DEGIHEUGI Meets FLO THE KID: La puissance de 2 univers

DEGIHEUGI Meets FLO THE KID: La puissance de 2 univers

Tous deux issus d’une formation rap, l’un a pris le chemin du beat, l’autre du flow. À partir de 2001, Degiheugi s’est rapidement émancipé de la sphère Hip-Hop classique pour explorer sans relâche les pépites encore brutes, sommeillant dans les abîmes du Web et sous la poussière de vinyles marquant les décennies passées. Flo the Kid lance quant à lui sa première mixtape en 2016, intitulé « Introduction to the kid ». Ses influences vont rapidement l’amener sur des touches de jazz chaloupées, de Lo-Fi aux airs innocents, de future bass magnétique.

Dans leurs deux parcours respectifs, tout est une affaire de rencontre, Degiheugi a franchi en 2015 le cap de la scène. De l’Europe à l’Australie, des premières parties de DJ Shadow aux plateaux communs avec Chill Bump, Smokey Joe & the Kid ou ProleteR, ce beatmaker de l’ombre s’offre aujourd’hui des featurings 5 étoiles (Chill Bump, Ceschi, Astronautalis, ASM, Hugo Kant). Flo the Kid s’ouvre à un nouveau public en dépassant le million de lectures sur le clip « I see you smiling » réalisé par Pierre Croce en 24h. Cela passe aussi par son featuring avec Møme sur le morceau “Rêve”, et son invitation à parcourir la France sur la tournée Ricard SA Live et la plupart des festivals de France (Dour, Vieilles Charrues, Fnac Live, Beauregard, etc.). Un baptême du feu en live devant une audience se comptant par dizaine de milliers.

Après le succès de Foreglow, Degiheugi enchaîne sur un EP prometteur aux côtés du jeune mc intitulé « Degiheugi Meets Flo the Kid ». D’abord conçu pour du live, la rencontre entre le beatmaker et le rappeur prend racine dans un projet musical réunissant la puissance de leurs deux univers. Une collaboration, dans laquelle Flo the Kid vient rythmer les productions instrumentales de Degiheugi sur les titres « Let Me Down », « L’introduction » ou encore « Life in Bachelor’s Studio ». À contre sens, Degiheugi offre un détour instrumentale jazzy, électro retro sur les titres « I am What i am » et « Peep My Style » du rappeur français.

DEGIHEUGI Meets FLO THE KID: La puissance de 2 univers

La tournée 2022 Degiheugi x Flo the Kid s’annonce chargée avec une vingtaine de dates programmées. L’occasion de vivre l’épopée Foreglow par la même occasion, en live, enfin.

Facebook

Awen Robbe, un jeune trompettiste, sort son premier album

Awen Robbe jeune trompettisteAvec ce focus consacré à Awen Robbe, notre rubrique « Coup de pouce à de jeunes pousses » n’a jamais aussi bien porté son nom !

En effet, ce jeune et talentueux trompettiste âgé de seulement 13 ans a contacté l’équipe Mazik pour nous présenter son travail concrétisé par un premier album numérique de huit morceaux intitulé « Eye for an Eye »

Awen Robbe l’a enregistrer dans son home studio en Bretagne du côté du Morbihan avec la collaboration de plusieurs artistes comme Lucas le Henanff (batterie) et son propre père, Fabien Robbe (basse), avec lequel l’adolescent a l’habitude de jouer au sein du duo « Robbe Tad Ha Mab« .

Awen nous explique que le 4 Janvier 2022 il compose le titre « Little Princess » qui sort complètement de son univers musicale habituelle, il rajoute par dessus de la trompette et deux jours plus tard lui vient l’idée de sortir un album consacré à la musique électronique/jazz.

Awen-Robbe

Il a finalement composé la couleur et l’ambiance des titres selon ses sentiments et pensées pendant la composition des morceaux. Le défit qu’Awen Robbe s’est fixé pour cet  album étant qu’aucun titre n’échappe à des improvisations de trompette ce qui nous évoque inévitablement de grands prédécesseurs tels que Miles Davis ou le français Érik Truffaz.

Notre jeune prodige se consacre à mélanger des styles de musiques comme le jazz, la musique électronique ou encore le Lo-FI et il nous affirme que : « Eye for an Eye est un album où je ne me suis donné aucune limite ».

Ce premier opus prometteur d’Awen Robbe par lequel il revendique son appétence pour la musique électronique représente peut-être un début de carrière musicale dans le monde du jazz que nous lui souhaitons longue et pleine de succès à la hauteur des aînés susmentionnés… :).

Line-up

Awen Robbe : trompette
Fabien Robbe : basse
Lucas le Henanff : batterie

instagram

 

« Dear Friend », le nouveau clip de NO MONEY KIDS

A l’approche de leur concert au Trianon, le duo NO MONEY KIDS  nous régale d’un nouveau clip ‘Dear Friend‘, une ballade indie-rock aérienne et nostalgique, extrait de leur dernier album Factory déjà disponible.

 

Réalisé par Robert Anthony, le clip de ‘Dear Friend‘ nous embarque dans les pensées

d’un protagoniste affrontant  ses démons intérieurs. Symbolisés par une fumée intrusive et envahissante, les tourments du personnage l’envahissent progressivement jusqu’au moment  de rupture,  de débordement, et  jusqu’au  nécessaire affrontement. L’auteur nous précise qu’il a écrit cette chanson pour ses amitiés éloignées ou perdues, et plus particulièrement pour un ami atteint de graves troubles psychiques.

 

Redoutable de simplicité et de force, à mi-chemin entre  rock hypnotique et balade contemplative, ‘Dear Friend’ reste sur la brèche, en apesanteur, prêt à chuter d’un moment à l’autre. Une première sensation d’envolée pendant ces refrains enivrants, puis c’est la chute avec ce pont qui nous rappellera les sixties et  les  Beatles.  Quelque part entre Radiohead, Sparklehorse et Eels, ‘Dear Friend’ est un hymne indie marqué avant tout par l’univers singulier et contrasté de No Money Kids, qui se plaît à naviguer entre  cris de colère et murmures de mélancolie.


Dear Friend, le nouveau clip de NO MONEY KIDS - Mazik

NO MONEY KIDS EN CONCERT A PARIS

AU TRIANON

LE 3 MARS 2002


A PROPOS DE NO MONEY KIDS

Dear Friend, le nouveau clip de NO MONEY KIDS - Mazik

Du  rock  lo-fi  au  blues  électronique,  No  Money  Kids  défie  les  normes  et  nous embarque pour un road-trip électrique ; Motel miteux, néons clignotants, souvenirs. Dans le rétroviseur, le duo fonce à vive allure sur une route oubliée, dévalée de nuit, l’horizon en cinémascope. Inspirées autant par The Kills, Beck ou Sparklehorse, que par Junior Kimbrough et Robert  Johnson,  les Kids sculptent un  électro-blues addictif, des morceaux indie pop lancinants et douloureux traversés  par un rock rauque et vibrant, alternant ballades vertigineuses et hymnes  garage , à coups  de guitares hargneuses et d’arrangements électroniques.

No Money Kids : nouvel album « Factory » – disponible

Du  rock lo-fi au blues électronique, avec Factory No Money Kids défie les normes et nous embarque pour un road-trip électrique. Motels miteux, néons clignotants, souvenirs dans le rétroviseur, le duo fonce à vive allure sur une route oubliée, dévalée de nuit, l’horizon en cinémascope.

Inspirés autant par The Kills, Beck ou Sparklehorse, que par Junior Kimbrough et Robert Johnson, les kids sculptent un électro-blues addictif traversé par un rock rauque et vibrant.

Après 3 albums en 4 ans, une multitude de placements dans des films et séries et un neverending tour de près de 300 concerts (mis en pause par la pandémie) No Money Kids revient avec Factory, un nouveau long-format aux  rythmes vertigineux, sans détours ni superflu.

Personnages en souffrance, sur la brèche, en instabilité sociale, affective, les Kids font vivre dans leurs textes la marge et les oubliés. Leur nouvel album « Factory » affole l’aiguille des sismographes et puise son inspiration dans l’univers industriel et ses usines vaporeuses, cathédrales du monde moderne.

No Money Kids : nouvel album "Factory" - disponible