Le groupe grec Naxatras a sorti son 4ème album en février 2022

Naxatras est un groupe grec de hard rock psychédélique originaire de Thessalonique formé en 2012. Le nom du groupe est une variation de Nakshatra, un terme de l’astrologie hindoue qui fait référence aux 27 ou 28 phases de la lune. Leur musique principalement instrumentale est constituée  de riffs lourds, de solos de guitare trippants et très influencée par le son vintage des années 70. Leur signature sonore est obtenue par leur procédure complètement analogique pendant l’enregistrement, le mixage et le mastering.

Comme l’affirme le groupe sur son site web « On ne sait jamais à l’avance quand le moment du changement arrivera. Seulement quand il se produit.« 

Naxatras a bien entamé les dix premières années de son existence et un nombre important d’étapes marquantes ont été franchies.

En effet, après trois albums complets qui ont fait leur réputation dans l’univers du rock underground comme une force avec laquelle il faut compter, une nouvelle approche a émergé de la manière la plus naturelle.

Déjà avant l’album « III », certaines idées ne correspondaient plus à l’ambiance dans lequel le groupe souhaitait évoluer, elles ont par conséquent été mise au placard. L’identité des Naxatras en tant que groupe essentiellement de « jam » a été remise en question par ses membres sans toutefois les oublier totalement.

Avec la maturité et le sens artistique qu’apportent l’expérience notamment grâce aux tournées, la nouvelle direction musicale du combo hellénique porte l’accent sur des chansons plus structurées, sur la construction solide des mélodies et de la composition, qui tire son inspiration de la magie du rock progressif classique des années 70 et de ses illustres représentants tels que Pink Floyd, Genesis, Yes sans oublier une formation plus contemporaine comme  Porcupine Tree.

L’intégration d’un claviériste dans le groupe pour le nouvel album a permis de comble des lacunes dans leur composition qui offrent désormais des paysages sonores plus large. Le travail de la guitare est clair et précis, les voix ont une véritable histoire à raconter, tout le jeu est maintenant passé à la vitesse supérieure et exige un modus operandi différent avec l’apport de percussions supplémentaires.

Le groupe grec Naxatras a sorti son 4ème album en février 2022

Plus encore, l’impro a fait la place à des morceaux plus travaillés. Le son analogique qui jusqu’alors caractérisait Naxatras a évolué vers une orchestration est à plusieurs niveaux et précise. Les nouveaux morceaux sont donc puissantes et plus mélodiques.

Cette métamorphose s’accompagne d’un graphisme plus original car Naxatras a trouvé en Chris RW, un collaborateur et ami de longue date, dont la vision artistique a accompagné tous leurs albums et qui, pour « IV », a porté l’illustration à un tout autre niveau de détails. De plus Magnanimous Studios de Thessalonique a fourni l’approche multi-pistes qui combine chaleur et cristal.

Ce nouvel opus de Naxatras, un groupe désormais à son apogée créatif de par sa grande expérience et disposant de tous les technologies, fusionne les connaissances acquises, les influences revendiquées et le gout de l’aventure de jeunes musiciens prêts à conquérir le monde.

Discographie de Naxatras

Albums studio

2015 – Naxatras
2016 – II
2018 – III
2022 – IV

Album Live

2018 – Live Rituals At Gagarin 205

Single

2017 – All The Stars Collide Into A Single Ray

Membres

John Delias : guitare, chant
John Vagenas : basse, chant
Kostas Charizanis : batterie, percussion
Pantelis Kargas : claviers, synthétiseurs

bandcamp

facebook

Gary Lucas sort un double album rétrospectif : THE ESSENTIAL

Gary Lucas publie une compilation de 36 titres sur un double CD intitulé THE ESSENTIAL (Knitting Factory Records – Pias)  qui résume 40 ans de musiques, quarante années d’une carrière incroyablement bien remplie. Sur le premier disque se trouvent quelques chansons enregistrées avec son groupe God’s and Monsters, le second quant à lui est dédié à sa carrière solo incluant des bonus et des inédits.

Gary Lucas : THE ESSENTIAL - Mazik

Gary Lucas en Bref

Surnommé « The Thinking Man’s Guitar Hero » par The New Yorker, « Le guitariste rock le plus populaire au monde » par The Independent (GB), « One of the 100 Greatest Living Guitarists »  par Classic Rock, « Guitarist of 1000 Ideas » par le New York Times, « A True Hache God » par le Melody Maker, Gary LUCAS est indiscutablement l’un des meilleurs guitaristes du monde.

Ce véritable guitar heroe est mondialement reconnu par la critique et par ses pairs de par sa carrière de stakhanoviste est tentaculaire. Il a été le guitariste de Captain Beefhart, jusqu’à la retraite du groupe en 1980.

Gary Lucas se lance en suite dans une carrière solo, fonde le groupe psyché God’s & Monsters qui tourne encore aujourd’hui avec entre autres Jerry Harrison des Talking heads.

Songs To No One Jeff Buckley & Gary Lucas - MazikMusicien auteur-compositeur multi nominé aux Grammy Awards, la légende de Gary Lucas se consolide avec la découverte de Jeff Buckley en 1991. Il deviendra son mentor, son guide et va l’aider à se découvrir et se développer. Gary lui a notamment écrit les mélodies des chansons « Mojo Pin » et du célèbre « Grace » morceau incontournable de l’album éponyme. La disparition brutale de l’artiste fut pour lui une immense blessure, une plaie encore ouverte aujourd’hui.

Gary Lucas compte près de 30 albums solos à son actif dans des styles très variés, il a composé de nombreuses musiques de films pour le cinéma, pour la télé …

L’une de ses plus grandes fiertés fut d’être invité à se produire en solo devant l’Assemblée générale des Nations Unies le 27 janvier 2017 pour commémorer la Journée internationale du souvenir de l’Holocauste.

David Fricke du magazine Rolling Stone le décrit ainsi : « Gary Lucas est l’un des meilleurs et des plus originaux guitaristes d’Amérique… un miracle de la guitare moderne« .

Parmi ses innombrables collaborations on peu citer, Leonard Bernstein, Lou Reed, Chris Cornell, John Cale, Nick Cave, John Zorn, Warren Haynes ….

Gary Lucas produit par ailleurs les albums du saxophoniste Tim Berne et du groupe Tanger.

Le double album rétrospectif de sa carrière qui sort en 2021 est de fait parfaitement accueilli.  Il bénéficie dors et déjà de 4 étoiles de la part de MOJO qui le décrit ainsi « L’élégance du phrasé, Lucas a une personnalité musicale dont les sons nous traversent comme du quartz. Indispensable ? Tout est essentiel ici. »

Mazik s’associe à ces compliments dithyrambiques et ne peut que vous encourager à le découvrir.

De nombreux invités spéciaux se trouvent sur « The Essential Gary Lucas » parmi lesquels Jeff Buckley, Alan Vega (Suicide), David Johansen (New York Dolls), Jerry Harrison (Talking Heads), Ernie Brooks (Modern Lovers), Billy Ficca (Television), Nona Hendryx (Labelle), la star de la pop chinoise Feifei Yang, la diva du punk français Elli Medeiros, la légendaire Mary Margaret O’Hara, le groupe de danse cubain numéro un Los Van Van, dirigé par les stars cubaines Haydee et Suylen Milanes, le maître britannique du dub Adrian Sherwood, le compositeur et claviériste d’avant-garde Walter Horn, le chanteur Rolo McGinty (du groupe pop anglais The Woodentops) et le Metropole Orkestra (constitué de 65 musiciens)…

Gary Lucas continue d’enregistrer et de tourner dans le monde entier autant que possible et s’est produit dans plus de 40 pays à ce jour, notamment au Royaume-Uni et aux États-Unis, ainsi qu’en Europe, en Australie, au Mexique, en Chine, au Japon, au Brésil, en Inde, en Russie, en Corée du Sud, à Cuba, en Israël, en Colombie, au Canada, etc.

Depuis le début de la pandémie de Covid-19 en mars 2000, ses apparitions en live sur Facebook, tous les mardis, jeudis et samedis qui ont attiré un public du monde entier,  sont saluées par le New York Times comme étant « un concert essentiel« .

Discographie non exhaustive

1991 – Skeleton at the Feast
1992 – Gods and Monsters
1994 – Bad Boys of the Arctic
1996 – Pražská Strašidla
1997 – Evangeline
1998 – Busy Being Born
1999 – @ Paradiso
2000 – The Du-Tels – No Knowledge of Music Required avec Peter Stampfel
2000 – Street of Lost Brothers
2000 – Level the Playing Field: Early HurlyBurly 1988–1994
2001 – The Edge of Heaven
2002 – Songs to No One 1991–1992 avec Jeff Buckley
2003 – Operators Are Standing By: The Essential Gary Lucas 1989-1996
2003 – Diplopia – avec Jozef van Wissem
2004 – The Universe of Absence – avec Jozef van Wissem
2005 – Fast ‘N’ Bulbous – Pork Chop Blue Around the Rind
2006 – Coming Clean
2007 – Musical Blazeup – avec DJ Cosmo
2008 – Beyond the Pale – avec The Dark Poets
2008 – Chase the Devil – avec Dean Bowman
2008 – Rock the Joint – avec Beardyman
2008 – Down the Rabbit Hole avec Gerald Zbindin
2008 – Purple Somersault – avec DJ Cosmo
2009 – Fast ‘n’ Bulbous – Waxed Oop
2009 – Rishte Najma Akhtar & Gary Lucas
2010 – Music for the Eden Projectl single
2012 – The Ordeal of Civility
2012 – Gary Lucas Plays Bohemian Classics Czech Republic
2013 – Popular Science avec M’Lumbo
2013 – Cinefantastique
2014 – Other World avec Peter Hammill
2016 – Fleischerei
2016 – Pearly Clouds
2016 – Stereopticon avec Jann Klose
2017 – The World of Captain Beefheart
2019 – The Complete Jeff Buckley and Gary Lucas Songbook
2021 – The Essential Gary Lucas

Site de référence : www.garylucas.com

Achetez les albums de Gary Lucas

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂

Hatfield and the North

Hatfield and the North - MazikHatfield and the North est un groupe de rock expérimental britannique fondé à Canterbury en Angleterre, actif d’octobre 1972 à juin 1975, avec quelques retrouvailles par la suite. Issu de Delivery, Matching Mole et Caravan, le groupe fait partie de la Canterbury Scene aussi appelée école de Canterbury.

Son line-up initial est constitué du batteur Pip Pyle (Gong), du chanteur-bassiste Richard Sinclair (Caravan), du guitariste Phil Miller (Matching Mole) et de son frère Steve rapidement remplacé par David Sinclair (ex-Matching Mole et Caravan) cousin de Richard. Un an plus tard ce dernier est remplacé par le claviériste Dave Stewart (Egg, National Health, Bruford, Khan et ses albums avec Barbara Gaskin).

Hatfield and the North en bref

Le nom du groupe est inspiré par la signalisation auto-routière à Londres sur l’A1 en direction du nord où une succession de panneaux fait référence à la première grande ville et à la direction générale  » A1 Hatfield & the North  » panneaux des années 1970 remplacés par la suite par des indications différentes (The NORTH, Hatfield).

Le combo publie cinq albums au cours de sa brève carrière, les trois premiers sur le jeune label Virgin.

Le premier album éponyme sort en 1973, The Rotters’ Club en 1975. Le chœur féminin, The Northettes, présent sur ces deux premiers opus est formé par Amanda Parsons, Barbara Gaskin et Ann Rosenthal.

La musique de Hatfield allie des compositions lyriques et oniriques de l’ex-musicien de caravane Richard Sinclair aux instrumentaux complexes de Dave Stewart, en passant par des airs plus jazzy, plus libres et expérimentaux de Phil Miller et Pip Pyle.

La compilation Afters est publié en 1980 (incluant de nouveaux morceaux),

Le groupe qui ne rencontre pas le succès escompté splitte en 1975 dans l’indifférence générale au moment même où sa réputation commençait à se construire. Le groupe est cependant devenu une culte auprès de fans de prog-rock en Europe, en Amérique et au Japon.

Après la séparation en 1975, Dave Stewart (ne pas confondre avec son homonyme du groupe  Eurythmics) forme National Health avec Alan Gowen (ex-Gilgamesh) et Phil Miller que le batteur Pip Pyle rejoindra en 1977.

Hatfield and the North se reforme brièvement en 1990 et en 2005 avec Alex Maguire aux claviers dans le but d’enregistrer de nouveaux titres.

En 2005 et 2006, le groupe publie une série d’archives, Hatwise Choice et Hattitude , enregistrés par le line-up classique Miller/Pyle/Sinclair/Stewart.

Il s’agit d’inédits extraits de bandes d’archives de concerts et d’enregistrements radiophoniques remasterisés et sélectionnés par les membres du groupe. Ces albums sont édités chez Burning Shed.

Membres de Hatfield and the North

Phil Miller : guitare
Pip Pyle : batterie
Richard Sinclair : chant, basse
Steve Miller : claviers
Dave Sinclair : claviers
Dave Stewart : claviers

Musiciens additionnels

Tim Hodgkinson – clarinette
Lindsay Cooper – haut-bois, basson
Jimmy Hastings – flûte, saxophone
Mont Campbell – Cor français

Discographie de Hatfield and the North

Albums studio

1990 – Hatfield and the North
1990 – The Rotters’ Club
1980 – Afters
2005 – Hatwise Choice: Archive Recordings 1973-1975, Volume 1
2006 – Hattitude: Archive Recordings 1973-1975, Volume 2

Album live

1993 – Live 1990

Achetez les albums de Hatfield and the North

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂

David Bowie

David Bowie - MazikDavid Robert Jones né à Brixton le 8 Janvier 1947 est un chanteur de rock, compositeur, musicien et acteur anglais plus connu sous son nom d’artiste David Bowie (alias l’homme caméléon). Son premier single sort en 1964, mais il devient célèbre avec le single « Space Oddity » en 1969 et l’album The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars en 1972. Les albums suivants ont exploré le blue-eyed-soul, l’electronica et la new wave bien avant l’apparition de ces styles musicaux. Actif pendant six décennies il est reconnu comme un innovateur, en particulier pour son travail dans les années 1970. David Bowie décède le 10 janvier 2016 peu après la sortie de son 25ème album studio Blackstar, après une lutte de dix-huit mois contre le cancer. Il remporte à titre posthume le prix du « Best Rock Song » pour « Blackstar » lors de la 59ème cérémonie des Grammy Awards le 12 février 2017.

David Bowie en bref

Dès l’âge de treize ans il est  inspiré par le jazz de la West End. À ses débuts il joue dans des groupes comme The Konrads, The King Bees, The Manish Boys et The Lower Third qui lui ont permit d’intégrer le monde du rock.

Multi-instrumentiste, il joue de la guitare, du piano et du saxophone mais aussi de l’harmonica, de la batterie, du violoncelle, du marimba, de la guitare basse, du koto et du stylophone. Doté d’une vraie « gueule » avec son air androgyne et ses yeux vairons, il en jouera dans les personnages qu’il incarnera sur scène et au cinéma.

David Bowie - MazikEn 1966, David Robert Jones prend le pseudo de David Bowie et  Kenneth Pitt devient son manager. Ce n’est qu’en 1969 avec le légendaire Space Oddity que David Bowie rencontre le succès puisque ce single se classe numéro 5 dans les charts au Royaume-Uni. À la fin des années 60, il expérimente le cinéma, le mime et le bouddhisme tibétain. L’album, initialement intitulé David Bowie, puis ensuite Man Of Words, Man Of Music, rend hommage à toutes les influences de la scène artistique de Londres.

David Bowie - MazikEn 1971, le premier album de David Bowie, The Man Who Sold The World est le déclencheur de sa carrière.

1972 est l’année où David Bowie commence à avoir un aperçu de la puissance de la pop-music. Au Royaume Uni il devient Ziggy Stardust et joue avec les Spiders from Mars : Mick Ronson à la guitare, Trevor Bolder à la basse et Mick Woodmansey à la batterie.

David Bowie - MazikL’album The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars est un énorme succès et les tournées s’enchaînent. Des milliers de fans se rassemblent autour du personnage et de l’atmosphère dégagée par Ziggy.

La même année il produit des albums pour Lou Reed (Transformer) et Mott The Hoople (All The Young Dudes). En septembre, Ziggy entame une tournée américaine à guichet fermé.

Au milieu de la fièvre Ziggy, l’album Aladdin Sane sort en avril 1973.

David Bowie - MazikAprès avoir arrêté le Show Stardust, il se rend en France pour commencer à travailler sur ses prochains albums. Il sort un album de reprises de titres des années 1960 Pin Ups et produit des artistes tels que Lou Reed ou Mott the Hoople puis tente de mixer le Raw Power d’Iggy and the Stooges. Cette période marque la fin des Spiders from Mars.

David Bowie - MazikEn 1974, il entreprend sa plus grande tournée aux Etats Unis. Le double album David Live est enregistré au Tower Theatre de Philadelphie. Dans la foulée il sort Diamond Dogs qui s’inspire de 1984 l’œuvre de Georges Orwell. Cet album décrit une société apocalyptique avec un nouveau personnage, Halloween Jack. C’est aussi la période où le chanteur tombe dans l’ addiction à la cocaïne. Tony Visconti, appelé en renfort, arrive à sauver l’enregistrement de Diamond Dogs et son ambiance glauque semble être appréciée de son auteur qui entre ainsi dans sa période Glam-rock.

À partir de 1975 commencent les années soul-funk et David Bowie publie Young Americans qui est pour lui une véritable renaissance artistique. Le single « Fame », coécrit avec John Lennon, devient numéro un des ventes aux États-Unis.

David Bowie qui est également acteur, incarne le rôle de Thomas Jerome Newton dans le film L’Homme qui venait d’ailleurs (The Man Who Fell to Earth) de Nicolas Roeg. Il joue le rôle d’un extraterrestre tombé sur Terre et qui cherche à rejoindre sa planète. A la fin son personnage devient The Visitor, une future rock-star.

David Bowie - MazikStation to Station sorti en 1976 est lié au film L’Homme qui venait d’Ailleurs mais David Bowie étant en pleine toxicomanie, ne se souviendra même plus avoir enregistré les chansons. L’album est malgré tout un succès commercial. Une tempête médiatique s’abat sur David Bowie, qui, sous l’effet de la drogue, tient des propos déplacés sur le IIIème Reich et compare notamment Hitler à Mick Jagger. David Bowie se ressaisit cependant assez rapidement et en 1977 il séduit même de nouveaux fans grâce à la trilogie Low, Heroes et Lodger avec Brian Eno, ancien membre de Roxy Music.

C’est à cette époque qu’il rencontre Iggy Pop à Berlin, pour qui il devient un véritable mécène pour ne pas dire protecteur,  et qui lui produit les albums The Idiot et Lust for Life. L’effet allemand ne tarde pas à porter ses fruits et David Bowie commence à être apprécié par un nouveau public européen au détriment de ses fans américains. Heroes est totalement créé à Berlin. Une partie de Low est produite en France et Lodger est enregistré en partie en Suisse.

Après avoir quitté Berlin, il incarne John Merrick dans le spectacle The Elephant Man à Broadway. Il joue également son propre rôle dans le film Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée… d’Ulrich Edel.

David Bowie - MazikEn 1980 le succès est planétaire pour David Bowie, notamment grâce à l’album Scary Monsters dont les ventes atteignent des sommets dans presque tous les pays d’Europe. Dans le même temps David Bowie compose et enregistre un single avec Queen : Under Pressure.

La sortie de Let’s Dance en 1983 lui permet de toucher un public beaucoup plus large, cet album s’écoule à plus de 14 millions d’exemplaires. Son succès est à son summum et David Bowie se produit désormais dans des stades devant  150.000 spectateurs.

L’album suivant, Tonight sorti en 1984, manque malheureusement d’originalité, même si les ventes du single « Blue Jean » sont soutenues.

Never Let Me Down de 1987, est un album plus rock mais le succès n’est pas à la hauteurs des attentes. La tournée mondiale Glass Spider Tour qui suit est un échec.

En 1988 il fonde le groupe Tin Machine avec lequel il sort trois albums qui marquent pour David Bowie une renaissance au début des années 1990.

David Bowie participe au concert The Freddie Mercury Tribute qui se déroule le 20 avril 1992. Il y interprète Under Pressure, All the Young Dudes puis Heroes. Lors de cet événement David Bowie récite le Notre Père à genoux sur scène devant un public médusé.

Black Tie White Noise en 1993 est un album plus « dance » qui déçoit ses fans.

David Bowie - MazikIl faut attendre 1995 pour revoir le succès se faire jour, la sortie de Outside est en effet appréciée par les fans de David Bowie. Lors de la tournée qui suit, David Bowie permet à un jeune groupe de se faire connaitre en assurant sa première partie : Placebo.

En 1997 sort Earthling. L’album est un mélange de rock parfois punk, jungle, techno et drum’n’bass. Au courant de la même année, à l’occasion de ses 50 ans, il donne un concert prestigieux au Madison Square Garden de New York, accompagné d’une pléiade d’artistes comme Frank Black, Foo Fighters, Robert Smith, Sonic Youth, Lou Reed et Billy Corgan.

David Bowie - MazikDavid Bowie participe à la bande originale du jeu vidéo The Nomad Soul dans lequel il incarne aussi deux personnages : le charismatique Boz, chef des Éveillés et le chanteur d’un groupe interdit par les autorités. Le joueur peut assister à trois concerts virtuels de l’avatar de David Bowie et acheter les chansons de l’album Hours, sorti en 1999 comme le jeu vidéo.

En 1999-2000 il travaille sur Toy, un album constitué de ré-enregistrements de chansons de sa période pré-David Bowie mais il ne sortira jamais officiellement. Il a cependant été diffusé sur Internet en 2011. Trois nouveaux morceaux de ces sessions l’ont conduit à l’album Heathen de 2002.

David Bowie - MazikEn effet, peu après l’enregistrement de Toy, David Bowie sort deux albums, Heathen en 2002 et Reality publié en 2003. Ces deux albums sont produits par Sony, Columbia et Iso. Après la sortie de Reality, David Bowie part en tournée mondiale, la première depuis 1997. Pour des raisons de santé, plusieurs dates de concerts sont toutefois reportés en décembre 2003. Cela n’empêche pas David Bowie de poursuivre sa tournée jusqu’à la mi-2004.

Lorsque Bowie entament une tournée des festivals d’été en Europe, les quinze dernières dates sont annulées car il doit subir en urgence une angioplastie.

Après cela David Bowie n’enregistre plus et ne donne plus de concerts. Il a toutefois enregistré quelques duos avec le groupe de rock américain TV on the Radio ou le groupe danois Kashmir, et fait quelques apparitions sur scène, avec le groupe canadien Arcade Fire.

En 2008 il a l’opportunité de collaborer à l’album de Scarlett Johansson et continue à faire des apparitions, comme au Festival de TriBeCa, le 22 avril 2008.

Live at Santa Monica qui sort en 2008 est en fait une réédition du concert de Ziggy Stardust enregistré en 1972.

David Bowie a été l’un des musiciens de roc les plus influents des années 1970 jusqu’à sa disparition. Il a vendu environ 136 millions d’albums dans sa carrière et a été intronisé au Rock and Roll Hall of Fame. En plus de sa carrière musicale, il a connu le succès en tant que peintre, web-designer, sculpteur, acteur sur les planches et au cinéma dans de nombreux films.

Il est reconnu comme l’une des principales sources d’inspiration du nouveau mouvement romantique et futuriste et du développement ultérieur de la musique électronique.

Sur scène David Bowie a souvent emprunté au mondes de l’art, du mime et du théâtre direct et son personnage le plus célèbre est bien sûr Ziggy Stardust mais il a également incarné Halloween Jack, Aladdin Sane et the Thin White Duke.

Discographie de David Bowie

Albums studio

1967 – David Bowie
1969 – David Bowie (ressorti sous Space Oddity en 1972)
1970 – The Man Who Sold the World
1971 – Hunky Dory
1972 – The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars
1973 – Aladdin Sane
1973 – Pin Ups
1974 – Diamond Dogs
1975 – Young Americans
1976 – Station to Station
1977 – Low
1977 – « Heroes »
1979 – Lodger
1980 – Scary Monsters (and Super Creeps
1983 – Let’s Dance
1984 – Tonight
1987 – Never Let Me Down
1993 – Black Tie White Noise
1993 – The Buddha of Suburbia (soundtrack album
1995 – Outside
1997 – Earthling
1999 – Hours
2002 – Heathen
2003 – Reality
2013 – The Next Day
2016 – Blackstar

Albums live

1974 – David Live
1978 – Stage
1983 – Ziggy Stardust: The Motion Picture
1992 – Tin Machine Live: Oy Vey, Baby (album de Tin Machine)
1994 – Santa Monica ’72
2008 – Live Santa Monica ’72
2009 – VH1 Storytellers
2010 – A Reality Tour
2017 – Cracked Actor (Live Los Angeles ’74)
2017 – Live Nassau Coliseum ’76
2018 – Glastonbury 2000
2018 – Welcome to the Blackout (Live London ’78)

B.O.F.

1981 – Christiane F.
1986 – Labyrinth (avec Trevor Jones)
1993 – The Buddha of Suburbia
2016 – Lazarus

Compilations

1970 – The World of David Bowie
1973 – Images 1966–1967
1976 – ChangesOneBowie
1980 – The Best of Bowie
1981 – ChangesTwoBowie
1982 – Rare
1983 – Golden Years
1984 – Fame and Fashion
1984 – Love You till Tuesday
1990 – Changesbowie
1991 – Early On (1964–1966)
1993 – The Singles Collection
1997 – The Best of David Bowie 1969/197
1997 – The Deram Anthology 1966–1968
1998 – The Best of David Bowie 1974/1979
2000 – Bowie at the Beeb
2001 – All Saints
2002 – Best of Bowie
2003 – Club Bowie
2005 – The Collection
2007 – The Best of David Bowie 1980/1987
2008 – iSelect
2014 – Nothing Has Changed
2016 – Bowie Legacy

Site de référence : www.davidbowie.com

Achetez les albums de David Bowie

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂