jam (enregistrements de  1966 à 1968
1999 – Live at Winterland Ballroom, Paul Butterfield’s Better Days (enregistré en 1973)
2007 – Live (réédition du double albums de 1970)
2008 – Rockpalast: Blues Rock Legends, Vol. 2, Paul Butterfield Band (enregistré en 1978)
2011 – Live at the Lone Star, Rick Danko, Richard Manuel & Paul Butterfield (enregistré en 1984)

Compilations

1972 – Golden Butter: The Best of the Paul Butterfield Blues Band (double album)
1995 – The Original Lost Elektra Sessions (enregistrements de 1964)
1997 – An Anthology: The Elektra Years (double CD)
2000 – Paul Butterfield’s Better Days: Bearsville Anthology, Paul Butterfield’s Better Days
2006 – Hi-Five: The Paul Butterfield Blues Band (EP)

Site de référence : www.hornfromtheheart.com

Achetez les albums

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.