2008 : Christophe > Panorama de Berlin




Christophe Aimer ce que nous sommesAttention chef d’oeuvre ! Après le déstabilisant « Comm’ si la terre penchait » en 2001 qui nous a fait perdre l’équilibre,  Christophe revient en 2008 pour nous offrir une merveille Aimer ce que nous sommes. Après une gestation de quatre ans, il accouche en apesanteur d’une œuvre noctambule.

En plus du chant, Christophe, tient essentiellement les claviers et arrangements de cordes pour enregistrer cet album du fin fond de son appart studio avec entre autres Christophe Van Huffel (ex Tanger) à la programmation, claviers, guitare et basse ; le batteur Carmine Appice (ex Vanilla Fudge et Cactus) ; Erik Truffaz à la trompette bien sûr ; le pianiste belge Pascal Charpentier qui a travaillé avec Bashung… mais aussi les participations de l’actrice Isabelle Adjani sur Wo Wo Wo Wo, de Sara Forestier sur Interview de… et de Daniel Filipacchi la voix de Salut les copains sur le générique de fin de Lita.

Le voyage commence avec un premier titre éthéré en duo avec Isabelle Adjani et sur lequel Christophe ne chante que « Wo wo wo wo ». Merveilleux !

Le sombre et mélancolique « Magda » balafre l’amour sur un funeste solo de guitare de Christophe Van Huffel. Magnifique !

La symphonie passionnelle de « Mal comme » nous emmène sur les chemins fiévreux de Christophe. Grandiose !

Entre cordes et piano, la voix ensorcelante de la photographe surréaliste Denise Loeb Collomb (la grand mère de Caroline) nous déroute vers les choeurs slaves synthétisés de « It must be a sign ». Élevé !

Guitares et synthétiseurs s’entremêlent pour « T’aimer fol’ment » sur la voix de Christophe qui s’envole vers l’orient. Fastueux !



Christophe se la joue magistralement eighteen sur le très ryhtmé « Tonight Tonight ». Déclamatoire !

Le magnétique « Panorama de Berlin » nous invite à une expédition envoûtante entre guitare, bandonéon, synthétiseurs, saxophone, violons… Colossal !

L’hypnotique « Stand 14 » met Christophe en orbite sur la planète synthé pour une promenade de santé qui s’achève sur un riff de guitare sublimé par l’harmonica. Somptueux !

Christophe s’auto évalue avec l’« Interview de… » sur un torrent de guitares harmonicanisée. Énorme !

Le flamenco voluptueux de l’ « Odore di femina » nous invite à déguster les délices érotiques sur la trompette d’Erik Truffaz. Et je me laisse enivrer par tes hanches de lait, tes cuisses d’anis pour me plier à tes quatre volontés. Solennel !

« Tandis que » Christophe se joue de l’érotisme pour nous faire rêver dans le stupre des délires luxurieux. Voluptueux !

Avec cette chanson au parfum de Genesis, le précieux « Parle lui de moi » se love dans un slow emphatique. Théatral !

Le dénouement de cet album s’appelle « Lita » et s’ouvre sur une ballade au piano, voix, cordes, guitare cristalline pour vous fendre le cœur. CinemaScope de 18 mn !

Ce chef d’oeuvre de Christophe, à l’image des magnifiques « Bevilacqua » en 1996 et de « Comm’ Si La Terre Penchait » en 2001 et que j’ai loupé dans mes #chronofrancorock (toutes mes excuses), s’inspire de la musique classique, du jazz, du rock, de l’électro et de la musique expérimentale pour nous proposer une pop sensuelle au timbre céleste et à la poésie voluptueuse.

Ne vous laissez pas abuser par son célèbre slow des années 60 et que je ne vous citerais pas, mais laissez vous envahir par la curiosité pour découvrir un autre Christophe, un musicien à part, qui nous délivre une musique qui ne ressemble à rien d’autre, ou plutôt si à du Christophe tout simplement.

Si vous avez aimé ce « Panorama de Berlin » écoutez aussi
Lita

Magda

It must be a sign

Un live avec « T’aimer fol’ment »

Un autre live orchestré avec « Parle lui de moi »

Paroles de « Panorama de Berlin » sur « Aimer ce que nous sommes » de et par Christophe

La nuit détaille
Mon corps en braille
Berlin m’appelle
Cocktail trinken
Discotheken
Berlin m’appelle

L’amour est à
Cent lieues de moi
L’ailleurs m’appelle
Je n’aime que toi
Mais c’est plus fort que moi
L’ailleurs m’appelle
Berlin m’appelle

Dangereux voyage
Quand tout se perd
Dans l’univers
J’oublie ton visage
Et je me perds
Dans l’univers

Mon ailleurs c’est ici
Berlin m’allume et je m’oublie
Elle me suit
Où que j’aille

Loin de toi
Une nuit
Berlin m’appelle
Et m’éblouit
Et jaillit l’envie
Où que j’aille

Dangereux voyage
Quand tout se perd
Dans l’univers
J’oublie ton visage
Et je te perds
Dans l’univers

Berlin me veut
J’embrasse une
Langue étrangère
La nuit transpire
Je veux qu’on me respire
J’aime à la pelle
Berlin ma belle

Mon ailleurs c’est ici
Berlin m’allume et je m’oublie
Elle me suit
Où que j’aille

Dangereux voyage
Quand tout se perd
Dans l’univers
J’oublie ton visage
Et jaillit l’envie
Où que j’aille

Dangereux voyage
Quand tout se perd
Dans l’univers
J’oublie ton visage
Et je me perds
Dans l’univers

Produits disponibles sur Amazon.fr

Achetez les albums

👉Partagez cet article 👇🙂 👍🎵

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *