Le guitariste Gábor Szabó mélange Jazz, Pop, Rock et folklore hongrois

Gábor István Szabó plus connu sous le nom de Gábor Szabó est un guitariste éclectique qui fusionne le jazz avec la pop, le rock mais également la musique folklorique de son pays, la Hongrie.

Dès l’âge de 14 ans il débute la guitare à Budapest en s’inspirant de ce qu’il écoute à la radio à savoir principalement du Jazz.

Gábor Szabó

En 1956, après la révolution hongroise, il part s’installer aux USA où il fréquente la prestigieuse Berklee College of Music de Boston entre 1958 et 1960.

Deux ans plus tard Gábor Szabó se produit au Newport Jazz Festival. Par la suite, de 1961 à 1965, il est membre du Chico Hamilton Quintet dans lequel joue aussi Charles Lloyd.

En 1965, il fait partie d’un groupe de jazz pop dirigé par Gary McFarland, puis il rejoint Charles Lloyd dans un quatuor énergique avec Ron Carter et Tony Williams (futur batteur du Mahavishnu Orchestra).

Plus tard, vers la fin des sixties, Gábor Szabó joue dans un groupe avec le guitariste Jimmy Stewart puis il crée sa propre maison d’édition Skye Records en compagnie de ses complices avec Cal Tjader et Gary McFarland. Il y enregistre un album avec Lena Horne laquelle chantait dans son groupe et avec Harry Belafonte.

La musique de Gábor Szabó intègre aussi bien des éléments issu de la musique folklorique hongroise que des effets plus Rock comme le larsen. Le morceau « Gypsy Queen » est popularisé par Carlos Santana sur l’album Abraxas en 1970.

En 1967 sort l’album Wind, Sky And Diamonds enregistré en collaboration avec The California Dreamers.

Gábor Szabó a participé à de nombreux projet au cours de sa carrière solo, il a notamment travaillé avec des musiciens tels que Ron Carter, Paul Desmond, Lena Horne, Charles Lloyd, Gary McFarland et Bobby Womack.

Ce grand artiste hongrois a cependant rencontré des déboires et surtout un sentiment de rejet de la par de ses pairs américain du milieu du Jazz. Au cours d’un concert à San Diego en 1977 il accuse George Benson de lui avoir purement et simplement volé ses arrangements sur le morceau Breezin’ (de Bobby Womack) en affirmant qu’il l’avait enregistré avant le guitariste américain. Sa version figure sur l’album High Contrast publié en 1971 avec l’auteur de ce titre.

Il se produit souvent en Californie, combinant des éléments de musique gitane et indienne avec du jazz.

Alors qu’il rend visite à sa famille à Budapest pendant les vacances de Noël, Gábor Szabó est admis à l’hôpital pour des affections hépatiques et rénales dont il souffre. Il décède le 26 février 1982 âgé d’à peine 46 ans et repose au cimetière de Farkasréti dans sa ville natale.

Discographie de Gábor Szabó

En solo ou en tant que Leader

1965 – Gypsy ’66
1966 – Spellbinder
1966 – Simpático
1966 – Jazz Raga
1967 – The Sorcerer
1967 – More Sorcery
1967 – Light My Fire
1967 – Wind, Sky and Diamonds
1968 – Bacchanal
1968 – Dreams
1969 – 1969
1969 – Lena & Gabor avec Lena Horne
1970 – Magical Connection
1971 – High Contrast avec Bobby Womack
1972 – Small World
1972 – Mizrab
1973 – Rambler
1974 – Gabor Szabo Live avec Charles Lloyd enregistré en 1972
1975 – Macho
1976 – Nightflight
1977 – Faces
1978 – Belsta River
1981 – Femme Fatale
1990 – The Szabo Equation: Jazz/Mysticism/Exotica
2008  – In Budapest (concert télévisé enregistré en 1974)

Comme sideman

Avec Steve Allen
1967 – Songs for Gentle People

Avec Paul Desmond
1974 – Skylark

Avec Charles Earland
1976 – The Great Pyramid

Avec Coke Escovedo
1976 – Comin’ at Ya!

Avec Chico Hamilton
1962 – Drumfusion
1962 – Transfusion
1962 – Passin’ Thru
1963 – A Different Journey
1963 – Man from Two Worlds
1965 – Chic Chic Chico
1965 – El Chico
1966 – The Further Adventures of El Chico

Avec Charles Lloyd
1965 – Of Course, Of Course
1965 – Nirvana
1972 – Waves
2014 – Manhattan Stories (live de 1965)

Avec Gary McFarland
1965 – The In Sound
1966 – Profiles

Corciolli dévoile son nouvel album « No Time But Eternity »

Le 21 septembre dernier, on vous parlait de la sortie du single No Time But Eternity de Corciolli, découvrez maintenant ses deux derniers clips qui annoncent la parution d’un album flambant neuf !

Corciolli dévoile son nouvel album « No Time But Eternity »

Le 12 novembre prochain, le compositeur et instrumentiste brésilien nous offrira un opus contemplatif de douze titres, intitulé No Time But Eternity, où force et fragilité dialoguent avec émotion.

Entre world music, ambient et musique de film, Corciolli s’allie ici avec le flûtiste arménien Arsen Petrosyan pour le single Yerazel ainsi que les chanteurs kenyans Eric Wainaina et Vini Ngugi pour  Ulimwengu. En résulte de ces collaborations une musique au-delà du temps, des genres musicaux et des frontières.

Voici le clip de Yerazel :

La douceur s’exprime dans la caresse des violons, la clarté du piano et les claviers vaporeux. À contrario, la force éclate dans ces percussions électro-organiques, l’intensité sèche du duduk et la profondeur des nappes synthétiques. 

Cet album démontre l’idée du temps qui court et de la non pérennité des choses. Corciolli illustre sa musique de paysages immortalisés par le réalisateur Fabió Knoll. Prises depuis un drone, les images impressionnantes dépeignent une nature à la fois puissante et fragile, avec tantôt un désert aride, tantôt une forêt luxuriante.

À paraître le 12 novembre prochain sur le label Azul Music, No Time But Eternity sera disponible sur toutes les plateformes de streaming. 

Lien du deuxième clip Ulimwengu :

 

Octantrion fait la route plein Nord avec l’album II

Octantrion : Éléonore Billy & Gaëdic Chambrier

Octantrion sortira son deuxième album « II » le 22 octobre prochain ! Éléonore Billy et Gaëdic Chambrier nous proposent un voyage musical dans les pays du nord de l’Europe, entre fjords colorés et grands espaces où la nature est reine.

Cet opus est plus dense que le premier et il contient cinq reprises de morceaux traditionnels suédois et islandais. La thématique du corbeau, comme symbole des cultures païennes nordiques/vikings, a été choisie et sert de fil rouge à ce disque.

A découvrir avec en premier extrait, le clip, envoûtant à souhait, de Chaman. Ils puisent leur inspiration dans le répertoire de ces cultures riches et métissées.

Le duo Octantrion est « né d’une envie commune de jouer des musiques vivantes, énergiques et sensibles ». Puisant ses influences dans les musiques du nord de l’Europe, mais aussi dans le folk ou le blues, Octantrion « amène les instruments acoustiques et traditionnels au-delà de leurs limites habituelles ».

Mélodies ancestrales et compositions originales s’entremêlent et emmènent le public dans un univers singulier. Ce nouvel album qui sort le 22/10 s’appelle II. Il nous permet de découvrir l’éventail des sons de la nickelharpa, du cistre suédois ainsi que de la mandole celtique. On remarque en invitée la harpiste Cécile Corbel.

Octantrion - II
Octantrion – II

Un voyage dans un univers musical vivant et singulier, sur la trace des vikings et des normands, de la Scandinavie à la Méditerranée.

Le groupe sera au Studio de L’Ermitage le jeudi 3 février 2022, et il est en tournée en France :
* 15 octobre : Festival Euroclassic, Achen (57) // feat. Hannah Tolf
* 20 et 21 octobre : Espace Tonkin, Villeurbanne (69)
* 22, 23 et 24 octobre : les Journandises, Journans (01)
* 31 octobre : 1ère partie de Cécile Corbel, Grésy-sur-Aix (73)
* 25 et 26 novembre : Concert à l’Hirondelle, Paris (6e)
* 28 janvier : Concert à l’ECFM, Canteleu (76) // en 1re partie de Josef Van Wissem
* 5 février : Salle du Cèdre, Bazemont (78)

Voici le clip de Chaman à regarder en clip :

Octantrion à suivre sur Facebook

👉 Partagez cet article 👇 👍 🎵 🙂