The Shaolin Afronauts, groupe d’afrobeat australien fondé en 2008

The Shaolin Afronauts

The Shaolin Afronauts est un groupe d’afrobeat basé à Adélaïde, en Australie. Leur musique est fortement inspirée par les œuvres de Fela Kuti et d’autres artistes afrobeat d’Afrique de l’Ouest. Fondé en 2008, leur son est un mélange unique et engageant d’afrobeat, de jazz, de soul et de rythmes percussifs traditionnels africains et cubains, qu’ils décrivent comme de l’Afro-Soul Futuriste Interstellaire. Le groupe est composé de musiciens aux multiples talents, qui apportent leurs propres influences et styles à la musique.

The Shaolin Afronauts en bref

Le groupe a été formé en 2006 par les frères saxophoniste Ross McHenry et le guitariste Luke McHenry, avec le bassiste Nelson Joel et le batteur Alex Cavanagh. Le groupe a depuis subi plusieurs changements de composition, la formation actuelle comprenant le guitariste Daniel Connell, le bassiste James Ireland et le batteur Aaron Maher.

The Shaolin Afronauts a sorti quatre albums studio et un live. Ils ont également collaboré avec plusieurs musiciens africains et cubains de renom, tels que Fela Kuti, King Sunny Ade et Juan de Marcos Gonzalez.

Le combo a effectué de nombreuses tournées en Europe, au Royaume-Uni, aux États-Unis, au Canada et en Afrique, et se sont produits dans des festivals prestigieux tels que le Festival de jazz de Montréal et le Big Chill Festival de Londres.

Ils apportent un son unique et excitant au genre afrobeat et leur musique est parfaite pour une soirée dansante ou simplement pour se détendre et s’amuser. Avec leurs performances live captivantes et leurs compositions complexes et réfléchies, The Shaolin Afronauts sont sûrs de créer une expérience d’écoute inoubliable.

Les Shaolin Afronauts apportent un son frais et énergique créant ainsi une performance live engageante et captivante. Leur musique est parfaite pour une soirée de danse ou pour une soirée de détente. Leurs morceaux sont un mélange parfait de rythmes enjoués et groovy, et de mélodies complexes et réfléchies qui peut aussi faire penser au collectif Snarky Puppy. Avec les Shaolin Afronauts, vous pouvez être sûr de vivre une expérience d’écoute vraiment unique et agréable.

Ils ont publié quatre album studio mais ont également sorti un certain nombre de singles et d’EP, et ont fait de nombreuses tournées en Australie, en Europe et en Asie. Les Shaolin Afronauts sont connus pour leurs concerts à haute énergie, qui comportent souvent des improvisations et des solos prolongés. Ils sont également connus pour se produire dans des lieux non conventionnels, tels que des musées et des galeries d’art. Le groupe a attiré un large éventail de collaborateurs au fil des ans, notamment des membres de l’Antibalas Afrobeat Orchestra, des Soil & « Pimp » Sessions et des Daptone Horns.

Shaolin Afronauts: The Fundamental Nature Of Being. Part Two

Après un long break de huit ans qui a suivi l’album Follow The Path, ponctué toutefois de rares performances live, The Shaolin Afronauts a donc publié The Fundamental Nature of Being en 2022, un album épique en cinq parties qui étend la vision sonore de l’ensemble à de nouveaux sommets d’afro-funk brûlant, ainsi qu’à de nouvelles excursions sonores ésotériques et éthérées. Ce voyage musical élargi explore davantage le large spectre de l’identité musicale du groupe avec chacune des cinq parties conçues comme des disques autonomes, tout en offrant un voyage d’écoute singulier à travers le monde musical expansif du groupe.

Ce projet en 5 parties a été enregistré en seulement cinq jours, puisant dans la riche influence du groupe sur la musique ouest et sud-africaine des années 1970, le jazz, le psych-rock et la soul, tout en explorant l’intersection sonore transatlantique entre l’avant-garde électronique des années 1960 et le jazz spirituel. L’improvisation libre et partiellement dirigée est utilisée comme un élément central des compositions, les œuvres musicales servant de cadre à l’entreprise musicale collective qui s’est développée au cours des quinze années de collaboration de l’ensemble.

Le vaste projet est disponible sous la forme d’un coffret 5 LP strictement limité, avec un livret de luxe contenant des notes détaillées, dont la sortie est prévue le 16 septembre 2022. Chaque album individuel sera également disponible à l’achat, en CD et en format numérique, au cours du mois suivant.

The Fundamental Nature of Being rétablit fermement Shaolin Afronauts comme l’un des collectifs de musiciens improvisateurs les plus intéressants et les plus innovants du monde actuel.

Discographie

Albums studio
2011 – Flight of the Ancients
2012 – Quest Under Capricorn
2014 – Follow the Path
2022 – The Fundamental Nature of Being

Album Live
2018 – The Shaolin Afronauts Live

Leurs albums mettent en valeur le talent du groupe pour mélanger différents styles de musique et créer quelque chose de vraiment original. Si vous cherchez un groupe qui ne manquera pas de vous faire taper du pied, alors vous devez jeter une oreille aux Shaolin Afronauts.

Membres réguliers

Aaron Maher : Batterie
Chris Weber : Trompette
Daniel Connell : Guitare
Dylan Marshall : Guitare, Synthétiseur
James Ireland : Basse
Jarrad Payne : Percussions
Jason McMahon : Saxophone
Kevin van der Zwaag : Batterie
Lachlan Ridge : Guitare
Ross McHenry : Basse
Stephen McEntee : Trombone

Anciens membres et invités

Adam Page : Saxophone ténor, Flûte
Alex Cavanagh : Batterie
Andrew Crago : Saxophones
Brenton Foster : Claviers, Synthétiseurs
Chris Soole : Saxophone
David van der Zwaag : Percussions
Derek Pascoe : Saxophone ténor
Joel Prime : Percussions
Jon Hunt : Clarinette basse, Saxophone baryton
Kahil Nayton : Guitare
Luca Spiler : Trombone, Trombone basse
Luke McHenry : Guitare
Nelson Joel : Basse
Tim Bennett : Percussions

Site officiel

Facebook

Bandcamp

 

 

 

KOKOROKO, premier album Could We Be More sorti en août 2022

KOKOROKO, premier album Could We Be More

KOKOROKO est un groupe de huit musiciens basés à Londres dirigé par Sheila Maurice-Grey, qui s’est illustré en jouant une fusion de jazz et d’afrobeat.  En février 2019, ils sont nommés « ones to watch » (à suivre) par le Guardian, après que leur titre « Abusey Junction », quatrième morceau de leur EP éponyme, ait enregistré 23 millions de vues sur YouTube.

En février 2020, ils ont remporté le prix du meilleur groupe aux Urban Music Awards  En septembre 2020, la formation se produit aux BBC Proms au Royal Albert Hall.

Leur premier album studio Could We Be More est sorti en août 2022.

KOKOROKO en bref

Londres a longtemps été un foyer d’expérimentation pour la musique d’Afrique de l’Ouest, et c’est dans cette histoire globale-locale que nous pouvons situer les plus récents innovateurs afrobeat de Londres : Kokoroko. Dans les années 40, Ambrose Campbell, vétéran de la Seconde Guerre mondiale, et ses West African Rhythm Brothers, séduisaient les mélomanes de Soho avec de doux sons de vin de palme. Au cours de la décennie suivante, le jeune Fela Kuti (et son groupe Koola Lobitos avec le batteur Tony Allen) faisait des jams avec Campbell, et les graines de sa révolution afrobeat mondiale étaient semées.

Le nom du groupe est un mot Urhobo, une tribu et une langue nigériane, qui signifie « sois fort ». Fidèle à son nom, Kokoroko est un groupe de vedettes de la communauté jazz de Londres. Propulsé par une section de cuivres sismique (Maurice Grey, la saxophoniste Cassie Kinoshi, le tromboniste Richie Seivewright), une guitare (Oscar Jerome), des claviers (Yohan Kebede), une batterie (Ayo Salawu) et des percussions (Onome Edgeworth), Kokoroko a pour mission de créer de nouveaux langages en utilisant l’afrobeat.

Les membres de Kokoroko, se sont abreuvés dès l’enfance de musiques ouest-africaines et caribéennes : “l’endroit d’où l’on vient a une influence considérable sur la façon dont on compose et joue de la musique”, estime la trompettiste et leadeuse du groupe Sheila Maurice-Grey. “Chaque membre du groupe a une histoire et un parcours différents mais ce qui nous unit dans Kokoroko c’est cette passion commune pour l’afrobeat et le highlife. Et des musiciens comme Ebo Taylor et Pat Thomas.

« Ce n’est pas de la musique de salon« , ajoute-t-elle en évoquant la riche histoire des sons qui ont inspiré le groupe. Qu’il s’agisse du commentaire social, de la position politique de groupes comme Black President ou de l’énergie débordante des nuits afrobeat, la musique regorge d’une énergie puissante que le groupe veut propulser vers l’avant, à la manière de Londres. Ne vous méprenez pas, ce n’est pas un groupe intéressé par les hommages performatifs ou le pastiche. Pour Maurice Grey, une partie du moteur de leur impulsion créative est de se demander : « à quoi ressemble cette musique pour ma génération ?« .

« Nous aimons cette musique et nous voulons que d’autres personnes l’aiment comme nous l’aimons« , partage Edgeworth. En dehors de la primauté de l’amour pour la musique, un sous-texte de la création du groupe était un sentiment d’aliénation face à la diminution du nombre de nuits afrobeat et highlife à Londres – en particulier des auditeurs et joueurs noirs. « Nous ne voulons pas que cette musique meure« , ajoute-t-il.

Plutôt que de se lancer directement dans l’écriture de leur propre musique, depuis la formation du groupe en 2014, ils se sont immergés dans les sons de Pat Thomas, Ebo Taylor et autres en jouant des reprises à guichets fermés. « Je me souviens avoir parlé avec Dele Sosimi de la structure des chansons de Fela – chaque élément joue un rôle. Mais, avant la mélodie ou l’harmonie, il y a le rythme. L’aspect rythmique des solos de cette époque est étonnant. L’approche ouest-africaine du jazz et de l’improvisation est branchée« , déclare Maurice-Grey.

KOKOROKO-KOKOROKO EP

En écrivant leur propre musique, Edgeworth a souligné à quel point le son de KOKOROKO est façonné par la capitale. « Nous ne voulions pas que le son soit trop propre – cela ne correspond pas vraiment au son londonien« , a-t-il déclaré. Au lieu de cela, le groupe a opté pour des grooves avec un grain supplémentaire : « nous voulions que le son soit rugueux, comme lorsqu’on sort et qu’on entend de la musique poussée par des haut-parleurs ou l’énergie des gens qui dansent dans les soirées afrobeat : c’est une musique que nous avons vu fonctionner sur les pistes de danse« .

S’inspirant autant de la vie nocturne que des influences musicales des églises pentecôtistes d’Afrique de l’Ouest, du jazz et du classique occidental, c’est à la fois au milieu et au-delà de ce mélange d’influences que l’EP éponyme de Kokoroko prend forme.

Could We Be More, le premier depuis la formation de KOKOROKO était donc attendu. En hybridant le jazz avec de la de l’afrobeat et de la musique électronique, le groupe réussit son pari.

KOKOROKO-Could We Be More

Véritable synergie entre l’Afrique, les Caraïbes et Londres. “Tojo” est une entrée triomphante dans l’album. Des sonorités électroniques, presque galactiques s’emparent de nos oreilles. À cela s’ajoute l’omniprésence des cuivres avec la trompette, le saxophone et le trombone qui font qu’on aime tant ce groupe. Le chant n’apparait qu’au 5ème morceau, mais cela signe un grand moment de douceur. Les voix s’entremêlent dans “Home”, pour ne faire plus qu’un avec la guitare acoustique. Toutes les voix résonnent sur “Something’s Going On”, chanson enregistrée à l’occasion de séances studio collectives de Kokoroko. Durant lesquelles chaque membre du groupe s’est exprimé sur son expérience du confinement : “Le morceau est inspiré par l’immobilité forcée et les crises existentielles que la pandémie mondiale nous a fait collectivement traverser. Il s’ouvre sur la promesse scintillante d’une nouvelle ère et donne la sensation de s’échapper d’une réalité des plus troublantes”.

Could We Be More navigue habilement entre afrobeat, highlife, soul et funk le long de ses 15 titres.  Un album chaudement recommandé par Mazik.

Membres

Sheila Maurice-Grey : trompette
Cassie Kinoshi : saxophone
Richie Seivewright : trombone
Oscar Jerome : guitare
Yohan Kebede : claviers
Mutale Chashi : basse
Ayo Salawu : batterie
Onome Edgeworth : percussions

Site officiel

Facebook